Régulation et GTB : le secteur renoue avec la croissance

Régulation et GTB : le secteur renoue avec la croissance

Après une chute de 6,5 % en 2009, le marché des acteurs de l’Association Confort et régulation (ACR) a affiché en 2010 une croissance de 1,6 %, à 313,7M€.




 

Cette légère reprise est à l’image de l’évolution du secteur du bâtiment en 2009, qui a connu un rebond sur le dernier trimestre, notamment sur le marché du neuf. Les obligations en matière d’économies d’énergie imposées par la RT 2005, les indications concernant la future réglementation RT 2012 sur les bâtiments neufs et le redémarrage de ce secteur ont en effet permis à ces métiers de retrouver une croissance positive.

 

Régulation : croissance négative pour le chauffage électrique et négative pour l’eau chaude

 

Le marché total de la régulation a connu une croissance stable de 2006 à 2008, avant de chuter de 6,6% en 2009, puis de retrouver en 2010 une variation positive de +0,5%, néanmoins marquée par des disparités : le chauffage affiche une croissance de 3%, tandis que la climatisation-ventilation est encore dans le rouge à -3,8%.

 

Plus précisément, sur le segment de la régulation du chauffage individuel et collectif, la période de 2006-2008 a été marquée par une croissance de l’ordre de 10%, qui a été interrompue, puis qui est repassée à +3% en 2010, à 124,3 M€.. Le chauffage électrique est globalement en régression, alors que plusieurs domaines de ce marché ont rencontré des difficultés, comme les pompes à chaleur et le photovoltaïque.

 

Le chauffage à eau chaude a pour sa part bénéficié des ventes liées à la rénovation des logements individuels et collectifs. Les thermostats simples numériques progressent au détriment des thermostats d’ambiance programmables. Les régulateurs pour chauffage individuel résistent mieux en OEM qu’en fourniture directe, tandis que, curieusement, les robinets thermostatiques sont en légère régression.

 

Les régulateurs communicants pour chauffage collectif progressent de 12% et l’on note ici une réelle volonté d’installer des outils communicants à tous les niveaux pour piloter ce type d’installations.

 

Bilan négatif sur les secteurs ventilation et climatisation

 

En ce qui concerne la régulation de la ventilation et de la climatisation, si ce secteur avait connu une croissance stable autour de 5% en 2007 et 2008, il avait perdu 6% en 2009 et se maintient toujours à un niveau inférieur à 2007 avec une croissance négative de - 3,8%, pour une valeur de 69,4 ME en 2010.

 

Le marché évalué ici par l’ACR est essentiellement lié au tertiaire, qui offre depuis quelques années des signes d’évolution vers une meilleure performance. Les régulateurs préprogrammés communicants sont en progression, soutenus par le pilotage à distance via un serveur Web. Par ailleurs, ce sont les régulateurs programmables à protocole ouvert qui tirent leur épingle du jeu face aux régulateurs à protocole propriétaire quand la solution de la programmation est retenue, leur interopérabilité permettant d’optimiser l’efficacité énergétique d’un bâtiment.

 

Enfin, quand l’investissement dans une GTB n’est pas envisageable à court terme, les UTL (unités de Traitement Local) sont parfois choisies pour regrouper plusieurs fonctions (contrôle, comptage, régulation).

 

GTB et Services : la plus forte progression

 

Après un ralentissement en 2008, 2010 a retrouvé ici une croissance comparable à 2008, à 77,8 M€. On note la progression régulière du nombre d’UTL qui confirme la tendance de ces dernières années, soit le développement du pilotage à distance via internet qui démocratise le dialogue avec ces UTL, celles de capacité moyenne de 30 à 100 points ayant le mieux profité de cette progression.

 

Ensuite, la poursuite de la mise en œuvre de la Directive européenne EPBD a eu un impact positif sur ce marché. Enfin, les services associés à la régulation, mais surtout à la GTB ont enregistré une croissance ralentie +2,5%. Il s’agit cependant du segment qui a connu la plus forte évolution en 10 ans puisqu’il a presque doublé.

 

source : batirama.com / Michèle Fourret

 

Développement de l’association BACnet France

L’association BACnet France a pour mission de développer ce BUS de communication standardisé ouvert sur le marché français. Aujourd’hui 150 produits sont certifiés eu.bac.cert et une trentaine en attente de certification. Mais l’ACR attire l’attention sur le fait que seuls peuvent se targuer être certifiés les produits qui en mesure de présenter deux documents officiels de certification : la licence et le « Test Report Summary », à vérifier sur le site eubaccert.eu, qui indique la liste des produits vraiment certifiés. « Tous les autres sont douteux et dégradent la certification », devait indiquer Jean-Daniel Napar, président de l’ACR.


Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (27 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits
Résineo® Ecoflex