NF DTU 52.10 – Mise en œuvre sous-couche isolante sous chape ou dalle flottantes & sous carrelage

NF DTU 52.10 – Mise en œuvre sous-couche isolante sous chape ou dalle flottantes & sous carrelage

La mise en œuvre des sous-couches isolantes doit être réalisée de manière à assurer la continuité de l’isolation souhaitée (thermique ou acoustique).






Domaine d’application

Le NF DTU 52.10 « Mise en œuvre de sous-couches isolantes sous chape ou dalle flottantes et sous carrelage scellé » définit les prescriptions de mise en œuvre des sous-couches isolantes sous chape ou dalle flottantes et sous carrelage scellé destinées à contribuer à l’isolation thermique et/ou acoustique d’ouvrages :

  • réalisés conformément aux NF DTU 52.1 et/ou 26.2 ;
  • situés dans des locaux à faibles sollicitations sans siphon de sol, exception faite des douches de plain-pied neuves de salles d’eau à usage individuel.

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle du 15 juin 2013.

 

Matériaux visés

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre de sous-couches isolantes sous chape ou dalle flottantes et sous carrelage scellé (enduit de sol, matériaux pour ravoirage, sous-couches acoustiques minces, dalles à plots, bande périphérique, couche de désolidarisation, etc.) sont données dans la partie 1-2 « Cahier des critères généraux de choix des matériaux » du NF DTU 52.10.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

Conception

Pour la bonne exécution des travaux, les informations suivantes doivent être transmises :

  • la nature et le type des supports et des ouvrages intermédiaires éventuels ;
  • la position et la nature des joints de dilatation ;
  • les caractéristiques des sous-couches isolantes et notamment :
    • l’efficacité ΔLw si recherche d’une isolation acoustique ;
    • la performance thermique si recherche d’une isolation thermique ;
  • la réservation globale intégrant les épaisseurs nécessaires à chaque corps d’état intervenant ;
  • la présence ou l’absence de produit de cure.

Seuls les supports à base de liants hydrauliques ci-dessous sont admissibles :

  • dallage sur terre-plein ;
  • plancher dalle avec continuité sur appuis :
    • dalle pleine en béton armé coulée in situ ;
    • dalle plaine coulée sur prédalles en béton armé ;
    • dalle pleine coulée sur prédalles en béton précontraint ;
  • plancher en béton coulé sur bacs acier collaborants avec continuité sur appuis ;
  • plancher constitué de dalles alvéolées en béton précontraint ou béton armé avec dalle collaborante rapportée en béton armé, avec continuité sur appuis ;
  • plancher nervuré à poutrelles et entrevous à poutrelles en béton armé ou précontraint, à entrevous de coffrage avec dalle de répartition complète coulée en œuvre ;
  • ravoirages.

La mise en œuvre de la sous-couche ne peut intervenir que si le support considéré :

  • a atteint un âge minimum, définit dans le tableau 1 de la partie 1-1 du NF DTU 52.10 (pour la plupart des supports, il s’agit d’un mois) ;
  • est exempt de dépôts, déchets, pellicule de plâtre ou autres matériaux en provenance des travaux réalisés par les autres corps d’état ;
  • respecte les tolérances suivantes :
    • planéité :
      • 7 mm sous la règle de 2 m si réception de sous-couches acoustiques minces d’épaisseur inférieure à 5 mm ;
      • 3 mm sous la règle de 2 m / 2 mm sous le réglet de 20 cm si réception de sous-couches isolantes d’épaisseur minimale 5 mm et/ou dans le cas de superposition de sous-couches isolantes ;
    • planimétrie générale : l’écart admissible est de ± (0,005 + 0,001 x d), d étant la distance d’un point au point de référence le plus proche.

Lors de la conception de l’ouvrage, les prescriptions suivantes doivent être suivies :

  • pas de découpage prévisionnel des sous-couches isolantes en vue d’y incorporer fourreaux, canalisations ou autres conduits. Le passage de ces derniers doit être prévu dans un ravoirage en sable stabilisé ou mortier maigre, disposé entre le support et la sous-couche isolante ;
  • une couche de désolidarisation doit être prévue en cas de dallages sur terre-plein, planchers sur vide sanitaire ou locaux non chauffés ou planchers collaborants afin d’éviter les transferts d’eau ;
  • des cloisons de distribution légères peuvent être mises en œuvre après exécution de la couche sus-jacente à la sous-couche isolante à condition qu’il n’y ait pas d’exigence d’isolation acoustique de part et d’autre de la cloison.

En complément, les règles d’emploi des sous-couches isolantes doivent être suivies, en particulier selon la classe de ces dernières (SC1 ou SC2). Elles sont rappelées dans l’article 8 du NF DTU 52.10.

 

Mise en œuvre

De manière générale, et afin d’éviter la pénétration de la laitance dans la sous-couche isolante (exception faite des sous-couches acoustiques minces et des dalles à plots), un film de polyéthylène doit être disposé sur l’ensemble de la surface destinée à recevoir la sous-couche. Il doit être remonté sur la bande périphérique, correctement plié aux angles et fixé à l’aide de bandes adhésives.

La mise en œuvre des sous-couches sera dépendante de leur conditionnement. Les grands principes sont rassemblés dans le tableau ci-dessous :

 

 

Conditionnement des sous-couches isolantes

 

Panneaux

Rouleaux

 

Bords droits

Feuillures ou rainures d’emboîtement ou dalles à plots

Mise en œuvre

Pose jointive à joints décalés sur toute la surface du local

Mise en œuvre de manière à présenter un bord droit en appui sur la bande périphérique

Pose jointive ou à recouvrement longitudinal

Les joints de dilatation, d’isolement ou de rupture du support du gros œuvre doivent être impérativement respectés, ce qui n’est pas obligatoirement le cas des joints de retrait ou d’arrêt de coulage.

Désolidarisation périphérique et traitement des éléments verticaux

- Chape, dalle ou mortier de scellement obligatoirement désolidarisés de toutes les parois verticales (murs, cloisons, pieds d’huisseries, seuils, fourreaux, poteaux, etc.) grâce à la mise en place d’une bande compressible en périphérie.

- Mise en œuvre du revêtement de sol défini sans retrait de la bande résiliente périphérique.

- Pose des plinthes sur le support vertical :

     * en rabattant la bande périphérique sous la plinthe et en la coupant au ras ;

     * en ménageant un espace de quelques millimètres par rapport au sol fini, après découpe de la bande périphérique ;

     * à l’aide d’un profilé spécifique.

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 52.10. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (97 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Fenêtres en travaux neufs Aluminium, bois, PVC - NF DTU 36.5