Quand l’habitat social devient « positif »

Quand l’habitat social devient « positif »

L’habitat social innove avec la construction de deux maisons consommant moins d’énergie qu’elles n’en produisent. Une expérience menée dans l’Aude avec le soutien de Terreal.





C’est dans l’Aude, à Castelnaudary que le premier label Bepos Effinergie a été délivré pour des logements sociaux en France. Une opération située dans l’éco-quartier des Vallons du Griffoul de cette commune impliquée dans le développement durable.

 

Un partenariat jugé exemplaire par le collectif Effinergie, a réuni la municipalité, le bailleur social (Habitat Audois), le lycée Andréossy* de la ville et Terreal, industriel de la terre cuite implanté dans la région, afin de réaliser le projet.

 

Cette opération Habitat social positif se concrétise par la réalisation deux maisons individuelles groupées T3 et T4, accessibles pour les handicapés.

 

Un modèle reproductible

 

Premier constat : elles affichent des performances de consommation énergétique et de confort au delà de la RT 2012, avec un gain d’environ 40 % pour les 5 usages réglementaires (chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage, ventilation, éclairage, rafraîchissement).

 

Un constat satisfaisant d’autant plus que le modèle défini doit être reproductible selon le cahier des charges. Objectif : démontrer que ces solutions permettent de répondre aux exigences futures des bâtiments à énergie positive de 2020.

 

A noter que ces maisons sont instrumentées pour mesurer en continu les consommations des 5 usages mais aussi les paramètres de confort comme la température, l’hygrométrie et le CO2 pièce par pièce. Des données accessibles par les habitants, en temps réel, sur un site internet dédié.

 

Briques de 20 collées à joints minces

 

Les deux maisons respectent les principes de l’architecture bioclimatique selon deux modes constructifs. La première, le T3 d’une surface hors œuvre de 89,70 m2 est construite avec une maçonnerie de terre cuite de 20 cm collée à joints minces, fermettes et tuiles terre cuite.

 

Elle est équipée d’un poêle à granulés, un sèche serviettes électrique et une ECS thermodynamique (Cop de 3,7) couplé au système Lahe-Roof Terreal et une VMC hygro simple flux. Coût total de l’opération (hors coût du foncier et de la production d’énergie photovoltaïque) : 1170 €/m2

 

Brique hauteur d’étages pour le T4

 

La seconde maison (99,89 m2) a été construite avec des briques hauteur d’étage (une brique monolithe isolée de 30 cm d’épaisseur), des fermettes et des tuiles terre cuite. Elle est également équipée d’un poêle à granulés, d’un sèche serviettes électrique.

 

En revanche, elle bénéficie d’un système de production d’ECS (solaire thermique) intégré à la toiture de 4 m2 (Solterre TH2) étanche même à faible pente (19%). A noter que pour les deux maisons, des cloisons de terre crue (400 mm x 250 mm x 50 ep) ont été mises en œuvre. Coût de l’opération (hors foncier et système photovoltaïque) : 1 330 €/m2.

 

* Les élèves du lycée professionnel ont proposé et réalisé 3 chantiers écoles : les murets décoratifs, les barbecues et les pergolas équipées de brise-soleil en terre cuite

 

Source : batirama.com / F. Leroy

 

A propos de Terreal

 

Le groupe Terreal réalise 400 millions d’euros de chiffre d’affaires et compte 3000 salariés dans le monde dont 2000 en France. Terreal possède 25 sites industriels en France, Italie, Espagne, USA, Malaisie et Indonésie. Le groupe propose des systèmes constructifs dans trois domaines : la toiture, la structure et la façade.



 

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (654 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

La fabrication du bâtiment 2


Les volets roulants