Le premier collectif R+3 en béton de chanvre de Seine-et-Marne

Le premier collectif R+3 en béton de chanvre de Seine-et-Marne

Inauguré le 10 décembre 2021, cet immeuble composé de 45 logements est la première résidence sociale française construite en béton chanvre projeté.



En ce début d’année, les nouveaux locataires de la résidence Botanic découvrent leur logement. Inauguré le 10 décembre 2021, cet immeuble composé de 45 logements allant du T2 au T4 est la première résidence sociale française construite en béton chanvre projeté.

 

 

Première réalisation de l’éco-quartier de l’Ancre de Lune de la ville de Trilport* (Seine-et-Marne), ce projet s’inscrit dans la démarche socio-environnementale du Foyer Rémois**. Un engagement que le bailleur social partage avec la municipalité, qui privilégie notamment l’utilisation de matériaux biosourcés pour son éco-quartier.

 

Le béton de chanvre en vedette

 

Pour composer les parois extérieures de Botanic, le Foyer Rémois a retenu un enduit chanvre/chaux projeté pour les étages intermédiaires et supérieurs et un bardage bois pour l’intérieur des loggias et sur les cages d’escalier côté jardin. C’est la première fois qu’un collectif de trois étages de cette envergure est réalisé en France avec la technique du béton de chanvre projeté, habituellement utilisée sur des bâtiments peu élevés et en isolation lors de rénovation. « Nous avons déjà réalisé un bâtiment en R+4 à Paris, mais ce projet de plus de 2000 m2 de surface à projeter et enduire est un chantier important pour notre entreprise » note Laurent Goudet, président d’Akta, l’entreprise intervenante.

 

 

Au total, 680 m3 de mélange chaux-chènevotte ont été projetés mécaniquement, sur des épaisseurs variant de 38 à 46 cm, selon les niveaux. Pendant 6 mois, une équipe de 6 personnes (et parfois plus) a été mobilisée par l’entreprise Akta entre août 2020 et février 2021. Ce spécialiste de la projection de béton de chanvre basé dans le Morbihan a mis au point son propre système constructif, Akta- BVP. Le mélange est dosé à 110 kg de chènevotte pour 170 kg de chaux grise spécialement formulée pour la projection (un mélange certifié pour Akta) additionnés d’eau.

 

 

« Le parti pris architectural a été de travailler sur différentes épaisseur selon les niveaux, afin d’obtenir un relief esthétique, avec 38 cm en rez-de-chaussée et R+1, 42 cm en R+2, et 46 en R+3 », explique l’architecte Karine Lopes, qui précise : « Les débords ainsi obtenus servent de « goutte d’eau » ; ils limitent les coulures sur les niveaux inférieurs et protègent l’enduit. »

 

Après séchage du mur, un enduit de « dégrossi » prêt à l’emploi, puis un enduit de finition chaux-sable ont été appliqués. L’aspect final des murs des deux bâtiments est donné par un badigeon de chaux coloré.

L’ossature en béton (poteaux/poutres/refends) a reçu une ossature bois secondaire sur laquelle ont été fixées côté intérieur des panneaux de fibres-gypse Fermacell. Ces plaques servent de fond de projection pour fabriquer des murs périphériques en béton de chanvre.

 

 

Des atouts en béton

Grâce aux murs en béton chaux-chanvre, la réduction de la consommation d’énergie primaire pour le chauffage des logements devrait être de 40 % par rapport à des murs en béton armé isolés (avec donc, une baisse équivalente des émissions de CO2). Cette consommation est estimée à 13,7kWh/m2.an.

 

La forte inertie du matériau apporte un confort d’été sans climatisation. Grâce à la « perspirance » du béton de chanvre, les murs respirent et contribuent à offrir un air sain sans Composé Organo-Volatil (COV) aux usagers.

 

La culture du chanvre, exempte de pesticide, permet par ailleurs de capter 15 t de CO2/hectare/an.

 

Ce projet illustre la possibilité de s’engager concrètement dans le développement des circuits courts (une production locale pour une utilisation locale). Les entreprises intervenues sont pour la plupart issues de la région. Les 70 tonnes de chènevotte proviennent d’un chanvre cultivé localement, sur plus de 25 hectares, par une centaine d’agriculteurs. Il a été transformé dans l’usine de « Planète Chanvre », située à moins de 15 km du chantier. Les chutes de matière sont remises dans la machine à projeter, ce qui évite les déchets.

 

 

D'autres avantages notables

Les parois entre les logements sont isolées en fibre de bois et en laine de chanvre, offrant une isolation acoustique performante.

La chaufferie collective, au gaz, est associée à une pompe à chaleur qui permet de préchauffer l’ECS à partir des calories prélevées sur l’air des logements via la VMC (économies d’énergie).

A l’extérieur, le jardin partagé est clôturé en ganivelle de châtaigner et permet le libre déplacement de la faune locale.

 

 

Une filière mature et vertueuse

Avec son bilan en émission de CO2 exceptionnel, le chanvre peut jouer un rôle moteur dans le développement d’une industrie du BTP plus durable et responsable. Il est une réponse à la réglementation environnementale RE2020 qui cible la décarbonation du secteur de la construction en mettant en avant l’utilisation des matériaux biosourcés. La France est leader européen de la production de chanvre, avec 34 300 tonnes de chènevotte par an (dont 5 000 tonnes en Île-de-France). La filière dispose de solides atouts pour permettre à la France et à la Région Île-de-France d’entrer concrètement dans l’économie circulaire.

 

 

Botanic, bâtiment vertueux

Affichant un label E+C- de niveau E2C1 et un label « Bâtiment Bio-sourcé» de niveau 2, Botanic démontre l’intérêt de construire un bâtiment à faible empreinte carbone grâce à des matériaux et procédés innovants tout en garantissant aux locataires confort et charges maîtrisées.

 

 

*Trilport montre la voie en matière de ville durable en développant des projets précurseurs dans le domaine de l’éco-construction et de l’éco-gestion : en 2009, la ville était lauréate de l’appel à projet de la région Île-de-France « Nouveaux Quartiers Urbains ». En 2011, elle fait partie des six lauréats de l’appel à projets de l’Ademe Île-de-France. Avec l’éco-quartier l’Ancre de Lune, la ville construit de manière durable, dans le souci du maintien de la biodiversité et du développement des mobilités douces.

 

 

**Le Foyer Rémois (Groupe Global Habitat) est un bailleur social. Constructeur, aménageur et organisme logeur, il gère plus de 22 000 logements, autour de l’aire Rémoise et aux portes du Grand Paris, plus particulièrement en Seine-et-Marne.

 

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Le Foyer Rémois.

Aménageur : Grand Paris Aménagement

Maître d’oeuvre et Architecte : Zetta Green – Voulangis (77)

Entreprise Générale : Thouraud (Groupe Fayat- Reims)

Projection du chanvre : AKTA

Projet initié en mars 2016

Durée du chantier : 2 ans 2 mois (sept 2019-dec 2021)

Surface de plancher : 2 860 m2

Coût de l’opération : 7,5 millions d’€ HT

Labels : RT2012 -20% ; E+C- niveau E2C1 ; Bâtiment biosourcé niveau 2



Source : batirama.com  / Emmanuelle Jeanson

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Comptez vous mettre en place des mesures pour réduire votre consommation énergétique ? (8 votants)
Oui, c'est une urgence.
Non, on en fait déjà assez.
 

Articles

Agenda

Boutique

Les couvertures en tuiles

Les enduits de façade - NF DTU 26.1

Etanchéité à l'air des réseaux de ventilation