Une enseigne, sur un immeuble, devient un droit acquis

Une enseigne, sur un immeuble, devient un droit acquis

Un commerçant ne peut pas être obligé de supprimer son enseigne sur un immeuble si elle y est apposée sans discontinuer depuis plus de trente ans.






Il s'agit, selon la Cour de cassation, d'un droit de jouissance privatif perpétuel, acquis par le temps sur une partie de l'immeuble.La justice est souvent saisie par le propriétaire d'un bien qui revendique sa propriété en contestant l'appropriation faite par un tiers.

 

Mais la loi, dans le code civil, prévoit que l'on puisse se déclarer propriétaire et devenir propriétaire d'un bien immobilier si, durant trente ans, on s'est comporté publiquement, paisiblement et sans équivoque comme propriétaire.

 

La Cour de cassation cette fois déclare que pour une enseigne, cette appropriation, appelée juridiquement "usucapion", porte non pas sur le bien lui-même mais sur le droit d'en user. En l'espèce, un commerçant était sommé, à l'occasion d'un ravalement, de supprimer ses enseignes d'un immeuble en copropriété, ce qu'il refusait de faire.

 

Des enseignes présentes depuis plus de 40 ans

 

Il était établi que ses enseignes étaient apposées depuis plus de quarante ans, sans avoir jamais été enlevées, sinon par obligation et provisoirement, pour les besoins de travaux. Ces enseignes n'ont jamais été autorisées, soulignaient les copropriétaires. Mais l'acquisition par l'écoulement du temps ne nécessite pas que les actes de possession aient été à l'origine autorisés, avait rappelé la cour d'appel.

 

Et de plus, s'agissant d'une installation particulièrement visible, il ne s'agissait pas d'une simple tolérance des propriétaires mais d'une acceptation de leur part. La cour d'appel, sans être critiquée sur ce point, rappelait à l'occasion de cette affaire que lorsqu'une activité professionnelle ou commerciale est autorisée dans un immeuble, elle entraîne le droit d'annoncer cette activité à l'extérieur par une plaque ou une enseigne.(Cass. Civ 3, 22.10.2020, Q 19-21.732).



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (202 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Les toitures et terrasses végétalisées