Taxe d’habitation des résidences secondaires : jusqu’à 60% d’augmentation en 2024 ?

Belle maison en Corse, vue sur la mer

Près de 2.600 communes supplémentaires sont autorisées par décret à majorer jusqu'à 60% leur taxe d'habitation sur les résidences secondaires pour lutter contre la crise du logement, a indiqué l'AMF mardi.




"Ce décret est une réponse adaptée aux territoires dits 'tendus', où la présence de résidences secondaires est un frein à la mobilisation de logements à l'année", a indiqué à l'AFP Thierry Repentin, maire de Chambéry et président de la commission Habitat de l'AMF.

 

Attendu au printemps mais reporté en raison d'effets indésirables sur les finances de certaines communes, ce décret publié le 26 août entend "remettre des logements vacants ou des résidences secondaires sur le marché de l'habitat permanent". Concrètement, il "étend le champ d'application de la taxe annuelle sur les logements vacants (TLV, ndlr)", un zonage qui permet d'augmenter "la taxe d'habitation sur les logements meublés non affectés à l'habitation principale", autrement dit les résidences secondaires, "aux communes qui, sans appartenir à une zone d'urbanisation continue de plus de 50.000 habitants, sont confrontées à un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements".

 

3.700 communes situées principalement sur le littoral et en montagne

 

Avec ce décret, un total de 3.700 communes font désormais partie de ce nouveau zonage, principalement situées sur les façades littorales, en Corse et dans les zones de montagne.

 

Elles ont jusqu'au 1er octobre pour délibérer afin que cette hausse puisse s'appliquer au 1er janvier 2024.

 

Plus de recettes pour les communes

 

Auparavant, seules les communes appartenant à une zone d'urbanisation continue de plus "de 50.000 habitants", où un "déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements entraîne "des difficultés sérieuses d'accès au logement", étaient éligibles. Mais le texte prive aussi mécaniquement de recettes les communes qui avaient instauré une taxe d'habitation sur les logements vacants (THLV). De fait, les communes ne peuvent pas cumuler THLV et TLV, la TLV étant perçue par l'Etat, la THLV par les communes. Cette perte est évaluée à plus de 24 millions d'euros.

 

"Ce décret devrait être amélioré pour permettre aux maires d'utiliser indépendamment l'une de l'autre la taxe d'habitation sur les résidences secondaires et celle sur les logements vacants, car nous avons des territoires où il y a à la fois beaucoup de logements vacants et beaucoup de résidences secondaires", a réagi Thierry Repentin, indiquant toutefois que le gouvernement s'était engagé "à intégrer cette perte dans la future loi de finances 2024".




Source : batirama.com & AFP / Photo © Gregor de Pixabay

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous impatient de voir Notre-Dame de Paris réouverte au public ? (33 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits