NF DTU 60.31 – Canalisations en PVC non plastifié : eau froide avec pression

NF DTU 60.31 – Canalisations en PVC non plastifié : eau froide avec pression

En service depuis plus de 40 ans pour certains, la part de marché des canalisations en PVC en adduction d’eau potable représente aujourd’hui plus de 50%.

 

 



Domaine d’application

 

Le NF DTU 60.31 « Canalisations en chlorure de polyvinyle non plastifié : eau froide avec pression » donne les prescriptions de mise en œuvre d’installations d’adduction d’eau froide avec pression de bâtiments et de leurs annexes, réalisées avec des canalisations en chlorure de polyvinyle non plastifié (PVC). Ce NF DTU traite également des réseaux et canalisations de branchement enterrés.

 

Il ne vise pas :

  • les façonnages et formages des éléments en PVC, quel que soit le procédé de chauffage utilisé ;
  • les soudages réalisés par chalumeau à air chaud ou résistance électrique chauffante ;
  • les opérations d’usinage, exception faite de la confection à la lime ou à la meule.
  •  

Le NF DTU 60.31 est applicable dans toutes les zones climatiques ou naturelles de France, y compris en climat tropical humide.

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle de mai 2007.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter les matériaux nécessaires à la mise en œuvre de canalisations en PVC (tubes, raccords, bagues d’étanchéité, adhésifs, colliers de fixation, calorifuge, etc.) sont données dans la partie 1-2 « Critères généraux de choix des matériaux » du NF DTU 60.31.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Dispositions générales

Les opérations de mise en œuvre doivent être réalisées avec des outillages qui n’entraînent pas de détériorations des éléments, ni affectent leurs caractéristiques. Si tel est le cas, la zone détériorée doit être supprimée, augmentée d’au moins 10 cm de part et d’autre.

 

Les assemblages peuvent être réalisés de plusieurs manières :

 

  • Par collage : ce type d’assemblage ne convient pas aux tubes en PVC orientés biaxial. Cette opération nécessite une grande propreté des éléments. Le collage doit se faire à l’abri de la pluie et dans des limites de température ambiante conformes aux prescriptions de l’avis technique relatif au produit de collage utilisé. L’embout mâle doit être chanfreiné et une marque doit être réalisée pour formaliser la profondeur d’emboîtement. Après dépolissage des surfaces à mettre en contact puis nettoyage et dégraissage, la colle est appliquée à l’aide d’un pinceau sur l’entrée de l’emboîture et sur toute la longueur de l’embout mâle. Puis, immédiatement, l’emboîtement des deux éléments doit être opéré. L’excédent d’adhésif à l’extérieur de l’assemblage doit être retiré avec un chiffon. La mise en eau n’est possible qu’après un temps de séchage minimal de 24h ;

 

  • Par bague d’étanchéité : tout comme l’assemblage par collage, celui par bague d’étanchéité requiert une propreté de tous les éléments, y compris la bague de joint. Après coupe éventuelle du tube et chanfreinage de l’embout mâle, une marque doit être réalisée sur ce dernier afin de repérer la profondeur d’emboîtement. Après lubrification, le bout mâle est placé dans l’emboîture jusqu’au repère préalablement tracé ;  

 

  • Par d’autres types d’assemblage : il peut s’agir d’assemblages par filetage/taraudage, d’utilisation de raccords à brides ou en fonte à bagues d’étanchéité, etc. Dans le cas où cette option est choisie, il est impératif que les prescriptions du fabricant soient respectées.

 

Le choix du type d’assemblage suivant les utilisations est rassemblé dans le tableau ci-dessous :

 

Type d'assemblage Tube PVC sur tube PVC Piquages, dérivations, changements de directions (PVC sur PVC) Jonctions tubes PVC avec pièces/tubes métalliques
Collage X X  
Bague d'étanchéité X X  
Manchon à coller ou à bague d'étanchéité X    
Filetage/taraudage     X
Raccord union X    
Collets collés et brides X   X
Douille à coller et écrou métallique     X
Collier de prise en charge     X

 

Lors de la conception, des dispositions doivent être envisagées si les canalisations doivent être proches d’une source de chaleur ou, au contraire, être utilisées, par exemple, en période de gel.

 

De la même manière, des dispositions doivent être prévues pour réduire au maximum les risques de détérioration de l’installation dues à des chocs éventuels.

 

Pose des canalisations

 

Les percements et scellements nécessaires à la mise en œuvre des canalisations doivent être compatibles avec la nature de la paroi concernée.

Les efforts de flexion et de torsion des tubes doivent être évités lors de leur mise en œuvre.

Les pièces lourdes nécessitent d’avoir leurs fixations propres, indépendantes.

 

Plusieurs types de mise en œuvre peuvent être utilisés :

 

  • En apparent ou en dissimulé accessible : ici, la fixation est assurée par des colliers qui supportent les canalisations en partie droite, sans les serrer (sauf exception), et en prenant en compte les effets de retrait ou dilatation du matériau. L’espacement maximal des colliers dépend du diamètre de la canalisation à supporter ;

 

  • En gaine inaccessible : mêmes prescriptions que pour la mise en œuvre en apparent ou en dissimulé accessible, à l’exception que seuls les assemblages par collage sont autorisés ;

 

  • En encastré ou en enrobé : il s’agit des parties de réseau noyées dans le gros œuvre sur une longueur supérieure à 1 m. Sur cette longueur, il est possible de trouver des assemblages réalisés par collage uniquement. Le matériau de remplissage doit être au contact et compacté autour du tube, sur une épaisseur minimale de 2 cm en tous points ;

 

  • Traversée de plancher ou de mur : cette configuration est à considérer dès qu’une partie de canalisation d’une longueur inférieure à 1 m est rendue inaccessible. Dans cette zone, seuls les assemblages réalisés par collage peuvent être présents. Que ce soit en plancher ou en mur, la traversée doit être réalisée avec un fourreau préférentiellement réalisé à partir de tube en PVC ;

 

  • En enterré : les canalisations doivent reposer sur le sol sur toute leur longueur. Le remblayage de la fouille doit être constitué d’éléments fins et homogènes jusqu’à 20 cm au-dessus de la tuyauterie. Suivent ensuite des couches successives et damées.

 

Une fois l’installation finalisée, des essais de fonctionnement et la réception des travaux sont réalisés selon les prescriptions du DTU 60.1, sous réserve qu’elles ne soient pas contraires aux prescriptions du présent NF DTU.

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 60.31. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2258 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique


Isolation thermique extérieure par enduit sur isolant PSE