Vega, le petit poucet de la façade fait son chemin

Vega, le petit poucet de la façade fait son chemin

Vega trace son sillon dans le monde industriel des enduits et mortiers pour façade. Son président, Hervé Grumeau, s’appuie sur deux modèles économiques différents pour ses 4 marques d’enduits.



Hervé Grumeau, président de Vega -photo ©F. Leroy

 

Vega est une entreprise créée dans les années 1990 par deux professionnels du Bâtiment, Mansuetto Finnuchi et Patrick Calluaud, un maçon italien et un responsable commercial. Le cœur de l’activité concerne la fabrication de produits destinés à rénover et embellir les façades en pierre. En 1999, la société implante son unité de production à Saint-Laurent-Nouan (41), devenue depuis son siège social, et développe l’ensemble de ses formulations.

 

En 2006, l’entreprise réalise 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires avec 6 personnes. C’est cette année-là, qu’un investisseur issu du monde de la finance, Hervé Grumeau, (en photo d'ouverture) reprend l’entreprise.

 

Aujourd’hui, la société gérée par 5 cadres actionnaires, dont Hervé Grumeau, réalise 8 millions de chiffre d’affaires et emploie 38 personnes. Elle compte 7 sites de production dont 5 agences commerciales sur le territoire français (3 agences à Saint-Denis -93-, la Rochelle et Blois et deux autres dépôts entre Narbonne et Montpellier)

 

Originalité de la société : elle gère 4 marques dont 3 reposant sur des modèles économiques similaires : Vega Industrie, Saint Cal et Edipierre. La 4e marque, Décopierre, constitue un modèle particulier sur lequel nous reviendrons.

 

4 marques et un service sur mesure pour le client

 

Particularité des 3 premières marques citées, elles sont distribuées en direct aux clients uniquement par le réseau d’agences de la société (pas de négoce). Vega Industries, marque historique se destine ainsi aux marchés de la chimie du bâtiment et des mortiers très techniques (plâtre et chaux).

 

Edipierre, la 2e marque du groupe, présente sur le marché depuis 30 ans, se positionne sur le marché des monuments historiques grâce notamment à deux produits phares : un mortier pierre appelé « ciment métallique », destiné aux réparations complexes et ponctuelles et Edicolor patine, qui s’adapte aux ciments métalliques.

 

Enfin, la 3e marque, Saint-Cal, est une gamme d’enduits projetables destinés à la rénovation et au marché des constructions neuves (enduits monocouches et systèmes complets pour l’isolation thermique par l’extérieur) ;

 

 

Une façade traitée avec l'enduit Vega Legastone

 

« Un système de vente vertical »

 

« Pour ces trois marques, le modèle de vente est vertical, et va de la commercialisation à la livraison des produits aux clients. C’est la raison pour laquelle, nous nous développons régionalement en visant les métropoles que sont Lyon, Bordeaux, Lille et Marseille » indique Hervé Grumeau. L’ouverture d’agences dans ces grandes villes permet de développer la vente de produits spécifiques (marché de la pierre) et de produits traditionnels en agglomération.

 

Le service au client est en effet capital et le groupe se targue de pouvoir livrer une seule palette de 12 sacs d’enduits si nécessaire pour satisfaire les besoins d’un client. « Nous pouvons assurer un service d’épicerie avec de la valeur ajoutée en termes de préconisations, de conseil technique et de flexibilité sur l’offre de produits spéciaux, comme un coloris particulier » reprend Hervé Grumeau.

 

Exemple cité en appui par le responsable : en cas de chute d’une partie d’un mur, Vega sera en mesure de préconiser l’enduit avec la granulométrie adéquate, la couleur exacte et de le livrer le lendemain.

 

Accords locaux avec des négociants indépendants

 

Dans le but d’étendre le territoire de distribution de ses 3 marques, dans un rayon de 50 km autour de ses agences, la société a noué des partenariats avec des négociants indépendants désireux de proposer des produits différenciants.

 

« Autour de la Rochelle, nous avons par exemple des accords avec 10 à 15 petites agences dont certaines sont affiliées à des réseaux, comme Tout Faire et BigMat. Il n’y a pas de référencement national bien sûr » explique Hervé Grumeau.

 

Une politique qui paie pour le responsable de la société qui n’hésite pas à se qualifier de « petit poucet de l’industrie ». Un petit poucet qui se différencie en effet des gros industriels du secteur et de ses concurrents (Weber, Parex, PRB, VP, Cantillana, St Astier). Sa cible : les clients, tels que des maçons -ravaleurs, et sur Paris par exemple, des économistes, architectes ou de grosses entreprises de peinture -, sur un marché de produits spécifiques et à valeur ajoutée.

 

Cette stratégie lui permet d’enregistrer une croissance de + 15 % par an depuis 3 ans et de revendiquer de 18 à 20 % de parts de marché d’enduits à la chaux sur Paris. « Mais nous n’existons par sur les enduits monocouches au national » précise le président. La société gère également une autre pépite « Décopierre », une marque d’enduit sculpté et une franchise à la fois, à découvrir dans un article suivant.

 

 

Refection d'une façade avec Vega mortier plâtre

 


Source : batirama.com / Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (385 votants)
Oui
Non