Hydrogène de France réussit son introduction en bourse

Hydrogène de France réussit son introduction en bourse

Hydrogène de France ou HDF Energy a levé 132,2 millions d’Euros lors de son introduction en bourse, de quoi financer la construction de sa première usine de piles à combustibles.





HDF Energy, est une entreprise bordelaise qui s’appuie sur les stacks du canadien Ballard pour concevoir et fabriquer des piles à combustible de 1,5 MWe dans un premier temps, de plusieurs MWe à terme.

 

Depuis 2019, l’entreprise a continué son développement : conception d’un datacenter fonctionnant à l’hydrogène vert avec Athos, projet Hygéo de stockage d’hydrogène avec Téréga, production de piles à combustibles pour les navires avec ABB, … et introduction en bourse sur le marché règlementé Euronext Paris.

 

Le 23 juin, HDF Energy a émis 3 703 704 actions nouvelles au prix de 31,05 € par action. La demande a atteint 1,7 fois le nombre d’actions mises sur le marché. Les nouvelles actions ont, pour l’essentiel (83,8%), été allouées aux investisseurs institutionnels. Environ 16,2% des actions ont été allouées aux personnes physiques.

 

Introduction en bourse réussie

 

Le règlement-livraison des actions interviendra le 25 juin 2021. Les actions seront admises aux négociations sur le marché réglementé d'Euronext Paris à compter du 24 juin 2021, sur une ligne de cotation intitulée « HDF Promesses ». Le 28 juin, les négociations des actions d’HDF Energy démarreront sur une ligne de cotation intitulée « HDF ».

 

A l’issue de cette opération, les principaux actionnaires sont Damien Havard, fondateur et Président-Directeur Général d’Hydrogène de France (45,73% du capital), Immmosun Solutions (5,84%), autre fondateur, Kefen (13%), Rubis (18,46%) et Teréga Solutions. La capitalisation boursière d’HDF Energy atteint 425,7 M€, avant début des échanges sur Euronext.

 

Kefen est une holding appartenant au business angel bordelais Jean Clavel. Le groupe Rubis est un développeur de solutions énergétiques vertes, notamment dans les Caraïbes partenaire à long terme d’Hydrogène de France. Teréga Solutions est un acteur important des infrastructures de transport et de stockage de gaz en France.

 

Teréga s’oriente désormais vers le transport et le stockage d’hydrogène. Le but de la collaboration en HDF Energy et Teréga Solutions est de développer de grandes infrastructures de transport et de stockage d’hydrogène, à partir desquelles Hydrogène de France pourrait déployer à grande échelle son offre décarbonée Hypower.

 

Construire une usine près de Bordeaux et un premier datacenter vert

 

Le produit de cette augmentation de capital, environ 90 M€ nets, sera pour un tiers utilisé pour le développement des projets en cours en recrutant des personnels très qualifiés, pour 50% pour permettre à HDF Energy d’investir plus de ses fonds propres dans les projets qu’elle développe avec des partenaires. Environ 20% financeront la construction d’une usine sur l’emplacement de l’ex-usine Ford à Blanquefort, dont le coût total est évalué à 20 M€.

 

 

 

La mise en service de la première usine HDF Energy est prévue pour 2023 et elle créera 100 emplois industriels dès le début de son activité. Ce sera la première usine au monde pour la production de masse de piles à combustible de forte puissance. ©HDF Energy

 

 

 

Dans le même temps, HDF Energy et Atos, le géant des services informatiques, prévoient la mise un service d’un premier datacenter qui fonctionnera à l’hydrogène vert, grâce à une centrale Renewstable conçue par HDF Energy. ©HDF Energy

 

Energies renouvelables intermittentes pour alimenter le stockage d'énerge massif

 

Les datacenters ont des besoins énergétiques élevés, fonctionnent 24/7, 365 jours par an, et ne peuvent pas connaître le moindre défaut énergétique. Sachant cela, l'approche adoptée par Atos et HDF, qui repose sur des sources d’énergie intermittentes, est particulièrement ambitieuse et même osée. Mais, les deux entreprises anticipent juste le moment où, face à l’augmentation constante des consommations d’énergie du numérique, les autorités de régulation imposeront de fortes contraintes. Atos et HDF Energy veulent proposer une solution à la fois durable et fiable à leurs clients, sans aucun compromis sur la fiabilité.

 

Les centrales Renewstable d’HDF Energy associent des énergies renouvelables intermittentes, l’éolien et le solaire photovoltaïque pour alimenter un stockage d’énergie massif et de longue durée (électrolyseur sur site + stockage d’hydrogène + piles à combustible) et un stockage d’énergie à court termes en batteries Li-ion. Atos concevra et fournira le matériel, les logiciels et les services d'intégration qui permettent d'exploiter l'électricité produite à partir d'hydrogène vert.

 

La solution d'Atos comprend une couche logicielle qui vise à prévoir les besoins électriques du datacenter et à adapter la ressource (l’hydrogène vert) en conséquence. Ce processus complexe n'est pas seulement basé sur l'activité et la taille du datacenter, mais prend également en compte des données externes liées à l'environnement, comme les prévisions météorologiques.

 

Stockage géologique d’énergie en cavité saline

 

Nous n’avons pas fini d’entendre parler d’HDF Energy et de ses projets. L’entreprise a notamment signé un MoU (Memorandum of Understanding) avec Teréga. pour développer et proposer des solutions de stockage géologique d’énergie en cavité saline. Dans le cadre de ce MoU, HDF et Teréga ont lancé le projet pilote HyGéo, un projet innovant d’envergure nationale et européenne qui initie le déploiement d’une nouvelle filière de stockage massif d’énergie par hydrogène.

 

 

 

Le stockage massif de l'énergie, permettant une forte intégration des énergies renouvelables intermittentes dans le mix électrique, est l’une des nécessaires composantes de la transition énergétique. Il requiert la disponibilité de grands volumes que peuvent offrir les ressources du sous-sol. ©HDF Energy

 

Le stockage d’hydrogène en cavité saline est aussi une opportunité pour construire des réseaux dédiés à l’hydrogène dans le cadre d’une logistique de distribution à grande échelle. Il s’inscrit dans la stratégie de développement de la filière hydrogène, au cœur des programmes européens et français de relance économique.

 

A travers une installation pilote, HyGéo vise l’étude du stockage souterrain d'énergie via de l'hydrogène « vert », obtenu par électrolyse de l'eau, donc sans émission de gaz à effet de serre. Cet hydrogène non polluant sera stocké dans une cavité géologique abandonnée, utilisée auparavant pour le stockage d'hydrocarbures. Grâce à des piles à combustible de forte puissance fournies par HDF Energy, l’hydrogène stocké produira de l’électricité.

 

HyGéo est un pilote dimensionné pour être déployé rapidement. La première phase a démarré en 2020 par l’étude de faisabilité technico-économique, avec l’aide du BRGM. Les études d’ingénierie et de construction débuteront en 2022 pour une exploitation en 2024. Réalisé dans une ancienne cavité saline de la commune de Carresse-Cassaber (64) en Région Nouvelle-Aquitaine, HyGéo stockera environ 1,5 GWh d’énergie, ce qui représente l’équivalent de la consommation annuelle de 400 foyers. Le budget total pour la réalisation de ce site pilote est estimé à 13,5 millions d’euros.

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 499 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (1031 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Installations électriques et de communication des bâtiments d’habitation

Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1