Procès ouvert sur la mort de deux ouvriers sans-papiers sur un chantier en 2019

Procès ouvert sur la mort de deux ouvriers sans-papiers sur un chantier en 2019

Sept hommes sont poursuivis après la mort de deux ouvriers sans papiers sur un chantier à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) en 2019. Le procès s'est ouvert lundi devant le tribunal correctionnel de Bobigny.




Le 8 juin 2019, les deux victimes, Kamel Benstaali, 34 ans, et Omar Azzouz, 29 ans, participaient à la réhabilitation de la cité La Source, un chantier de 478 logements dont le bailleur est Plaine Commune Habitat.

 

Ce jour-là, un samedi, ils travaillaient à la rénovation thermique par l'extérieur du 18e étage d'un bâtiment lorsque la nacelle sur laquelle ils travaillaient s'est détachée. Aucun des deux n'était formé pour participer à des travaux en hauteur.

 

Jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75.000 € d'amende

 

Un rapport d'expertise versé au dossier a identifié "un défaut d'ancrage" de la plateforme. Sept hommes âgés de 37 à 61 ans sont jugés devant le tribunal notamment pour homicide involontaire, mise à disposition d'équipement de travail sans vérification de sa conformité et travail dissimulé. Ils encourent jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

 

Trois entreprises du BTP sont également sur le banc des prévenus en tant que personnes morales.

 

Les deux victimes vivaient en France depuis trois ans. M. Benstaali, d'origine algérienne, était sans domicile fixe et vivait de "petits boulots", a détaillé lundi la présidente du tribunal Elisabeth Dugre. Il avait été embauché sur le chantier une semaine avant son décès. Auparavant, "il travaillait sur les marchés" et n'avait "pas de qualification" dans le BTP, a assuré son cousin. Omar Azzouz, de nationalité marocaine, a été un temps "plaquiste" à Grenoble mais n'était pas vraiment qualifié, a souligné la présidente.

 

Sous les décombres, les secours vont découvrir que l'un portait "un jean", et l'autre "des tennis", a détaillé la magistrate.

 

"C'est un procès classique du BTP", a estimé avant l'audience Me Jean-Philippe Feldman, avocat des deux familles des victimes. "L'enjeu est de déterminer les responsabilités. Comment deux personnes non qualifiées se sont retrouvées sur ce gros chantier ?", a-t-il déclaré à l'AFP.

 

Le procès doit s'achever vendredi.




Source : batirama.com & AFP / Photo © Racool_studio sur Freepik

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits

SCREENAMAX

Votre avis compte
Selon vous, le BTP est-il un secteur innovant ? (1 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits
Chaussure de sécurité connectée DATI