La maison Yrys high-tech au dedans et au-dehors

La maison Yrys high-tech au dedans et au-dehors

Réunissant 70 innovations techniques, le Concept Yrys de Maisons France Confort met en situation les équipements les plus novateurs, en étant championne de la sobriété énergétique...





Dans deux précédents articles, nous avions évoqué un panel des produits constitutifs de l’enveloppe de cette maison « vitrine ». Il est ici question des tout nouveaux équipements et prototypes dont elle a été dotée pour être performante et confortable tout autant qu’évolutive.

 

Adapter l’habitat aux nouveaux modes de vie va de pair avec une empreinte environnementale raisonnée, et notamment un bilan carbone faible. Conçue pour être énergétiquement sobre, par l’utilisation de matériaux performants, la maison dispose d’équipements connectés peu gourmands en énergie et pilotés de façon à optimiser les économies.

 

La maison atteint un classement E3 C1 selon le nouveau label E+C- : niveau 3 en Énergie et niveau 1 pour le Carbone (la contribution à l’émission de Gaz à effets de serre des produits et équipements de la construction est estimée à 25 % pour les fondations, structures et maçonnerie ; 15 % pour CVC-ECS et 10 % pour les revêtements).

 

 

La Smartflower (EDF ENR) se déploie avec le lever du jour et grâce à son système de « tracker solaire », suit la course du soleil jusqu’au soir, puis se replie.

 

L’énergie solaire consommée et produite

 

Deux systèmes produisent de l’énergie. La membrane photovoltaïque installée en toiture ne se devine pas ; par contre, l’immense fleur solaire qui égaye le jardin saute aux yeux ! La Smartflower (EDF ENR) se déploie avec le lever du jour et grâce à son système de « tracker solaire », suit la course du soleil jusqu’au soir, puis se replie.

 

Orientés au mieux, naturellement ventilés et nettoyés automatiquement, ses 18 m2 de cellules photovoltaïques, produisent jusqu’à 40 % de plus qu’un système équivalent en toiture.

 

L’électricité produite est stockée dans un prototype de batterie révolutionnaire (EDF R&D). La batterie Zinium, composée de zinc et d’eau, est propre, sûre et écologique. Elle utilise l’oxygène de l’air en décharge et le relâche lors de sa décharge.

 

Fonctionnant lentement, elle est adaptée au stockage d’énergie solaire en journée. Elle restitue environ 400 W durant la nuit (voire le jour suivant). D’une durée de vie estimée à 10 ans, cette batterie devrait être commercialisée à faible coût vers 2020.

 

 

Un compromis a été trouvé entre l’espace occupé par la batterie (à gauche) et l’optimisation de l’électricité autoconsommée. Avec cette Zinium de 5 kWh, la maison YRYS devrait atteindre un taux d’autoconsommation très élevé : jusqu’à 76 %.

 

D’après les calculs, l’efficacité énergétique des équipements permet d’atteindre une consommation d’énergie primaire (CEP) de 46,5 kWep/m².an, répartie entre le chauffage (45,8 %), l’ECS (27,5 %), l’éclairage (7,3 %) et les auxiliaires (19,4 %).

 

Tandis que l’énergie photovoltaïque produite correspond à un impact de - 49,3 kWep/m².an. La production finale est estimée à 7 MWhef/an. Le taux d’autoproduction est estimé à 42 % pour cette maison de 235 m².

 

Du chauffage pour tous les goûts

 

Les appareils de chauffage installés ici ont en commun d’être intelligents, pilotés à distance et économes en énergie.

 

La pompe à chaleur air/eau (Atlantic) est silencieuse (25 dB(A)) et très discrète : l’unité extérieure est placée dans le mur d’un local non-isolé ; seule une grille signale sa présence à l’extérieur.

 

L’air chaud ou rafraîchissant est diffusé par un réseau de gaines dissimulées dans les faux plafonds, avec une régulation de la température pièce par pièce (Acome). Un plancher chauffant-rafraichissant ultra-réactif est également testé.

 

On trouve aussi en sous-sol un panneau rayonnant à inertie (Atlantic) avec une façade en Corian. Ce radiateur intelligent s’adapte au rythme de vie des occupants et sait gérer les imprévus (ouverture de fenêtre, absences...).

 

A l’étage, un sèche-serviette piloté à distance, diffuse de la musique par Bluetooth (Thermor). Mais le plus étonnant est certainement un radiateur d’apparence quelconque, qui s’avère être un mini data center utilisant la chaleur résiduelle de ses microprocesseurs (Qarnot Computing).

 

 

D’un design plus original, le poêle à granulés (Invicta) trône dans le séjour. Autonome (14 à 31 heures), silencieux, performant (rendement 88 à 90 %) et programmable, il dispose d’un réservoir mural de 22 kg parfaitement dissimulé.

 

100 % connecté et communicant

 

La maison dispose de nombreux objets connectés, qui dialoguent entre eux et sont pilotables via des applications : verrières, émetteurs de chaleur, capteurs d’alerte sur les fuites d’eau, tableau électrique, caméras de vidéo-surveillance et divers appareils électroménagers (four, lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, réfrigérateur, hotte et table de cuisson).

 

Pour la plupart, ils répondent à une commande centralisée, sur une tablette interactive (Schneider Electric). Wiser Home Touch pilote chauffage, volets-roulants, éclairage et gestion de l’énergie en fonction de scénarios.

 

Le système apprend des habitudes de vie des occupants et interagit avec l’environnement extérieur pour s’adapter et gérer ces fonctions de manière optimale et autonome. Les données sont hautement sécurisées.

 

 

Le tableau électrique intelligent (Schneider Electric) permet de suivre et d’analyser les consommations depuis un Smartphone.

 

Des innovations tous azimuts

 

Il serait fastidieux d’énumérer les multiples facettes de cette maison pleine de surprises. Signalons simplement qu’à côté d’équipements répondant aux besoins primordiaux (ventilation double flux pour un air intérieur sain, ballon thermodynamique pour l’eau chaude, appareillages électriques sans fil ni pile, etc.), prennent place quelques « gadgets » pour le plaisir des sens.

 

Le plus bluffant est sans doute la très discrète « douche sonore » qui depuis une dalle de plafond diffuse du son sur un rayon si étroit qu’il ne parvient qu’à un occupant du canapé sans gêner ses voisins : sensation garantie !

 

La production d’électricité est valorisée aussi dans le mode de déplacement des occupants : pour la recharge de véhicules électriques, deux types de bornes ont été installés. Sous l’auvent qui fait office de parking, une borne privée (Schneider Electric) permet d’alimenter voiture, scooter et vélo (trois véhicules BMW).

 

Une zone de pavés en béton de coquillages concassés (des déchets valorisés) permet de drainer l’eau de pluie. Stockée dans une cuve de 6000 litres enterrée dans le vide sanitaire, l’eau est utilisée dans les WC via un circuit dédié, ainsi que pour l’arrosage automtique du jardin et du mur végétal.

 

 

A l’extérieur, sur le trottoir, une seconde borne utilisable à l’aide d’un badge, est destinée à recharger tout véhicule dont l’usager (du voisinage ou non) aura souscrit un abonnement.

 

Livré à domicile par la voie des airs

 

L’une des toitures végétalisées a été dotée d’un dispositif pour réceptionner des colis livrés par drone. Le terminal automatique de livraison par drone (start-up Atechsys) est testé depuis quelques mois dans une zone reculée du sud de la France puisqu’une courte ligne expérimentale fonctionne déjà entre le siège de l’entreprise et le bureau de poste local !

 

 

La démonstration en a été faite le 5 juin : dirigé automatiquement, un drone de conception française (20 km d’autonomie ; 4 kg de charge utile) a lâché un paquet dans le « puits de réception ». La réception du colis se fait dans un local technique du RDC.

 

L’embarras du choix

 

Loïc Vendromme, directeur marketing, communication et digital de MFC le rappelle : « C’est dans la perspective de répondre aux attentes et besoins de nos clients que nous avons mené ce projet. Nous avons avant tout voulu nous concentrer sur sa performance énergétique, mais sans perdre de vue le confort. »

 

Si cette réalisation est une affaire de famille, « La maison Yrys est son bébé » confie son père, Patrick, l’actuel PDG. Avec ce testeur grandeur nature, MFC offre à ses clients la possibilité de toucher du doigt des éléments de confort et de nouveauté dans l’habitat. A eux de choisir ce qui leur convient le mieux en fonction de leur budget et de leurs exigences !

 

Les professionnels peuvent eux-aussi piocher dans ce foisonnement de technologies tout juste commercialisées ou en passe de l’être, et s’inspirer des nombreuses études menées en amont depuis janvier 2017 par MFC et ses 18 partenaires (site dédié www.concept-ytrys.com).

 

 

Un banc du jardin contenant une puce RFID permet de se connecter au réseau Wi-fi de la maison en apposant son Smart phone sur l’icône.

 


Source : batirama.com / E. Jeanson

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (901 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Ventilation double flux dans le résidentiel