Fixer une menuiserie dans le gros-œuvre : trois configurations courantes

Fixer une menuiserie dans le gros-œuvre : trois configurations courantes

Les techniques de fixation des menuiseries dans le gros-oeuvre restent simples. Cependant, cette étape ne doit pas être négligée pour une qualité globale de l'ouvrage. D'où l'importance de vérifier avant tout le support.  




 

Le marché de la menuiserie reste dominé à plus de 70 % par le PVC, mais ce n'est pas le matériau qui conditionne pour autant le choix de la fixation. Etant liées au support, les possibilités de fixation restent fixation1-382.jpgdéterminées par l'emplacement du châssis par rapport à ce support et à la nature de ce dernier. Que la menuiserie soit en PVC, bois, métallique ou mixte, elle sera liée au gros œuvre sur trois cotés du bâti par des points de fixations. Les distances minimum de fixation : de 150 à 200 mm à partir des angles de la menuiserie, et de 600 à 800 mm entre chacune de ses fixations. La pièce de seuil n'étant jamais fixée sur l'appui maçonné. A condition de respecter les DTU menuiseries, la fixation de fenêtres ou porte extérieures et de volets battants - qui eux voient la généralisation du scellement chimique - n'offrent pas de grande complexité lors de la mise en œuvre.

 

La qualité finale dépend du poseur

 

« Ce que l'on constate, relève Dominique Holfert, responsable marketing de la division Bois chez Würth France, c'est que les poseurs ont une solution de fixation qu'il privilégie. Cependant, ils devraient prévoir une alternative ». Et d'ajouter, « les menuiseries sont très industrialisées, donc la qualité finale de l'ouvrage dépend fortement du poseur qui aura réglé l'aplomb et les joints d'étanchéité, notamment ». Les fabricants de fixation assistent cet enjeu de qualité de pose des menuiseries en apportant des solutions simples, sûres et adaptées, « jusqu'au capuchon qui permet de belles finitions en réduisant la visibilité de la fixation ». Et pour compléter la panoplie parfaite de la bonne fixation : il faut s'assurer de posséder le bon matériel pour la prise de cotes.

 

Source : batirama.com / Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer

Lire la suite
 

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (193 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits


DarkFighterX