Rénovation des fenêtres : choisir le bon produit et sa mise en œuvre

Rénovation des fenêtres : choisir le bon produit et sa mise en œuvre

Lors des changements de fenêtres, 50 à 60 % des désordres sont dus à des défauts de pose. Une rénovation réussie passe donc par un bon diagnostic et une mise en œuvre soignée.





Dynamisé par le crédit d’impôt accordé pour l’achat de matériaux d’isolation thermique, le marché de la rénovation a connu une augmentation importante ces deux dernières années. Sur la totalité des fenêtres et portes-fenêtres  installées, 70 % sont destinées à la rénovation. Depuis le 1er janvier 2009, seules sont éligibles au crédit d’impôt, les menuiseries présentant un coefficient de transmission thermique Uw ≤ à 1,4W­/m2.K pour le PVC, 1,6 W/m2.K pour le bois et 1,8 W/m2.K pour l’aluminium. Quant aux vitrages de rénovation installés sur une menuiserie existante, ils doivent avoir un Ug ≤ à 1,5 W/m2.K. Une fois ce point précisé au client, il convient d’identifier ses attentes.


Identifier les attentes du client


« Changer des fenêtres demande une réflexion préalable », souligne Frédéric Henry de l’AQC. «Quelles sont les priorités de votre client ? Souhaite-t-il réaliser des économies d’énergies, améliorer le confort acoustique, la résistance à l’effraction, les performances d’étanchéité à l’air ?…» À vous de lui proposer une ou plusieurs solutions techniques appropriées, un type d’ouverture, un matériau en particulier et une mise en œuvre adaptée (voir encadrés solution).


Source : batirama.com / Virginie Bourguet

 

 Avis d'expert  Philippe Macquart*  «Un diagnostic !ndispensable»

 

renofenetre-expert.jpg

L’artisan doit étudier la fenêtre existante et sa configuration afin d’établir un diagnostic préalable de la menuiserie. Il est indispensable d’évaluer l’état du dormant pour envisager sa dépose ou son maintien, la présence d’infiltration au niveau des pièces d’appui, le contrôle de l’aplomb et de l’équerrage de la structure sans oublier de faire un point sur le système de ventilation du logement. La mise en place de nouvelles fenê­tres plus étanches modifie les conditions de ventilation…
 Il est donc nécessaire de vérifier que le logement est équipé d’une VMC ou prévoir un système de renouvellement d’air et de réa­liser, sur la nouvelle menuiserie, une mortaise de ventilation dimensionnée en fonction du système de ventilation en place. Concernant la mise en œuvre, il faut, au niveau de la maçonnerie, soigner la réalisation des jambages de la bande de redressement et la jonction appuis/tableaux, contrôler l’horizontalité de l’appui. Au niveau de la menuiserie, le dormant existant doit être traité lorsqu’il est conservé et il faut refaire une liaison étanche avant de le recouvrir. Un soin  tout particulier est à porter au raccordement entre le cordon sous la traverse basse et les cordons verticaux et, surtout, la traverse basse de la menuiserie ne doit jamais être percée. Enfin n’oublions pas, la prise de côte, un point crucial qui va conditionner la mise en œuvre. L’artisan doit être à la fois poseur et concepteur de la future menuiserie. C’est à cette condition que la pose sera un jeu d’enfant. »
* Délégué général de l’UFME, l’Union des fabricants de menuiseries extérieures

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (191 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits