Lancement de la construction du parc éolien en mer du Calvados

Lancement de la construction du parc éolien en mer du Calvados

D’une capacité de 448 MW, le projet du parc éolien en mer du Calvados est composé de 64 éoliennes localisées à plus de 10 km au large des côtes du Bessin, sur une surface d’environ 45 km².






A sa mise en service attendue courant 2024, il produira l’équivalent de la consommation annuelle en électricité de 630 000 personnes, soit plus de 90 % de la population du Calvados. Le coût total d’investissement du projet est estimé à environ 2 milliards d’euros. Il sera majoritairement financé par une dette sans recours. Le parc éolien en mer du Calvados bénéficie d’un contrat d’achat d’électricité (PPA) d’une durée de 20 ans, accordé par l’Etat en juin 2018.

 

Le chantier d’une durée de trois ans et demi, mobilisera plus de 1 000 emplois directs en Normandie. Les éoliennes du futur parc seront fabriquées au Havre dans l’usine de Siemens Gamesa Renewable Energy sur le Quai Joannes Couvert en cours de construction.

 

A sa mise en service au premier semestre 2022, l’usine de fabrication des turbines créera elle-même au total 750 emplois directs et indirects, souligne le communiqué. Cette même usine produira également les 71 éoliennes du parc éolien en mer de Fécamp remporté par le même consortium et dont la construction a été lancée en juin 2020.

 

Début des travaux du parc éolien en 2022

 

L’assemblage des éoliennes s’opèrera sur le port du Havre d’où elles seront directement transportées jusqu’au site d’installation par voies maritimes. Les travaux en mer du parc éolien du Calvados démarreront en 2022.

 

RTE, responsable du raccordement du parc, lancera ses travaux à terre dès mars 2021. Le consortium a signé ses principaux contrats de fourniture avec des fournisseurs de premier rang, parmi lesquels :

 

  • Siemens Gamesa Renewable Energy (SGRE) pour les 64 turbines éoliennes de7 MW chacune ;

 

  • Saipem pour leurs fondations monopieux ;

 

  • Prysmian Group pour les câbles sous-marins reliant les éoliennes aux sous-stations électriques en mer ;

 

  • Chantiers de l’Atlantique, avec GE Grid Solutions et SDI pour la sous-station électrique en mer.

 

Etudes environnementales approfondies

 

Durant l’exploitation du parc, une centaine d’emplois locaux pérennes seront créés pour en assurer la maintenance depuis le port de Caen-Ouistreham. Ce projet s’appuie sur une large concertation menée depuis plus de dix ans avec les acteurs du territoire (services de l’Etat, élus de la Région Normandie, des communes littorales et associations de riverains).

 

Des études environnementales approfondies ont été réalisées par des bureaux d’études experts, en lien notamment avec les associations locales de protection de la nature et de l’environnement, souligne le communiqué.

 

Un dialogue étroit et continu a également été mené avec les professionnels de la pêche pour permettre la cohabitation des usages et notamment la pêche à la coquille Saint Jacques, indiquent les trois actionnaires du projet. EDF Renouvelables et EIH Sarl (filiale d’Enbridge) détiennent 42,5 du projet tandis que wped détient 15 % du projet

 


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (490 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Techniques et pratique du plâtre