Un salarié peut-il cumuler plusieurs emplois ?

Un salarié peut-il cumuler plusieurs emplois ?

En cas de cumul d'emplois, attention de ne pas dépasser les durées maximum légales : 10 heures par jour, 48 heures par semaine ou encore 44 heures sur une période de 12 semaines consécutives.




Le principe est défini par l’article L 8261-1 du code du travail : « aucun salarié ne peut accomplir des travaux rémunérés au-delà de la durée maximale du travail, telle qu'elle ressort des dispositions légales de sa profession ». Ainsi, l’employeur doit vérifier qu’un cumul éventuel d’emploi n’aboutit pas à ce que le salarié travaille plus de 10 h par jour, 48 h hebdomadaire ou encore 44 h sur une période quelconque de douze semaines consécutives.

 

 

Dès lors qu’un salarié refuse de remettre les documents permettant de vérifier la durée totale du travail, mettant ainsi son employeur en situation d'infraction, ce dernier peut décider que les agissements dudit salarié sont constitutifs d'une faute grave rendant impossible le maintien du salarié dans l'entreprise (Cass soc. 19 mai 2010, pourvoi n° 09-40923). En outre, un employeur ne saurait licencier de suite un salarié dès lors que les durées du travail ne sont pas respectées. Il se doit d’abord de mettre en demeure le salarié de choisir l'emploi qu’il souhaite conserver afin de de mettre fin au cumul irrégulier d'emploi (Cass soc. 10 décembre 2003, pourvoi n° 01-45826). En outre, il doit laisser au salarié un délai de réflexion suffisant pour lui permettre de choisir entre l'emploi qu'elle souhaite conserver ou la réduction d'horaire proposée (Cass soc. 4 juin 1998. 95-44693)

 

 

Attention ! On notera que sont exclus de l’interdiction de cumul d’emploi prévues à l’article L 8261-1 du Code du travail : les travaux d'ordre scientifique, littéraire ou artistique et les concours apportés aux œuvres d'intérêt général, notamment d'enseignement, d'éducation ou de bienfaisance ; les travaux accomplis pour son propre compte ou à titre gratuit sous forme d'une entraide bénévole ; les petits travaux ménagers accomplis chez des particuliers pour leurs besoins personnels ; les travaux d'extrême urgence dont l'exécution immédiate est nécessaire pour prévenir des accidents imminents ou organiser des mesures de sauvetage (C trav art L 8261-3).

 



Source : batirama.com / François Taquet / Image © Clker-Free-Vector-Images

L'auteur de cet article

photo auteur Emilie Wood
Journaliste, photographe, vidéaste, Emilie Wood travaille depuis 2010 pour la presse, qu’elle soit professionnelle dans les domaines du BTP et de l’agriculture, ou généraliste. Pour Batirama, elle écrit sur des sujets aussi variés que la conjoncture BTP, l’évolution de la réglementation, la rénovation énergétique, les réformes, les innovations, ou encore l’actualité de l’immobilier. Elle apprécie particulièrement réaliser des portraits d’entreprises et révéler les femmes et les hommes qui, chacun à leur manière, font une différence, qu’ils soient entrepreneurs ou collaborateurs d’entreprise.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits

Sales Cloud

Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (195 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits
Predal-Seacoustic

PW168 & PW198