Les solutions maçonnées parient sur les process verts et éco-conçus

Les solutions maçonnées parient sur les process verts et éco-conçus

Les industriels du lot structure font évoluer leur process dans le cadre d'une stratégie industrielle plus verte et plus efficace et à la fois pour inscrire leurs produits dans la transition environnementale.





Légende : La Tour Ycone, signée de l’architecte Jean Nouvel. Les planchers sont montés avec des poutres intégrant des coffrages Schöck ASE et préfabriquées par l'entreprise Plattard SAS. © Guillaume Perret

 

La transition énergétique et environnementale concerne de plein fouet les industriels de la construction : leurs solutions doivent être adaptées aux nouveaux modes constructifs et aux enveloppes performantes thermiquement.

 

Un exemple est donné par Daniel Costa, Directeur Commercial et Marketing chez Schöck : « Un collaborateur chez Schöck a eu l’idée de détourner l’application des coffrages perdus préfabriqués (ASE) pour faire un profilé adapté à la mise en place des rupteurs thermiques. Les équipes de construction ont pu retrouver leur cadence d’avancement de travaux avec quelques valeurs ajoutées comme une finition idéale à la jonction de la dalle et du voile. Le fabricant Plattard avec lequel nous travaillions, a pu développer un concept de poutres évidées et précoffrées avec nos coffrages ».

 

Limiter les déchets en usine

 

Ces éléments de coffrage perdu en béton fibré présentent aussi l’avantage de ne générer aucun déchet en usine lors de la préfabrication par rapport aux systèmes traditionnels. Un autre exemple est donné par le Groupe Privé, qui a développé et commercialisé au début des années 2000 les profils à joint debout en acier galvanisé laqué Styl’inov pour la toiture, avec au choix le profil N°1 à sertir et le profil N°3 à clipper.

 

« Puis devant la demande croissante pour la façade liée au développement du marché de l’isolation par l’extérieur, nous avons lancé en 2017 pour le bardage un produit similaire avec une gamme de profils N°1 à sertir et de profils N°3 à clipper », précise Denis Molinier, Directeur de projets chez Privé SA.

 

Une industrie économe et bas carbone

 

Les entreprises développent une stratégie environnementale globale avec un process vert et des produits éco-conçus, à l'exemple de l'industriel Seac. Parmi ses produits l'EBS (Entrevous Bois Seac) est fabriqué en matériau biosourcé à base de copeaux de bois tandis que le PlastiVS est un hourdis fabriqué uniquement à base de matière recyclée.

 

Pour les produits en béton, une formulation moins polluante de ciment est intégrée depuis fin 2019 dans la totalité de la production. Tous les déchets émanant des usines (eau, laitance, casse de produits) sont recyclés ainsi que les bois de palettes et les bois de calage en fin de vie. Par ailleurs une huile végétale et biodégradable est utilisée pour huiler les moules et les pistes de fabrication.

 

Moins de consommation en ressources pour la filière terre cuite

 

Pour la filière terre cuite, l'ensemble des industriels sont engagés dans une transition énergétique au travers de leur process avec une moindre consommation en ressources (eau, énergie, matières premières), du recyclage et un recours aux énergies renouvelables et à la bioénergie (biomasse, biogaz...).

 

Dans le cadre de la stratégie nationale bas carbone, la filière a d'ailleurs lancé un programme baptisé « Usine Bas Carbone 2050 » et confié au CTMNC (Centre Technique de Matériaux naturels de construction) avec l'ambition d'identifier et d'évaluer des dizaines de solutions innovantes.  

 

 

Interview de Bertrand Bedel, Président de la FIB (Fédération de l'Industrie du Béton)

 

Bertrand Bedel © FIB

 

Quel est le profil des industriels que vous représentez ?

 

Bertrand Bedel : La FIB représente les industriels de la préfabrication en béton. En septembre, la Fédération vient de publier la brochure « Economie & Gestion » pour 2019, année où la profession était composée de 477 entreprises pour un peu moins de 19 000 salariés directs et a réalisé un CA annuel total de 2,7 milliards d'euros.

 

Concernant la répartition en taille d'entreprises, l’Industrie du béton est très largement composée de PME, assurant aussi un bon maillage territorial et un approvisionnement local sur les chantiers.

 

Quelles sont les perspectives du marché ?

 

Si l'effet de reprise d’activité est réel, la période de confinement, voire au-delà, a été marquée par l’arrêt de l’instruction des permis de construire, d’où notre prudence quant aux perspectives.

 

Pour beaucoup de nos industriels, la construction neuve constitue leur marché principal. Alors que le Plan de relance gouvernemental ne contenait pas initialement de mesures en faveur de la construction neuve, des annonces qui vont dans le bon sens ont été faites concernant la prolongation du PTZ et du dispositif Pinel au delà de 2021.

 

Et côté innovation ?

 

Notre profession s’est positionnée depuis plusieurs années sur les enjeux environnementaux et du numérique dans la construction que sont la réduction de l’empreinte carbone de nos solutions, l'économie circulaire intégrant le recyclage avec la réutilisation par exemple des GBR (Granulats de Béton Recyclé) et la réduction de la consommation de matières premières. La Fédération est notamment mobilisée sur des projets démonstrateurs en économie circulaire ou sur des chantiers zéro déchets.

 

 

Interview de Roland Besnard, Président du Groupement des briquetiers de la FFTB* (Fédération Française des Tuiles et Briques)

 

Roland Besnard © FFTB

 

L'industrie de la terre cuite est-elle toujours régionalisée ?


Roland Besnard : La filière de la terre cuite présente un caractère local, avec des industries implantées en région, proches de leur gisement d'argile et créateurs d'emplois dans les territoires. Le marché des tuiles présente en particulier un fort caractère régional.

 

Concernant les briques de murs, ces solutions éco-performantes sont de plus en plus recherchées par les architectes et les bureaux d'étude thermiques. Alors que leur diffusion était régionale il y a encore une quinzaine d'années, le marché est devenu national partagé en moyenne à part égale avec le bloc béton en logement individuel.

 

Quelles perspectives pour l'activité Gros Oeuvre ?

 

L'activité va dépendre bien sûr du contexte sanitaire. Pour 2021, l'inquiétude partagée avec les maçons porte sur le marché du logement, une inquiétude alimentée par le ralentissement de l'instruction des Permis de construire.

 

De plus, le plan de relance gouvernemental est concentré sur la rénovation thermique et la profession est en attente de décisions sur le neuf. À terme nous sommes plutôt confiants du fait que l'industrie de la terre cuite positionne favorablement ses solutions vis à vis des objectifs de la RE2020.

 

Quelles tendances pour l'innovation ?

 

Dans la mise en oeuvre, l'innovation la plus récente est celle de la pose au pistolet qui connaît un vrai succès auprès des maçons. Sinon la filière a lancé un programme Usine Bas Carbone 2050 avec des moyens financiers et des objectifs à moyen et long terme.

 

Enfin, l'argile est une matière première abondante et naturelle, et des travaux de recherche sont réalisés pour mieux comprendre les conditions favorables à son renouvellement. Ces démarches font l'objet d'une grande campagne collective d'information en direction des professionnels sur le thème « Avec la brique, c'est simple de faire durable ».

 

Sélection produits

 

CITIbric/CITEbric par Wienerberger

Solutions de Briques isolées en habitat collectif


Le fabricant propose deux nouvelles briques, CITIbric et CITEbric, conçues pour être associées à une isolation intérieure ou extérieure en logement collectif et ceci, sans nécessiter de coffrage. La solution CITIbric pour l'isolation par l'intérieur est de type a, avec une conductivité inférieure à 0,2 W/(m.K) offrant un bon traitement des ponts thermiques. Outre sa résistance au feu et sa performance acoustique, le produit répond aux critères de sécurité en zone sismique du fait de la géométrie de ses alvéoles, ses accessoires pour des chaînages de 15 cm et sa classe de résistance mécanique RC 110.

 

Styl'inov par Privé

Couverture à joint debout en acier galvanisé


Ces profils spéciaux mâle/mâle sont fournis sur demande (N°1 à sertir et N°3 à clipper) pour la mise en œuvre à joint debout en toiture avec une pente mini 5% et en bardage. Ils ont été étudiés pour permettre le travail en équipe sur un même rampant et augmenter la productivité sur des chantiers de grande surface à couvrir. Fabriqués en acier galvanisé laqué avec 16 coloris disponibles, ces profils sont disponibles en huit largeurs (de 368 à 544 mm) et deux hauteurs de joint, 25 mm et 38 mm. Les longueurs proposées sont d’un seul tenant, maxi 4 m en bardage et 15,20 m en toiture. La cible est le résidentiel individuel ou collectif, en neuf ou en rénovation.

 

EBS par Seac

Entrevous biosourcé


L’entrevous EBS (Entrevous Bois Seac) permet de réaliser tout type de plancher pour vide sanitaire, haut de sous-sol ou étages. Ce matériau biosourcé est composé de copeaux de bois moulé aggloméré par une colle classe E1 garantie sans formaldéhyde ni colorant. Fourni en longueur de 125 cm, l'entrevous se coupe à l’aide d’un burin et d’un marteau grâce à ses pré-découpes tous les 10 cm. La coupe dans la longueur avec une scie égoïne permet de réaliser de faux entraxes ou des coupes biaises. Les planchers sont constitués par un montage type SEAC ou similaire composé de poutrelles en béton précontraint et d'entrevous EBS sur lequel est coulée la dalle de compression.

 

Barda'Clean par Perin & Cie

Panneau de parement auto-nettoyant


En partenariat avec Ciments Calcia, le fabricant a mis au point des plaques de parement en béton dépolluant par catalyse et auto-nettoyant, garantissant une façade propre sans entretien. L’Avis Technique utilisé pour ce produit est celui de l’Effix des Ciments Calcia. Les plaques de bardage peuvent être fabriquées avec une surface maximum de 2 m² pour 2 cm d’épaisseur. Elles sont ensuite accrochées par des agrafes selon le procédé VetiClip de chez Vetisol à une ossature métallique ou bois. Ce système de bardage rapporté ventilé se met en oeuvre en neuf en ITE, en rénovation, pour le tertiaire ou le résidentiel collectif.

 

Fix'bric par Bio'Bric

Colle pour briques prête à l’emploi


Ce liant polymère prêt à l’emploi favorise l’assemblage durable des briques de la gamme bgv20 du fabricant en conformité avec les prescriptions du DTU 20.1.Son domaine d'emploi est la réalisation de maisons individuelles jusque R+1+combles situées en régions sismiques 1 et 2. Son application consiste à déposer deux cordons de colle à l'aide du pistolet applicateur et simplifiée grâce à la canule, à l’absence de joints verticaux, de préparation de mortier et de nettoyage d’outils. Les poids manutentionnés sont réduits de manière significative et le chantier reste propre.

 

R'light par Celtys

Appui de fenêtre léger et rapide à poser


Destiné aux constructeurs de maisons individuelles, cet appui de fenêtre a été conçu pour optimiser les coûts et diminuer la pénibilité sur chantier. Du fait de sa forme et de sa légèreté, la pose par encastrement dans les tableaux est rapide, et ne nécessite pas de bourrage au mortier. Le R'light est fabriqué dans un béton polymère (le Rexlan) qui lui donne légèreté et performance en termes d'isolation thermique. Avec une conductivité thermique linéique de 1,2 W/mK, le Rexlan est deux fois moins conducteur que le béton hydraulique.. Il est disponible Blanc Littoral, Gris et Ardoise.

 


Source : batirama.com - François Ploye

Sélection Produits









Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits





Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (599 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Écrans souples de sous-toiture