Ecrans de sous-toiture : le succès des HPV confirmé

Ecrans de sous-toiture : le succès des HPV confirmé

La conception des systèmes de couverture a évolué notamment pour valoriser les combles sous toiture alors que les écrans sous-toiture forment aujour'hui un marché mature.



Contribuant à la performance énergétique d’un bâtiment et supprimant tout risque de condensation dans la charpente, les écrans souples de sous-toiture sont destinés aux constructions dont l’altitude est inférieure à 900 m, pour des locaux à faible ou moyenne hygrométrie.

 

Entrés récemment dans le domaine des techniques traditionnelles, ils ne peuvent se substituer ni aux matériaux de couverture ni aux membranes d’étanchéité complémentaire en climat de montagne.

 

Ils participent à la protection des toitures inclinées en petits éléments (tuiles et ardoises essentiellement) et évitent la pénétration de neige poudreuse, de suie ou de poussière. Ils ont aussi d'autres fonctions, telles que la protection des isolants et l’amélioration de l'étanchéité à l’air.

 

Il s’agit d’un marché qui a beaucoup souffert de la crise répétée dans le bâtiment, mais aussi d’une guerre des prix féroce. Ainsi, les professionnels s’accordent à dire que le prix d’un écran il y a 10 à 15 ans était sensiblement le double de celui pratiqué aujourd’hui…Et dans ce cadre, toutes les familles de produits ne sont pas à égalité.

 

Le succès grandissant des HPV

 

Les écrans traditionnels non-respirants rendent indispensable l’aménagement d’une lame d’air ventilée en sous-face de la sous-toiture. Cette famille de produits fait aujourd’hui les frais des nombreux avantages des membranes respirantes, les écrans HPV (soit « Hautement Perméable à la Vapeur d'eau »), qui sont beaucoup plus efficaces en termes de confort et de performance thermique.

 

Parfaitement étanches à l’eau, ils permettent une mise en œuvre au contact direct de l’isolant thermique. Qui plus est, pour une même épaisseur d’isolant, un écran HPV permet, grâce à la suppression de la lame d'air, d’économiser 2 cm d’espace habitable supplémentaire, soit près de 1 m2 au sol pour une maison de 120 m2.

 

Grâce à tous ces atouts, ils sont très fortement recommandés par les maîtres d’ouvrage et font l’objet d’une application systématique sur les chantiers. Enfin, bien qu’ils n’aient pas été rendus obligatoires par le législateur, ils constituent aujourd’hui un marché mature.

 

Les critères de choix

Chaque produit possède des caractéristiques qui lui sont propres, à adapter en fonction du type d'isolation et des conditions climatiques. Les écrans HPV font l’objet d'une certification de marque Certifié CSTB Certified EP14 « Ecrans souples de sous-toiture » et d'un classement de performances EST, qui guident les règles de pose et correspondent à leur situation dans l'ouvrage :

 

  • E : résistance au passage de l’eau de l’écran souple de sous-toiture (E1 ou E2).
  • S : la valeur Sd, soit la capacité à laisser passer la vapeur d’eau. Cette perméance à la vapeur d'eau sera ainsi Sd1, Sd2 ou Sd3 selon la ventilation ou non de la sous-face de l'écran. Il s’agit d’une caractéristique particulièrement importante de l'écran puisque conditionnant le risque de condensation dans les isolants ou la sous-toiture.
  • la résistance au déchirement et à la traction TR1 ou TR2 ou TR3, selon la caractéristique du support.Cette résistance mécanique concerne trois entraxes de 45, 60 (le cœur de marché) ou 90 mm.

 

AVIS D’EXPERT :  Innovation technique et guerre des prix

 

 

Hubert Domange, Président de la Commission Communication du SNEST*

 

« Le segment des écrans de sous-toiture HPV a globalement mieux résisté que les autres segments dans un contexte marché pourtant compliqué. »

 

Bâtirama : Quel est l’état de santé du marché des membranes en France ?

 

Hubert Domange : Notre marché est en baisse depuis plusieurs années et la dernière hausse répertoriée remonte à 2012. Cette décroissance continuelle touche globalement tous les segments : les écrans de sous-toiture respirants et non-respirants, les membranes bitumineuses, les pare-pluie et les pare-vapeur.

 

Sur le marché que représentent les 11 adhérents du SNEST*, cette perte de vitesse a pu varier de -5% à -10-12 % d’une année sur l’autre, ce qui est loin d’être négligeable au regard des évolutions du marché du bâtiment durant les mêmes exercices.

 

Les écrans HPV ont-ils mieux résisté que les membranes classiques ?

 

H.D. : Nous constatons, en effet, des disparités profondes dans les familles de produits.Ainsi, le segment des écrans de sous-toiture non-respirants, qui représentait encore 15 % du marché en 2011, ne pèse plus que 3 % aujourd'hui.

 

Cette forte baisse s'est clairement faite au profit du segment des écrans de sous-toiture HPV qui a globalement mieux résisté que les autres segments dans un contexte marché pourtant compliqué. Il représente désormais plus de 75 % des ventes de membranes (contre 65 % en 2011). Les segments des pare-vapeur (7 à 8 % du marché) et des pare-pluie (5 à 6 % du marché) ont quant à eux connu une plus grande stabilité.

 

S’agit-il d’un marché essentiellement porté par les règlementations ?

 

H.D. : Certains textes ont aidé à la démocratisation et à l'essor des écrans de sous-toiture. C'est le cas, par exemple, du DTU 40-21 qui stipule que la densité de fixations des éléments de couverture peut, dans certains cas, être réduite en cas de présence d'un écran de sous-toiture. 

 

Ce même texte indique également que la mise en oeuvre d'un écran de sous-toiture autorise une pose des éléments de couverture à une pente plus faible que celle initialement préconisée. Il faut toutefois noter qu'en général, l'innovation technique a du mal à trouver sa place dans un marché tendu où la guerre des prix prend hélas souvent le pas sur la technicité des produits.

 

*Syndicat National des Ecrans de Sous-Toiture

 

Ce que dit la réglementation

 

  •  Ecrans de sous-toiture 

Les DTU Ecran de sous-toiture disponibles actuellement ne font référence qu’à la mise en œuvre d’écrans de sous-toiture ventilés deux faces. D’autres documents mentionnent également la pose des écrans sur supports continus ou directement au contact de l’isolant thermique (Avis Technique ou Cahier des Charges du fabricant par exemple).

  • DTU 40.11 NF P 32-201 (mai 93) : Couvertures en ardoises.
  • DTU 40.21 NF P 31-202 (octobre 2013) : Couvertures en tuiles de terre cuite à emboîtement ou à glissement à relief.
  • DTU 40.211 NF P 31-203 (septembre 96) : Couvertures en tuiles plates de terre cuite à emboîtement à pureau plat.
  • DTU 40.22 NF P 31-201 (mai 93) : Couvertures en tuilescanal de terre cuite.
  • DTU 40.23 NF P 31-204 (septembre 96) : Couvertures en tuiles plates de terre cuite.
  • DTU 40.24 NF P 31-207 (mai 93) : Couvertures en tuiles en béton à glissement et à emboîtement longitudinal.
  • DTU 40.241 NF P 31-205 (juin 90) : Couvertures en tuiles planes en béton à glissement et à emboîtement longitudinal.
  • DTU 40.25 NF P 31-206 (décembre 84) : Couvertures en tuiles plates en béton.
  • NF DTU 40.29 : ce récent DTU spécifique permet de réglementer la pose et rappelle les autres spécifications qui indiquent le niveau de performances adapté à chaque usage, notamment, celles du classement E.S.T : E pour la résistance au passage de l’eau, S pour la perméance à la vapeur d’eau (valeur Sd) et T pour le la résistance à la traction associée à la déchirure au clou.

 

  •  Membrane d’interposition
  • DTU 40.41 NF P 34-211 (juin 87) : Couvertures par éléments métalliques en feuilles et longues feuilles en zinc.
  • Avis Technique du CSTB n° 5/02-1632 : Toiture Structurale VM Zinc Plus.
  • DTU 40.45 NF P 34-215-1 (mai 93) : Couvertures par éléments métalliques en feuilles et longues feuilles en cuivre.
  • DTU 40.46 NF P 34-216-1 (septembre 94) : Travaux de couverture en plomb sur support continu.

 

En savoir plus

 

  • « Ecrans souples de sous-toiture : Conception et mise en œuvre » par Valérie Wesierski et Alain Branca.Editions du CSTB. 2016.

 

Ce guide présente les différents types d'écrans souples de sous-toiture, leur environnement réglementaire et leurs différentes fonctions. Il détaille ensuite chaque étape de mise en oeuvre répondant à des questions telles que : Quel est le mode de pose des écrans posés sur supports continus et sur supports discontinus ? Comment gérer la ventilation ? Comment réaliser les recouvrements, le contre-lattage ? Un dernier chapitre expose les préconisations pour l'entretien des écrans et la réparation des désordres.

 

  • « Les couvertures en tuiles et les écrans souples de sous-toiture. Prescriptions techniques et recommandations pratiques » par Valérie Wesierski, Christian Lyonnet, Alain Branca. Editions du CSTB. 2016.

 

Ce guide expose les différents types de tuiles et leurs caractéristiques. Il définit leurs conditions de mise en oeuvre, en neuf et en rénovation. Les différents types d'écrans souples de sous-toiture sont présentés, avec leur environnement réglementaire et leurs différentes fonctions. Toutes les étapes de mise en oeuvre et du traitement des points singuliers sont détaillées, suivies de recommandations pour l'entretien des écrans et la réparation des désordres.

 

Sites Internet :

 

 

PRODUITS

 

Delta Energy de Doerken

Cet écran multicouche HPV offre une surface métallisée réfléchissante et deux bords autocollants intégrés. Il permet de limiter les déperditions énergétiques jusqu'à 9 % et réfléchit le rayonnement solaire d'été jusqu'à 70 %. La pose s’effectue sur chevrons, volige ou au contact direct de l'isolant thermique en toiture, sur support continu ou discontinu suivant un entraxe de 60 cm. Résistant à des températures de - 40 à +80 °C, il est disponible en noir et en gris et en rouleaux de (l x L) : 1,5 x 50 m.

Def'X R3 T de Siplast

Cette gamme d'écrans souples en films synthétiques armés microperforés est destinée à la couverture de petits éléments en tuiles ou ardoises.  La mise en œuvre se fait en pose tendue sur chevrons avec contre-lattage ou sur support continu ventilé. Elle est déclinée en trois modèles : classe R1 pour pose tendue sur chevrons jusqu'à 45 cm d'entraxe, classe R3 pour pose tendue sur chevrons jusqu'à 90 cm d'entraxe ou classe R3 pour pose tendue sur chevrons jusqu'à 90 cm d'entraxe ou pour pose sur support continu en bois ventilé. Largeur du rouleau :1,50 m.

Spirtech + 300 de Monier

En polypropylène, cet écran de sous-toiture est constitué d'une grille et d'un film HPV contenu entre deux non-tissés. Il intègre des bandes adhésives permettant une pose sans lame d'air directement au contact de l'isolant. La mise en œuvre s’effectue sur support continu ou entre chevrons (jusqu'à 90 cm d'espacement). Possibilité de recouvrement de faîtage. Dimensions du rouleau : (L x l) : 50 x 1,5 m.

Multivap 200 et 200+ de Ubbink

Insensibles aux agressions telles que la chaleur, les UV et les traitements du bois de charpente, ces écrans de sous-toiture HPV conviennent à tous les types de pose. Ils peuvent être mis au contact ou non de l’isolant, sur voliges, sur chevrons et sur des éléments de Sarking. Respirants, ils se fixent sur des chevrons espacés de 60 cm et se posent fermés au faîtage.  Ils présentent deux bandes adhésives en sous-face basse et en sur-face haute qui assurent l’étanchéité à l’eau et au vent de la toiture.

Boost'R 10 de Actis

Destiné à une application sur toiture en pente en climat de plaine (inférieur à 900 m d'altitude) et dans des locaux à faible ou moyenne hygrométrie, cet écran de sous-toiture pare-pluie, hautement perméable à la vapeur d'eau, bénéficie d'une membrane HPV métallisée, d’une ouate qui sert de complément d’isolation et d'un film réflecteur perforé pour un meilleur confort thermique. La pose se fait sur chevrons ou fermettes, support continu ou isolant traditionnel. Dimensions des rouleaux : (L x l) : 33,33 x 1,5 m en 11,5 mm d'épaisseur.

Toiture 60 de Dupont Tyvek

Cette membrane peut être utilisée dans toutes les applications de toitures à pan incliné avec support continu ou discontinu, y compris les toitures chaudes, hybrides et froides. Elle est conçue pour les conditions liées à des installations de toitures à support continu et est également applicable sur les toitures avec éléments métalliques (profilés pour bardage). Elle dispose d’une bande adhésive intégrée pour coller les recouvrements afin d’obtenir une enveloppe étanche au vent.



Source : batirama.com / Michèle Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

28 PRODUIT(S) POUR Doerken France















Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1213 votants)
Oui
Non
 

Boutique