NF DTU 60.33 – Canalisations en PVC non plastifié : évacuation d'EU et d'EV

NF DTU 60.33 – Canalisations en PVC non plastifié : évacuation d'EU et d'EV

Selon la réglementation, l’évacuation des EU dans les ouvrages d’évacuation des EP est strictement interdite. Le NF DTU 60.33 vous aidera donc à bien concevoir les installations des EU.

Photo ©plomberie-sanitaire.net



Domaine d’application

 

Le NF DTU 60.33 « Canalisations en polychlorure de vinyle non plastifié – Évacuation d’eaux usées et d’eaux vannes » donne les prescriptions de mise en œuvre d’installations d’évacuation des eaux usées (EU) et des eaux vannes (EV) :

  • de bâtiments et de leurs annexes ;
  • enterrées ou non.

 

L’emploi de ce type de canalisations n’est pas approprié pour les eaux usées des laveries et cuisines industrielles ou collectives.

Il est applicable dans toutes les zones climatiques ou naturelles de France, y compris en climat tropical humide.

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle d’octobre 2007.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter les matériaux nécessaires à la mise en œuvre de canalisations en PVC pour l’évacuation des eaux usées et des eaux vannes (tubes, raccords, bagues d’étanchéité, adhésifs, colliers de fixation et autres supports, fourreaux, siphons de sol, etc.) sont données dans la partie 1-2 « Critères généraux de choix des matériaux » du NF DTU 60.33.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Dispositions générales

 

Les façonnages et formages des éléments en PVC sont interdits aussi bien sur chantier qu’en atelier de chantier. Seul le formage des emboîtures pour les parties apparentes ou dissimulées et accessibles des réseaux est autorisé.

Il est préférable d’utiliser des manchons.

 

Les seules opérations d’usinage autorisées sont la confection à la lime, à la meule ou à l’aide d’un outil spécial pour la réalisation des chanfreins nécessaires sur les extrémités mâles des tubes après coupe.

La réalisation des soudures par chalumeau à air chaud avec baguette d’apport ou par résistance électrique chauffante n’est pas autorisée.

 

Les différentes opérations de mise en œuvre doivent être réalisées avec des outillages qui n’entraînent pas de détériorations des éléments, ni affectent leurs caractéristiques.

Toute pièce portant une zone dégradée (rayures ou entailles profondes, fissures, etc.) doit être supprimée, augmentée d’au moins 10 cm de part et d’autre de cette zone.

 

Les assemblages PVC-PVC peuvent être réalisés de plusieurs manières :

 

  • Par collage : ce type d’assemblage nécessite une grande propreté des éléments à assembler. Le collage doit se faire à l’abri de la pluie et dans les limites de température ambiante données dans l’avis technique relatif au produit de collage utilisé. L’embout mâle doit être chanfreiné et une marque doit être réalisée pour formaliser la profondeur d’emboîtement. Après dépolissage, nettoyage et dégraissage des surfaces à mettre en contact, la colle est appliquée à l’aide d’un pinceau sur l’entrée de l’emboîture et sur toute la longueur de l’embout mâle. Ensuite, immédiatement, l’emboîtement des deux éléments doit être opéré. L’excédent d’adhésif à l’extérieur de l’assemblage doit être retiré avec un chiffon. La mise en service n’est possible qu’après un temps de séchage minimal indiqué dans l’avis technique ou le document technique d’application de l’adhésif utilisé ;

 

  • Par bague d’étanchéité : le système peut être fixe ou coulissant (pour ce dernier, les mouvements longitudinaux des éléments entre eux dus au retrait ou à la dilatation sont possibles). Tout comme l’assemblage par collage, celui par bague d’étanchéité requiert une propreté de tous les éléments à assembler, y compris la bague de joint elle-même. Après coupe éventuelle du tube et chanfreinage de l’embout mâle, une marque doit être réalisée sur ce dernier afin de repérer la profondeur d’emboîtement. Après lubrification, l’embout mâle est placé dans l’emboîture jusqu’au repère préalablement tracé.

 

D’autres types d’assemblages peuvent être nécessaires. Il s’agit notamment de ceux :

 

  • avec des canalisations de nature autre que le PVC : dans ce cas, un joint d’étanchéité solidaire de l’emboîture du tube ou du raccord sera utilisé ;
  • avec les appareils à desservir (cuvettes de WC, baignoire, etc.) : le raccordement est réalisé à l’aide d’une pipe, d’un manchon avec joint élastomère ou selon le type de siphon rencontré ;
  • destinés à être démontés : ces assemblages sont réalisés à l’aide de bride, collet ou union trois pièces.

                                                                                                                                         

Pose des canalisations

 

Les efforts de flexion et de torsion des canalisations sont à éviter lors de la mise en œuvre.

Les pièces lourdes nécessitent d’avoir leurs fixations propres, indépendantes.

Les réseaux mis en œuvre doivent être situés à une distance suffisante de sources de chaleur et à des endroits permettant de limiter des chocs éventuels.

 

Plusieurs types de mise en œuvre peuvent être utilisés :

 

  • Pose en apparent ou en dissimulé accessible : les fixations sont assurées par des colliers compatibles avec la nature de la paroi. Ils sont mis en place sans serrage à force (sauf raisons particulières) laissant ainsi la possibilité d’un léger glissement. Ainsi, ils ne bloquent pas les canalisations. L’espacement entre colliers dépend du diamètre extérieur de la canalisation et de son allure (horizontale ou verticale) ;
  • Pose en gaine inaccessible : mêmes prescriptions que pour la pose en apparent ou dissimulé accessible à l’exception que seuls les assemblages par collage, ainsi que les manchons de dilatation, sont autorisés ;
  • Pose en encastré ou en enrobé : ce cas se présente lorsque plus d’un mètre de réseau est noyé dans le gros œuvre respectivement après ou avant réalisation de ce dernier. Dans cette configuration, seul un assemblage par collage est autorisé. De plus, des points d’ancrage doivent être mis en œuvre à minima tous les 2 mètres sur le parcours d’une canalisation et à 10 cm de ses sorties ;
  • Traversée de plancher ou de mur : ici, il s’agit d’une partie de canalisation rendue inaccessible sur une longueur inférieure à un mètre. Ces traversées peuvent être constituées d’un point fixe, d’un passage avec fourreau permettant une certaine mobilité de la canalisation ou d’un passage avec jeu sans fourreau ;
  • Pose en enterré : les canalisations sont placées sur un lit de pose sans fourreau. Les assemblages sont réalisés par collage ou bague de joint. Le remblayage de la fouille doit être fait à l’aide d’éléments fins et homogènes jusqu’à 20 cm au-dessus de la tuyauterie.

 

 

Une fois l’installation finalisée, des essais de fonctionnement et la réception des travaux doivent être réalisés selon les prescriptions du NF DTU 60.1, sous réserve qu’elles ne soient pas contraires aux prescriptions du présent NF DTU.

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 60.33. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2478 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique