Les performances du bois en question au Carrefour de Nantes

Les performances du bois en question au Carrefour de Nantes

Au moment où se consolide un mouvement international contre les déchets en plastique, le matériau bois a une carte à jouer. A condition, de procéder à une transformation poussée.





Légende : Maquette de fenêtre bois alu labellisée PassivHaus.©JT

 

La 15e édition du Carrefour International du Bois a soigné l’aspect de ses stands, à la faveur de l’émergence d’une offre à fort caractère décoratif. Pour le coup, la notion d’usage et la performance des produits passaient souvent au second plan.

 

La résistance mécanique, la thermique, l’acoustique, la durabilité ne sont pas hors de propos dès lors que l’on regarde l’offre de plus près. Il est souvent dit que le classement visuel des bois dégrade de façon considérable les performances mécaniques de nombreuses essences, à commencer par le douglas, en passant par le sapin et bien sûr en allant dans le domaine des feuillus (peuplier, hêtre, chêne).

 

Malheureusement, les évolutions sur ce front sont lentes. De même, le développement d’une offre dérivée de bois de structure reste confidentiel. Quant à l’annonce qui a été faite au Forum Bois Construction de Dijon, au sujet d’un accord de recherche entre Piveteau Bois, Eiffage et le CSTB autour de l’élaboration de nouveaux planchers mixtes, il faudra sans doute attendre la prochaine édition du Carrefour du Bois pour en mesurer les effets.

 

Performance thermique : encore du travail

 

A une encablure de l’échéance européenne de 2020, et dans un contexte d’hésitation réglementaire, la performance thermique des systèmes associés au bois n’était pas sur le devant de la scène.

 

Présent à Nantes, Gutex a mis en avant son nouveau certificat Acermi qui ramène le lambda de certains de ses produits à 0,036. Steico, qui a repris l’outil de production de ouate de cellulose de Nr Gaïa, étend son offre notamment dans le vrac avec une performance ramenée à 0,038.

 

La fibre de bois est bien présente sur la maquette de fenêtre labellisée Passivhaus mise en avant par Minco sur le stand commun de l’interprofession Atlanbois, sur un salon bois où les baies jouent un rôle secondaire. Holz Schiller a pour sa part décliné son offre de revêtement de porte d’entrée, une idée qui vient de l’Est et qui pourrait faire son chemin face à l’objectif Bepos.

 

 

Le Belge Triplaco propose avec la gamme Print acoustics des panneaux de correction acoustique à caractère décoratif. ©JT

 

Performance acoustique : l’esthétique avant tout

 

Le marché du panneau de correction acoustique subit un fort turnover et une fréquentation irrégulière au CIB. Il n’empêche que cette année, cette dimension du revêtement intérieur était sans doute plus présente que jamais.

 

L’offre tente de dépasser l’esthétique de la perforation, soit en optant pour des fentes, soit en misant sur la micro-perforation. Cependant, l’accent est mis davantage sur l’esthétique que sur la performance pure.

 

Sur le plan de l’isolation acoustique (bruits aérien, bruits d’impact), la Belgique propose deux réponses originales. Avec Keep Silent, Wood Solution propose une approche originale pour des planchers à base de solives en LVL, exploitant la haute performance mécanique de ce matériau pour réduire les possibilités de transmission solidienne. De son côté, Insulwood a le mérite de penser la sous-couche acoustique mince spécialement adaptée à un environnement de construction bois.

 

 

Avec Keep Silent, Wood Solution imagine un plancher à solives en LVL et performant sur le plan de l’acoustique.©JT

 

Durabilité, le champion en termes de performances

 

En termes de performance, le champion de cette édition semble bien être la durabilité. Accoya et ses bois rendus imputrescibles étaient déclinés sur de nombreux stands. Mais la surprise vient une fois de plus de l’offre thermotraitée, visiblement de plus en plus présente à l’internationale même si elle patine en France.

 

En fait, la durabilité à l’exposition extérieure cède souvent le pas à l’aspect toasté et esthétique de bois européens à qui le traitement THT confère un aspect exotique. Le Breton Jouen associe le thermotraitement à une coloration.

 

De fait, plus encore que le traitement thermique, le grand vainqueur de cette édition s’appelle Rubio Monocoat. Son offre de coloration est omniprésente et déclinée pour de multiples applications. Reste à savoir si la couleur s’affiche pour attirer le regard, ou si elle va s’inscrire comme une vraie tendance, à la faveur de solutions de coloration fiables et durables.

 

 

Les sous-couches acoustiques sont rarement développées spécifiquement pour le contexte particulier de la construction bois. ©JT

 

Performance Feu : le bois brûlé est tendance

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le CIB ne reflète pas un effet Grenfell, du moins directement. Pire, il apparaît que le bois brûlé est vraiment tendance.

 

A l’origine, cette technique est associée à la durabilité des matériaux exposés en façade. Elle est utilisée en Scandinavie mais aussi au Japon. Au moins, cette présence esthétique de bois brûlé montre qu’un tabou est malgré tout tombé.

 

La tragédie de Grenfell à Londres n’est d’ailleurs pas associée au bois, même si la façade bois et le bardage peuvent en redouter les conséquences en termes de surcoût pour garantir un bon comportement de l’ouvrage en cas de sinistre.

 

 

Bois Accoya décliné par un partenaire sous forme de lames de revêtement de sol pour usage extérieur. ©JT

 

COV : pas encore un sujet majeur

 

L’Allemand Elka a eu beau jeu d’exhiber à Nantes les récompenses obtenues récemment en Allemagne pour distinguer une approche qui jugule les émissions de composés organiques volatiles, à la fois pour les panneaux de particules et les panneaux trois plis.

 

D’une manière générale, la réduction des COV n’est pas au CIB un sujet majeur, du moins cette année. FP Bois fait exception avec sa gamme de lambris Pure Home qui purifie l’air intérieur. Ce qui frappe, c’est que l’on sort désormais du gadget pour entrer dans le monde de la compétitivité. Ainsi, le prix conseillé des référence de cette gamme se situe en-dessous de 30 euros le mètre carré.

 

 

Le Breton Jouen teste l’effet de bois thermotraités colorés avec du Rubio Monocoat.©JT


Source : batirama.com/ Jonas Tophoven

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1559 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Le petit dicobat