Eco produits : réaliser un faux marbre Vert de mer... à l'eau

Eco produits : réaliser un faux marbre Vert de mer... à l'eau

Réaliser un faux marbre à “l’eau” peut déconcerter les adeptes de la technique à l’huile. En effet, les produits à l’eau sèchent vite et ne permettent pas de retouche dans le frais, contrairement à l’huile que l’on peut effacer. Il faut donc savoir travailler vite et bien… avec les bons outils.




Quels outils choisir pour réaliser un faux marbre à l’eau ? Il faut savoir que les brosses traditionnelles ne conviennent pas à cette technique. « La soie de porc gonfle dans l’eau et les petits gris (du nom du poil de l’écureuil) tombent et ramollissent avec l’eau », précise Olivier Baroux, formateur au CFA de Pantin. Quant aux premiers outils en poils synthétiques, créés il y a 15 ans, leurs fibres tiennent mal la peinture. Heureusement, depuis peu, une nouvelle génération de soies synthétiques a vu le jour. Baignées dans des bains ­d’acide, elles présentent une forme ondulée et conique. Leur forte capacité de rétention d’eau et leur grande souplesse –?les deux qualités de la soie naturelle – garantissent aujourd’hui un travail de qualité. Il reste que le temps de séchage très court des produits à l’eau rend la technique parfois plus difficile.


Un temps de séchage très court


Cela demande une bonne connaissance du décor traditionnel (à ­l’huile) afin de pouvoir exécuter des imitations de marbres et bois à l’eau. C’est le cas des décors faux chêne par exemple qui nécessitent des temps d’ouverture assez longs. « À terme, on sera capable de maîtriser davantage de techniques à l’eau, mais il faudra que les produits évoluent également », précise Olivier Baroux. Il existe ainsi certains retardateurs de séchage qui peuvent garantir un temps ouvert plus long… mais les prix d’achat demeurent encore élevés aux yeux des professionnels. Enfin, notons qu’un marbre (“vert de mer” dans le cas présent) suppose un esprit artistique. « Le marbre est subjectif, il faut l’inventer. Cela suppose une liberté de réalisation que l’on ne rencontre pas avec un décor bois, beaucoup plus rigoureux », conclut Olivier Baroux.


Source : batirama.com / F. Leroy

 

faux-marbre-1.jpg

 

 

1 - Après avoir préparé le fond avec une laque polyuréthane en phase aqueuse (deux couches de noir avec 24?h de séchage entre les couches), on utilise le chiqueteur pour réaliser les “dessous” du marbre. Le but étant d’évoquer l’irrégularité de la matière.

faux-marbre-2.jpg 2 - On adoucit le chiquetage avec le blaireau pour se rapprocher de l’aspect “fondu” de l’huile. Zone par zone, le peintre adoucit les “dessous” encore humides. L’éponge naturelle sert à corriger les erreurs éventuelles.
faux-marbre-3.jpg 3 - La préparation des “dessous” se fait en plusieurs étapes, du plus foncé au plus clair. On ajoute donc du blanc pour rendre le vert plus clair et plus couvrant. Ceci apporte de la profondeur et du “relief” au marbre “vert de mer”.
faux-marbre-4.jpg 4 - Avec le “deux mèches”, le peintre en décors vient brécher le marbre afin de lui donner son ossature (grosses veines). Il vient tamponner les “veines” à l’éponge pour casser la régularité du trait puis l’adoucit avec un mouvement en “8”.
marbre5ok.jpg 5 - Lorsque la structure générale du marbre (ou son squelette) est mise en place, on va pouvoir commencer à utiliser les brosses à marbre.
faux-marbre-6.jpg 6 - Le travail consiste à réaliser des veines de plus en plus claires, tout en se raccrochant au travail du “2 mèches”.
faux-marbre-7.jpg 7 - Des veines de plus en plus fines sont dessinées avec différents types de brosses.
faux-marbre-8.jpg 8 - Le peintre en décors utilise du blanc pur pour faire apparaître les dernières cassures du marbre. Les effets créés permettent de mieux accrocher l’œil…


 









 

 

faux-marbre-10.jpg

10 - Le vert devient de plus en plus clair, en ajoutant du blanc au fur et à mesure. 10 - Le vert devient de plus en plus clair, en ajoutant du blanc au fur et à mesure. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

faux-marbre-11.jpg

11 - Le peintre en décors effectue un chiquetage en jus (liquide) avec de la terre d’ombre naturelle sur les brechages les plus forts.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

faux-marbre-4.jpg

12 - Enfin, on vient creuser les veines pour faire apparaître les petits cailloutis dans les brèches. Au besoin, on passe du noir en jus
sur les parties les plus fortes en teintes. On finit par adoucir au blaireau (chaque étape se termine au blaireau).

 

 

 

 

 

 

 

faux-marbre-13.jpg

13 - À gauche, technique à l’huile 100?% avec un marbre Languedoc en dessous. À droite, technique à l’eau sans huile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

faux-marbre-outils.jpga/ le chiqueteur, outil de dernière génération avec des soies synthétiques adaptées à l’eau.
b/ le spalter, un prototype en fibre Samy (de chez Léonard) lisse les laques en phase aqueuse.
c/ le blaireau.
d/ le deux mèches.

 

 

 

 

Se former aux écoproduits


L’Ipedec, département Peinture Décorative du GPPF Formation, s’attache à transmettre des savoir-faire de qualité tels que des imitations de marbre ou de bois, à l’huile. Aujourd’hui, l’institut de formation promeut de nouvelles techniques et utilise des écoproduits sans COV afin de respecter les normes environnementales.
Tél. : 01 48 10 86 00

 

Remerciements à Olivier Baroux, formateur GPPF formation (auprès du CFA de Pantin et du département Décor Ipedec) et Delphine Danesi, peintre en décor, chargée du développement des formations de l’Ipedec/GPPF formation.
Photos : Emeline Hue

 

 

 

 

 

 







 

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
La Maçonnerie et la RE2020

Produits



Système de soubassement

Votre avis compte

Selon vous, les entreprises sont-elles suffisamment aidées face à la situation énergétique? (18 votants)
Oui
Non
 

Articles

Agenda

Boutique

Guide des couvertures en climat de montagne

Les toitures et terrasses végétalisées