Les ventes de bois menacées avec l'infestation de coléoptères

Les ventes de bois menacées avec l'infestation de coléoptères

Les ventes de bois ont enregistré un recul de 15% en France en 2019, affectées par un ralentissement de la croissance chez de gros importateurs et une infestation de coléoptères "catastrophique".






Ce recul, qui intervient après plusieurs années de croissance, se traduit concrètement par une réduction des volumes mis sur le marché, à 1,6 million de m3 en 2019 contre 1,9 million en 2018, selon les acteurs de la forêt privée.

 

Le prix de vente moyen des bois a en outre reculé de 10%, à 60 euros/m3 en 2019, contre 66 euros/m3 en 2018, selon l'indicateur 2020 de l'interprofession France Bois Forêt. Parmi les essences de feuillus, le chêne a vu son prix moyen baisser de 14% à 163 euros/m3, en raison notamment d'une baisse de la demande chinoise.

 

"On a moins vendu de chêne parce que l'activité mondiale a baissé (...) et la Chine, qui est devenue un client important, a été d'autant plus touchée que son principal client, les Etats-Unis, a arrêté de lui acheter" notamment du parquet de chêne, "à partir de mars, avril 2019", en raison de la guerre commerciale entre les deux pays, a expliqué Eric Toppan, économiste du bois.

 

Infestation de coléoptères : "une véritable catastrophe"

 

Du côté des résineux, l'invasion des scolytes, ces coléoptères qui creusent des galeries sous l'écorce des arbres et particulièrement des épicéas, continue de faire rage et de mettre à mal cette partie de la ressource. "Malheureusement, le péril s'aggrave.

 

On est au bord d'une véritable catastrophe, parce que les conditions climatiques se sont aggravées: des printemps doux et humides, et un été qui se prépare assez doux et sec maintenant, il n'y a rien de tel pour que ça reparte", a déploré M. Toppan.

 

Cette crise sanitaire a un "double effet", a-t-il rappelé: des attaques qui détériorent la qualité des bois et abaissent une première fois les prix, et "un effet volumes", du fait de la quantité importante de bois sur les marchés. Conséquence, les prix des résineux ont reculé dans leur ensemble de 5%, une baisse évidemment plus marquée pour l'épicéa commun, dont le prix moyen a chuté de 22%, à 36 euros/m3 en 2019.

 

L'année 2020 s'annonce morose

 

L'année 2020 s'annonce tout aussi morose, en raison de la crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus, et particulièrement des deux mois de mise à l'arrêt du secteur du bâtiment en France : "50% de la valeur ajoutée de la filière est faite dans le domaine du bâtiment et de la construction", a rappelé M. Toppan.

 

Autre facteur de déprime, la fermeture pendant six semaines des magasins de bricolage, laquelle a contribué à "un coup d'arrêt très brutal de la filière pendant toute la crise", selon M. Toppan.

 

A l'inverse, la vente par correspondance et la grande distribution ont dopé les ventes de palettes et d'emballages en carton, cependant moins rémunérateurs. La filière espère voir les consommateurs privilégier l'achat de produits français pour favoriser la reprise.

 

Photo ©Felix Mittermeier Pixabay


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (91 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Façades rideaux - NF DTU 33.1