La construction bois se réinvente à Lausane avec les JO de la jeunesse

La construction bois se réinvente à Lausane avec les JO de la jeunesse

Du 9 au 22 janvier 2020, Lausane accueille les 3e Jeux Olympiques de la Jeunesse d’Hiver. En guise de village olympique, l’immense cylindre du Vortex hébergera tous les participants.



Légende Photo: Le bâtiment en cours d’achèvement, vu de l’Est, avec la coursive débouchant sur la terrasse. ©Losinger Marazzi

 

Lancés par le Comité International Olympique en 2007, les Jeux Olympiques de la Jeunesse s’adressent aux athlètes âgés de 14 à 18 ans. L’accent est mis sur la frugalité, qu’explique aussi le montant moindre des recettes. Aucun site de compétition ne doit être construit spécifiquement pour une édition. Ainsi, certaines épreuves se déroulent en France, et pour ce qui est du patinage de vitesse, les organisateurs s’adapteront à un lac gelé de St Moritz dans les Grisons.  

 

Le règlement impose, entre autres, la réalisation d’un village olympique de 2000 lits pour les épreuves d’hiver. A Lausanne, la Caisse de pensions de l’Etat de Vaud (CEPV) a déboursé 156 millions de francs suisses pour bâtir à Chavannes, en bordure de l’université de Lausanne et de l’EPFL, un immense cylindre de 137 mètres de diamètres sur huit niveaux.

 

Il s’agit d’un ouvrage moins spectaculaire que l’anneau de l’Apple Park certes plus aplati, mais qui se déploie sur un diamètre trois fois supérieur. La particularité du Vortex, nom donné au projet conçu par l’agence suisse Itten+Brechbühl SA, c’est cependant la pente de 1% associée à une large coursive intérieure, qui relie tous les logements sans aucune interruption sur une longueur totale de près de 3 kilomètres et débouche finalement sur le toit. A l’autre extrémité, le colimaçon a commencé par une partie semi-enterrée.

 

 

Casse-tête chinois : comment ressortir les grues de l’anneau fermé ? ©CPEV

 

Les Français dans la course

 

L’ouvrage a une structure en béton qui représente un volume coulé de 30 000 m3, pour une surface habitable de 36 700 m2. Pour réaliser le gros-œuvre, il a bien fallu maintenir le plus longtemps possible l’anneau ouvert, afin de pouvoir faire circuler les engins.

 

Le disque hélicoïdal des plateaux déborde largement de part et d’autre de voiles porteurs qui dessinent des zones d’habitat orthogonaux. Les voiles et refends sont complétés par des kilomètres de façades à ossature bois qui ont fait intervenir notamment trois acteurs français de la filière bois : le scieur et transformateur Gaiffe, l’industriel Ecotim pour l’entreprise Lifteam du même groupe, et Fibex pour la protection des surfaces en bois.

 

En Savoie, Ecotim a fait tourner ses machines pour les façades du Vortex pendant presque un an. De fait, ces façades bien protégées, qui ne masquent pas leur essence, impriment leur touche sur ce bâtiment spontanément perçu comme étant en bois.

 

 

Pour se repérer, les ouvriers ont subdivisé l’ouvrage en heures. ©Losinger Marazzi

 

Une cité cylindrique

 

Les architectes ne sont pas des débutants. Ils ont conçu notamment le nouveau siège du CIO à Lausanne, et collaboré avec l’architecte japonais Shigeru Ban pour l’incroyable chantier de l’usine Swatch Omega qui vient d’être livré à Bienne.

 

Pour ce qui concerne le Vortex, les bâtiments communautaires des Hakka dans le Fujian, dénommés Tulou, servent de référence. Ces constructions défensives qui remontent souvent au Moyen-âge, de forme ovale, pouvaient loger jusqu’à 800 habitants.

 

Cette fois, le bâtiment communautaire vaudois servira d’abord à héberger 1700 participants aux JOJ. Ensuite, malgré des allures d’égalité parfaite, la ventilation des usages sera tout de même diversifiée, avec 712 unités pour un total de 941 chambres à coucher, qui se répartissent en deux grands groupes.

 

D’une part, les logements pour étudiants : 252 chambres individuelles indépendantes, 288 studios, 289 chambres en colocations réparties en 44 T2, 7 T3, 45 T4. Ensuite, les logements pour les hôtes de l’Université de Lausanne : 23 studios, 21 T2, 28 T3, 4 T4.

 

S’ajoutent des espaces communs de 2400 m2 environ avec une salle polyvalente, un espace de vie enfantine, un restaurant, des espaces de vie culturelle et associative, des ateliers, commerces, des prestataires de service. En germe, on trouve là un véritable quartier, une sorte de Cité radieuse cylindrique dont on ne sait si elle annonce un avenir égalitaire ou une lubie architecturale totalitaire.

 

 

Les plateaux se subdivisent en plusieurs grands segments séparés par des accès aux coursives.  ©Losinger Marazzi

 

Construire en boucle

 

La géométrie parfaite et la coursive agissent comme des symboles, mais le bâtiment n’en est pas moins exposé au soleil de façon spécifique. Heureusement, les dalles avancées font leur office de brise-soleil.

 

L’université de Lausanne, qui manquait d’au moins quatre mille logements étudiants, parvient à réduire le déficit d’un quart avec un seul bâtiment, qui plus est emblématique de sa renommée internationale.

 

Gageons que l’EPFL, toute proche, s’interrogera sur l’intérêt que pourrait avoir un mode constructif frugal qui serait basé sur une telle progression hélicoïdale, mais faiblement émissive. Ou bien, à un mode de construction par impression 3D. Trente ans après le sommet de Rio, et à égale distance avec l’impératif de neutralité carbone 2050, la construction doit de toute façon se réinventer.

 

 

Remise du bâtiment au comité olympique le 31 octobre dernier. ©Sieber CPEV

 


Source : batirama.com/ Jonas Tophoven

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1424 votants)
Oui
Non