DTU 40.22 - Couverture en tuiles canal de terre cuite

DTU 40.22 - Couverture en tuiles canal de terre cuite

Le DTU 40.22 - Couverture en tuiles canal de terre cuite- s’applique à tous types de bâtiments, quelle que soit leur destination, situés en plaine, et en France métropolitaine.



Domaine d’application

 

Le DTU 40.22 « Couverture en tuiles canal de terre cuite » donne les spécifications de mise en œuvre des couvertures en tuiles canal de terre cuite, posées sur support continu ou discontinu.

 

Il s’applique à tous types de bâtiments, quelle que soit leur destination, situés en plaine (altitude inférieure ou égale à 900 m) et en France métropolitaine.

 

Le DTU 40.22 ne traite pas :

  •  des couvertures utilisant des tuiles canal dont la conception entraîne un recouvrement fixe (mise en œuvre sous Avis technique) ;
  • des dispositions spécifiques de fixation des tuiles pour des couvertures de pente supérieure à 60%.

 

La version en vigueur de ce DTU, à la publication de cette fiche, est celle de mai 1993.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre d’une couverture en tuiles canal de terre cuite (tuiles, supports admissibles, fixations, mortiers, bandes métalliques, écran de sous-toiture, etc.) sont données dans le chapitre 2 de la partie 1 du DTU 40.22.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Selon la zone d’application et la situation du bâtiment, la pente minimale admissible (pour des rampants de longueur de projection horizontale inférieure ou égale à 12 m) devra être comprise entre 0,24 et 0,35 m/m et le recouvrement entre 14 et 17 cm. Les divers cas sont rassemblés dans le tableau I du DTU 40.22.

 

La mise en œuvre peut s’envisager sur des :

  •  Supports continus :
    • Dans le cas de supports en bois massif, la mise en œuvre peut se réaliser :
      • Avec pose « jointive » :
        • Voliges, frises et planches posées avec un écartement de 5 à 10 mm et clouées sur les appuis ;
        •  Ecartement des appuis d’axe en axe inférieur ou égal à 1,20 m, avec repos sur au moins 3 appuis en partie courante ;
        • Largeur minimale de repos sur les appuis de 40 mm en partie courante et 20 mm en about de voliges ;
      • Sur plancher rainé-bouveté ;
      • Sur la structure :
        • Sur chevrons, pannes ou fourrures bois : fixation par clouage, à l’exception des pièces d’épaisseur au plus égale à 25 mm qui peuvent être agrafées – 2 ou 3 fixations selon la largeur du support ;
        • Sur pannes ou fourrures métalliques : fixation par vis autotaraudeuses ou autoperceuses-taraudeuses de 6 mm de diamètre a minima – 2 vis par appui ;
    • La pose directe de tuiles sur supports en panneaux dérivés du bois n’est pas admise. Des liteaux, espacés de 2 cm minimum, seront disposés entre la tuile et le panneau support.
    • La mise en œuvre sur supports en maçonnerie traditionnels devra respecter les bonnes pratiques de référence.
    • Toute mise en œuvre sur d’autres types de supports se fera conformément à l’Avis technique associé.
  • Supports discontinus : ils se composent d’un chevronnage établi parallèlement à la ligne de plus grande pente de la couverture. Les tuiles de dessous seront ensuite disposées dessus, à l’aide de fixations (non visé par le présent document).
  • Supports liteaux bois : supports, reposant sur 3 appuis minimum et fixés par pointes ou agrafes à chaque intersection d’un chevron et d’un liteau, sur lesquels les tuiles de dessous seront mises en œuvre.

 

Une fois le support prêt, les tuiles sont disposées avec un chevauchement du rang supérieur sur le rang inférieur, espacées latéralement de 2 à 5 cm entre les éléments au niveau de leur partie la plus large, en commençant par les tuiles du dessous (tuiles de courant). Les tuiles de dessus sont ensuite posées à cheval sur 2 rangs consécutifs.

 

Afin de maintenir les tuiles en place, un calage est réalisé d’une des manières suivantes, selon les cas considérés :

  • au mortier ;
  • à sec à l’aide de fragments de tuiles ;
  • avec des pièces de bois parallèles à la ligne de plus grande pente de la couverture.

 

Les tuiles peuvent ensuite être fixées pour éviter soit leur glissement, soit leur soulèvement face aux actions du vent par :

  • scellement au mortier ;
  • crochets, clous ou pannetons ;
  • mastic.

 

Seules les tuiles situées en partie courante de couverture de pente inférieure ou égale à 30% ne nécessitent pas de fixation.

 

Le DTU 40.22 donne également les dispositions à mettre en œuvre pour la réalisation d’ouvrages particuliers tels que égouts (droit ou biais), faîtage maçonné (droit ou biais), arêtiers, noues, rives de tête ou latérales, pénétrations, etc. dans son paragraphe 3.4 de la partie 1.

 

La mise en œuvre de tuiles avec écran est possible et précisée dans le paragraphe 3.5 de la partie 1 du  DTU 40.22.

 

La mise en œuvre de l’isolation thermique au niveau des combles ainsi que celle de la ventilation en sous-face de la couverture et de son support sont respectivement précisées dans les paragraphes 3.6 et 3.7.

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du DTU 40.22. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2159 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

Fenêtres en travaux de rénovation Aluminium, bois, PVC