26 mairies d'Ile-de-France veulent encadrer les loyers

26 mairies d'Ile-de-France veulent encadrer les loyers

A l'instar de Paris, vingt-six maires "communistes et républicains" d'Ile-de-France ont annoncé vouloir encadrer les loyers pour "redonner du pouvoir d'achat aux familles étranglées"

 





A ces villes de région parisienne, parmi lesquelles figurent Ivry-sur-Seine, Auvervilliers, Bagneux, Gennevilliers, Saint-Denis ou encore Vitry-sur-Seine, se sont jointes trois autres communes : Echirolles (Isère), Martigues et Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône).

 

Toutes ces collectivités proposeront avant la fin de l'année "à leur Conseil municipal d'adopter une délibération demandant à l'État la mise en oeuvre immédiate de l'encadrement des loyers sur le territoire de leur commune", selon un communiqué diffusé avant une conférence de presse donnée à Montreuil (Seine-Saint-Denis) par le maire PCF Patrice Bessac et Ian Brossat, adjoint communiste au logement à la mairie de Paris.

 

Ce dispositif d'encadrement des loyers dans les zones dites "tendues" est prévu à titre expérimental dans la loi Elan (évolution du logement, de l'aménagement et du numérique), adoptée en octobre. Mais le décret d'application de cette mesure n'a pas été publié.

 

Un signal fort sur le front du pouvoir d'achat

 

"Les loyers aujourd'hui, c'est le racket. Nous demandons juste l'application de la loi, qui permettrait de réguler le marché", a déclaré le maire de Montreuil. "Dans de nombreuses villes où le prix du logement monte en flèche, les gilets jaunes ont évoqué ce problème. Le gouvernement a la solution : ça ne lui coûte rien et ça donnerait un signal fort sur le front du pouvoir d'achat", a ajouté Patrice Bessac.

 

Fin novembre, la mairie de Paris avait annoncé sa volonté de rétablir l'encadrement des loyers. "Les Parisiens sont étranglés par les prix de l'immobilier. Depuis que l'encadrement des loyers a été annulé par le tribunal administratif en novembre 2017 (décision confirmée en appel en juin 2018), la situation s'est très largement dégradée pour les locataires", avait estimé Ian Brossat, également tête de liste PCF aux élections européennes de mai.

 

Le prochain Conseil de Paris devrait valider la mesure le 11 décembre. Mais il faudra ensuite que le préfet d'île-de-France prenne un arrêté établissant un prix plafond au mètre carré. Et surtout, il faudra attendre que le gouvernement publie les décrets d'application de la loi Élan.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1557 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Garde-corps de bâtiments