Le point sur les qualifications RGE de Qualibat

Le point sur les qualifications RGE de Qualibat

Qualibat a franchi le cap des 20 000 qualifications RGE au 1er octobre 2014.



Qualibat a franchi le cap des 20 000 qualifications RGE attendues à la fin de l’année

 

L'organisme continue d’enregistrer une forte demande de qualifications RGE, liée au nombre important de stagiaires ayant suivi les formations FEE Bat. Pour répondre à cet accroissement d’activité, Qualibat a mis en place des moyens pour répondre à la demande et les professionnels, membres des commissions d’attribution de la qualification, sont davantage sollicités.

 

On dénombrait au 1er octobre 12 991 entreprises titulaires d’une qualification RGE, nécessaire pour pouvoir réaliser des travaux de rénovation énergétique au titre de l’éco-conditionnalité, le rythme mensuel de demandes de qualification étant à un niveau élevé de 3 000.

 

Sachant que nombre d’entreprises détiennent plusieurs qualifications dans les domaines de travaux soumis à l’éconditionnalité, ce sont ainsi plus de 21 000 qualifications RGE qui ont été attribuées par Qualibat, dont l’offre est constituée de trois signes de qualité (ECO Artisan®, Pros de la Performance Énergétique® et QUALIBAT Mention Efficacité énergétique).

 

C’est avec un trimestre d’avance que Qualibat a franchi le cap des 20 000 qualifications RGE attendues à la fin de l’année. Il est à noter une forte activité de qualification dans certaines régions, tels les Pays de Loire, Rhône-Alpes ou encore la Bretagne.

 

Les ¾ des qualifications RGE de Qualibat portent sur la reconnaissance des compétences des entreprises effectuant des travaux d’isolation thermique des bâtiments (façades, toitures, combles, menuiseries extérieures…), le solde concernant les installations des différents systèmes de production et de régulation de chauffage, de production d’eau chaude sanitaire, toutes énergies confondues.

 

En ajoutant les qualifications délivrées par QUALIFELEC et QUALIT’EnR, la filière du bâtiment comptent désormais 21 000 entreprises titulaires de 35 000 qualifications RGE.

 

Etude Qualibat sur 1 500 audits de chantiers : la qualité au rendez-vous

 

L’audit chantier, une des exigences RGE, doit être réalisé dans les 24 mois qui suivent l’attribution de la qualification. Ces audits, conduits par des professionnels indépendants spécialisés dans les types de travaux effectués sur les chantiers visités, visent un double objectif :

 

  • contrôler la qualité technique de l’ouvrage. Ce contrôle est réalisé par les examens visuels, complétés par des échanges avec le représentant de l’entreprise ;
     
  • vérifier le respectpar l’entreprise des exigences en termes de service ;

 

Une étude réalisée portant sur les résultats de 1 500 audits de chantier indique que les auditeurs ont constaté, dans :

 

  • 3% des cas seulement, un non-respect des règles de l’art, le plus souvent mineur ;
     
  • 10% des cas, un non-respect des exigences de service au client : absence de proposition d’évaluation thermique, du procès verbal de réception des travaux ou de la fiche de satisfaction clients.

 

Dans plus de 90% des problèmes pointés par les auditeurs, l’entreprise propose une solution visant à mettre les travaux en conformité et, dans tous les cas, à éviter qu’elle ne se renouvelle. En l’absence de réponse, le professionnel encoure une suspension, voire un retrait de sa qualification.

 

Ces résultats attestent que la qualité est bien au rendez-vous sur les chantiers conduits par les entreprises qualifiées.

 

© Photo : www.bati-journal.com

 

Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

5 Commentaires


- -
  • par Mimile
  • 0
  • 0

Si mes calculs sont bons, ce ne sont pas 20% des entreprises qui sont menacées, mais probablement beaucoup plus. L'avenir est effectivement au vert : imaginez nos routes débarrassées de toutes ces camionnettes qui les encombrent matin et soir quand les artisans se rendent sur leurs chantiers... Reste à savoir comment les plombiers polonais et autres travailleurs détachés se déplacent.


- -
  • par petigof
  • 0
  • 0

Si 20 % des entreprises ferment grâce au dispositif RGE. Mettons au moins 50000 emplois supprimés. La croissance de la transition énergétique va effectivement être verte, Hypothèse haute: Chaque entreprise RGE récupère 2KWh cumac du fait de son « signe de qualité », (2KWh cumac de plus que ce qu'elle aurait récupéré dans tout les cas) cela fait donc : 2*30000=60000 Kwh cumac--> si avec ça on est pas garant de l'environnement c'est que l'on aura fait trop de route pour aller se former à qualiarnaque, Nos grands penseurs devant l'environnement ont bien fait toutes les formations shadoks, je les certifie qualishadoks


- -
  • par Mimile
  • 5
  • 0

Albert a raison, ça sent vraiment l’escroquerie et la manœuvre pour éliminer les petites entreprises du marché. Celles qui resteront ne seront pas forcément les plus vertueuses, même certifiées garantes de l’environnement, et leur comportement face à une clientèle captive est assez prévisible. De mon point de vue de client, cette qualification RGE ne me dit rien qui vaille. Si l’Etat veut m’encourager à faire des travaux de rénovation énergétique, il pourrait commencer par me financer une étude thermique sérieuse, réalisée par un professionnel spécialisé. Il pourrait ensuite me laisser libre de faire appel à des entreprises sérieuses, dont je connais, bien mieux que M. Qualibat, la réputation et la façon de travailler. Et comme elles doivent de toute façon respecter les règles de l’art et les réglementations thermiques, je ne vois pas ce que le label RGE peut m’apporter de plus.


- -
  • par Lororo_fr
  • 0
  • 0

On est en Europe et je souhaite savoir si les entreprises étrangères travaillant en France permettront de faire bénéficier à leur client des bienfaits pour lesquels on me taxe ? A quand une validation des acquis par l'expérience qui permettrait un audit de nos compétences nettement moins coûteux pour les artisans ?


- -
  • par Albert
  • 4
  • 0

Etude Qualibat sur 1 500 audits de chantiers : la qualité au rendez-vous ?! Ces résultats attestent que la qualité serait déjà bien au rendez-vous sur les chantiers conduits par les entreprises non-qualifiées puisque pour la plupart, elles ne l'étaient pas avant... 3000 par mois, cela mettra donc 10 ans ? Alors que l'éco-conditionnalité (pas encore votée au budget) n'est conduite que jusqu'à fin 2015. Hum, ça sent l'escroquerie organisée. Et plus encore, un certain greewashing. Comment peut-on être GARANT de l'ENVIRONNEMENT sur des travaux d’isolation thermique ? Et de quelle énergie s'agit-il, celle primaire qui sert à fabriquer les matériaux...? Hum, ça sent encore plus l'escroquerie et assez peu le souci de l'environnement.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1415 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Les toitures et terrasses végétalisées

Techniques et pratique de la chaux