Réussir une laque en phase aqueuse

Réussir une laque en phase aqueuse

Depuis le 1er janvier, le seuil des tolérances de COV dans les peintures a été considérablement abaissé : 50 % de moins par rapport au niveau 1990. Une mutation qui va demander des changements d’habitudes pour leur application. ©Jean-Marc Zuber




La peinture s’est mise au vert. Désormais, celles en phase aqueuse vont être privilégiées aux glycéros. Le but?: diminuer fortement le taux de COV nuisible pour la santé. Un impératif fixé par la directive européenne COV 2007/2010. «?La filière peinture ne connaît pas beaucoup de mutations, constate Eric Métivier, expert technique peinture et décoration à l’Ipedec* de Pantin (93). Du coup, cette révolution est assez sérieuse pour la souligner.?» En effet, par rapport à nombre de pays européens, « la France est en retard quant à la santé des utilisateurs et une meilleure gestion des déchets. » Pourtant, les fabricants ont développé des systèmes complets à faible teneur en COV. Pour les choisir, il suffit de se reporter aux fiches techniques des industriels et à leurs préconisations car ils intègrent également la sous-couche et le primaire en fonction des supports à couvrir et de la finition voulue. Côté technique, pas d’inquiétude. Les peintures à l’eau, à utiliser conformément au DTU 59.1, présentent les mêmes avantages que les glycéros. Avec même quelques petits plus. « L’effet brillant, par exemple, dure plus longtemps car le produit est moins dilué. Pour les couleurs claires, blanches, elles ne s’altèrent pas contrairement aux glycéro. La résine utilisée ne jaunit pas. »


Attention : ça sèche vite !


Un des principaux avantages des produits en phase aqueuse : ils sont à base d’eau. Si de la peinture est renversée, il suffit de la nettoyer immédiatement. Mais sa qualité aqueuse peut aussi être un inconvénient. « Les produits sèchent vite et dès qu’on ouvre un pot, il faut le refermer. Les outils doivent toujours être dans le produit ou dans l’eau. » Une règle à respecter impérativement, car le produit séché est modifié, « ce qui peut créer des désordres », reprend Eric Métivier.


3 seaux pour le lavage des outils


Les systèmes acryliques demeurent plus onéreux que les glycéros. Les outils doivent être nettoyés en fin de journée. S’ils sèchent, ils peuvent modifier le rendu de la peinture et nécessiter le renouvellement. Pas question non plus de gâcher l’eau potable en laissant le robinet ouvert. Il suffit d’utiliser trois seaux d’eau, en trempant toujours les outils dans le premier seau où ils seront tout simplement débarrassés de la peinture au savon de Marseille, puis le deuxième et le troisième. À la fin de ce voyage, il suffit de traiter le seau le plus chargé de peinture en boues acryliques. Pour une peinture plus écologique de sa fabrication jusqu’à son application.


Source: S.L.H / batirama.com 


* Institut supérieur de peinture décorative


 





 

laqueaqueuse2.jpg 2 - L’ancien support –?plâtre avec résidus de colle?– a été rendu plan, propre et sec avant d’être recouvert d’un enduit à laquer en phase aqueuse pour corriger les défauts. Respecter un temps de séchage de trois heures maximum. 

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse3.jpg  3 - Impression du support avec un primaire en phase aqueuse au rouleau ou à la brosse pour les petites parties. Le produit est sec au toucher en 30 minutes et recouvrable après une heure et demie.

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse4.jpg  4 - Conserver un seau d’eau avec une éponge à disposition permet de nettoyer immédiatement les taches de peinture avant qu’elles sèchent.

 

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse5.jpg

5 - Ponçage à l’eau de la laque pour un effet tendu et soyeux. La peinture est d’abord dépolie à l’abrasif par partie dans le sens du cordage.
Le grain de l’abrasif est de plus en plus fin si plusieurs couches sont prévues pour obtenir un effet miroir.

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse6.jpg 6 - Ensuite, la peinture est poncée avec une éponge au fur et à mesure
de l’avancement. Imbibée d’eau claire, elle aura été essorée.

 

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse7.jpg

7 - Avant de procéder à une nouvelle couche de laque acrylique, le support doit être sec, le passage d’un chiffon doux permet de vérifier qu’il n’y a pas de poussière.

 

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse8.jpg

 8 - L’application des couches de laque s’effectue au rouleau. Le produit est posé de façon généreuse. Il faut qu’il y ait de la matière et ne pas trop la travailler. Une fois égalisée, plus question d’intervenir sur la peinture, contrairement au produit solvanté.

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse9.jpg

9 - Avec le Spalter pour obtenir l’effet tendu, le geste n’est pas croisé. L’application de la laque s’effectue régulièrement dans la charge. La dépose s’effectue de façon horizontale, et le lissage de manière verticale. 

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse10.jpg  

 10 - Le passage du Spalter s’effectue en caressant le support. Le cordage s’estompe après séchage. 

 

 

 

 

 

 

 

laqueaqueuse11.jpg  11 - Les chants s’effectuent toujours à la brosse bien chargée. Attention à rechampir rapidement de façon à passer dans le frais et ne pas trop tirer. 

 

 

 

 

 

 

 

 

12.jpg

 12 - Les pinceaux sont nettoyés à chaque utilisation dans trois seaux d’eau. Pour conserver des pinceaux propres le plus longtemps et pour une meilleure gestion de l’eau. Ne pas attendre que la peinture sèche.

 

 

 

 

 

 


Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Selon vous, les entreprises sont-elles suffisamment aidées face à la situation énergétique? (16 votants)
Oui
Non
 

Articles

Agenda

Boutique

Assainissement autonome

Les volets roulants

Garde-corps de bâtiments