Le Bâtiment repart mais s'alarme du plongeon de la construction neuve

Le Bâtiment repart mais s'alarme du plongeon de la construction neuve

Si l’activité du Bâtiment a réussi sa reprise selon la Fédération française du Bâtiment, le plongeon de la construction neuve depuis 7 mois inquiète la profession.





Les nouvelles sont rassurantes en ce qui concerne la reprise d’activité du Bâtiment selon la Fédération française du Bâtiment qui a revu ses pronostics. Alors qu’elle annonçait une chute de 18 % de l’activité pour l’année 2020, en juin dernier, elle table aujourd’hui sur une chute d’environ 15 % de la production. Une estimation qui pourrait être révisée en fin d’année « avec peut-être une baisse de 12 % » si la conjoncture s’y prête, selon Olivier Salleron.

 

La FFB constate, en effet, que malgré une baisse des trésoreries et des marges de 2,4 par rapport à fin 2019, les entreprises ont des carnets de commandes garnis. Par ailleurs, elles ont pu conserver leurs effectifs permanents.

 

Mieux, près de 18 400 postes ont été créés sur le premier semestre 2020 par rapport au premier semestre 2019. Les mesures d’urgence post Covid mises en place par le gouvernement ont donc porté leurs fruits.

 

10 000 à 20 000 emplois pourraient être sauvés avec MaPrimeRénov’

 

La FFB estime en outre que le secteur pourrait ne perdre aucun emploi d’ici à la fin de l’année, si les annonces récentes faites par Emmanuelle Wargon sur MaPrime’Renov sont bien mises en oeuvre.

 

Selon la ministre du Logement, les particuliers pourraient bénéficier dès le premier octobre de la mise en oeuvre de la prime (dont les critères d’attribution ont été élargies dans le cadre du Plan de Relance). Un coup de pouce, selon la FFB, favorable à l’activité des entreprises et artisans dans le domaine de la rénovation qui représente 50 % du CA du secteur.

 

En revanche, faute de déblocage cet automne de la prime, les pertes d’emplois sur l’année 2020 pourraient alors concerner 10 000 à 20 000 postes (intérim compris), souligne le président de l’organisation professionnelle.

 

Fort recul dans le résidentiel neuf et effondrement de la promotion

 

Si la reprise se confirme de manière certaine, tout n’est pas rose et loin de là pour la FFB. La construction neuve résidentielle devrait chuter à - 23,6 % en 2020 (versus 2019) et le neuf non-résidentiel à - 23 %. Bureaux, bâtiments administratifs, entrepôts industriels sont concernés.

 

Dans le résidentiel neuf, les ventes en individuel diffus reculent de 18,1 % en glissement annuel sur 7 mois tandis que les ventes des promoteurs s’effondrent de 30,9 % entre les premiers semestres 2019 et 2020. De son côté, le secteur de l’amélioration entretien semble mieux résister et la FFB prévoit une baisse d’activité limitée à -7,6 %.

 

« La rénovation écologique et thermique a bien été prise en compte par le gouvernement dans son plan de relance, mais le problème perdure sur le neuf dont l’activité correspond à la moitié du chiffre d’affaires du secteur » insiste Olivier Salleron. Un plongeon dans le neuf qui pourrait s’aggraver en 2021 et 2022, estime le président, si aucune mesure n’est prise pour l’année prochaine.

 

Dans l’attente du Projet de Loi de Finances 2021

 

En effet, faute d’avoir pu être entendue par le gouvernement dans le cadre du Plan de relance, l’organisation patronale table sur le prochain Projet de Loi de Finances 2021 pour inverser la tendance dans le neuf.

 

Et les mesures à prendre en priorité consisteront, pour la FFB, à lever les freins d’avant crise, afin de soutenir la demande des particuliers et des investisseurs dans la construction neuve ; Il s’agit notamment du retour du PTZ neuf (Prêt à taux zéro) à 40 % sur tout le territoire et la prorogation du dispositif Pinel jusqu’en 2022 (il est programmé jusqu’en 2021 et n’offre donc pas de visibilité à si brève échéance pour la FFB).

 

L’élargissement du PTZ neuf, limité aujourd’hui à 20 %, pourrait en effet donner un coup de pouce aux Primo-accédants écartés du marché de l’accession faute d’apport personnel suffisant. « Cette mesure ne coûte pas cher à l’Etat et faciliterait l’octroi des crédits aux particuliers » plaide Olivier Salleron.

 

Faciliter l’accès à la propriété via l’accès au crédit immobilier

 

Afin de permettre aux particuliers d’accéder à la propriété, la FFB recommande un assouplissement des préconisations du Haut conseil de stabilité financière (HCSF) en matière d’octroi du crédit immobilier. D'ailleurs, les perspectives économiques incertaines  pour les ménages français en 2021 ont de quoi refroidir les ardeurs des établissements bancaires.

 

Rappelons qu’au début de l’année, le HCSF a préconisé de limiter le taux d’endettement à 33 % en matière de crédit immobilier ainsi que la durée de l’emprunt à 25 ans maximum. Un tour de vis qui a eu pour effet d’exclure un nombre important de ménages primo-accédants du marché, selon la profession, qui plaide notamment pour un allongement de la durée du crédit.

 

Enfin, parmi les mesures de simplification, la FFB insiste sur la nécessité de créer un permis de construire déclaratif dans certaines zones déjà sous autorisations (zones d’aménagement concernée), obtenu après vérification de la complétitude du dossier par le service instructeur.


Source : batirama.com / Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1555 votants)
Oui
Non
 

Boutique



Fenêtres en travaux neufs Aluminium, bois, PVC - NF DTU 36.5