Amiante: comment inciter 250 000 personnes à se former

Amiante: comment inciter 250 000 personnes à se former

La filière BTP se mobilise au travers d’une campagne nationale de sensibilisation présentée par l'OPPBTP. Quelque 900 000 professionnels sont potentiellement exposés au risque amiante.






Quinze millions d’habitations contiennent de l’amiante sous une forme ou une autre : à travers des flocages, des calorifugeages de canalisations, dans des faux-plafonds, des dalles plastique vinyle ou des matériaux en fibre-ciment. En clair, toutes les constructions antérieures au 1er janvier 1997 sont susceptibles de receler de l’amiante.

 

« Les professionnels confrontés à ce risque majeur doivent donc se former selon l’arrêté du 23 février 2012 modifié le 8 mars dernier » rappelle Patrick Loup, président de l’OPPBTP. L’Etat a défini un cadre réglementaire précis en distinguant 3 profils de travailleurs (opérateurs, encadrement technique et encadrement de chantier) et plusieurs types de formations.

 

Une campagne pour 4 ans

 

La filière lance donc une campagne pour sensibiliser les professionnels à ce risque (voir encadré). L’OPPBTP a constitué un groupe de travail avec la Capeb, la FFB, la fédération des Scop du BTP, la FNTP, la CNAMTS et l’INRS*. Une convention a été signée entre toutes ces organisations afin de promouvoir la mise en œuvre de l’arrêté du 23 février.

 

L’objectif est de bien favoriser l’application effective de cette obligation de formation au sein des entreprises, TPE y compris. « Cela représente 250 000 personnes à former, à raison de 2 à 5 jours par formation, d’où une tâche immense que la profession doit gérer » explique Philippe Tempere, président du groupe national amiante (FFB).

 

En effet, la campagne doit permettre également de sensibiliser les maîtres d’ouvrage qui doivent aussi assumer leurs responsabilités. « Les diagnostics amiante doivent être bien faits, et les maîtres d’ouvrage publics et privés doivent être mobilisés pour accepter les éventuels surcoûts liés au désamiantage » ajoute Philippe Tempere.

 

Amiante : 3000 décès en 2010

 

« L’enjeu est de taille, rappelle Michèle Guimon, de l’INRS : l’amiante a provoqué le décès de 3000 personnes en 2010 et 4744 maladies professionnelles cette même année" (dont 1200 cas dans le BTP)

 

En effet, 25 à 30 % des professionnels sont touchés parmi lesquels les plombiers-tuyauteurs (les plus concernés), les électriciens et les maçons. « Avec plusieurs millions de m2 d’amiante dans les bâtiments, le risque va perdurer », termine Michèle Guimon.

 

Légende : Les représentants des organisations professionnelles ont lancé la campagne de prévention sur le stand de l’OPPBTP à Intermat

 

 

Source : batirama.com / Fabienne Leroy

 

 

Une campagne nationale

 

Cette campagne repose sur trois vecteurs de communication : une campagne média avec trois visuels (dont le message principal est « pas formé, pas toucher », un site internet et une émission interactive de 45 minutes intitulée « Question d’expert » (disponible sur le site et sous forme d’un DVD).

 

L’émission se présente sous la forme d’un quiz avec 3 grandes thématiques : santé, exigences réglementaires, interventions techniques. Un public composé de 50 chefs d’entreprises et de salarié répond à des questions à l’aide d’un boîtier. Des interventions d’experts illustrent chaque thématique. Le DVD très instructif pour tester ses connaissances est disponible gratuitement. A commander à l’OPPBTP (01 46  09 27 00) ou sur le site www.amiantereponsedexpert.fr

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 500 - Décembre 2021 / Janvier 2022

   

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (1132 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Maisons et bâtiments à ossature bois