Chauffage : de nouvelles étiquettes énergétiques en vigueur

Chauffage : de nouvelles étiquettes énergétiques en vigueur

Chaudières de moins de 400 kW, ballons et générateurs d'ECS jusqu'à 2000 litres, pompes à chaleur jusqu'à 70 kW devront arborer dès le 26 septembre 2015 une nouvelle étiquette énergétique.



 

Sous l'effet combiné de la Directive Européenne ErP (Energy Related Products) du 21 Octobre 2009 (2009/125/CE), dite aussi ecoConception, et de la Directive Etiquetage Energétique (2010/30/EU) du 19 mai 2010, les équipements de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire sont soumis dès le 26 septembre à de nouvelles contraintes.

 

Les chaudières ≤ 400 kW de puissance, les pompes à chaleur ≤ 70 kW, les préparateurs d'ECS instantanés et à accumulation ≤ 400 kW et les ballons dont le volume de stockage ≤ 2000 litres, y compris ceux qui sont intégrés dans des produits combinés constitués d'un chauffe-eau et d'un dispositif solaire, devront simultanément franchir un seuil de performance et porter une étiquette énergétique portant sur les fonctions chauffage et préparation d'ECS.

 

Apprendre un nouveau langage

 

En plus, l'expression des performances énergétiques change : on ne parle plus de rendement instantanés, mais de rendements saisonniers. Les rendements sont exprimés en énergie primaire et en % pour tous les appareils. Par conséquent, pour les appareils mis sur le marché à partir du 26 septembre, les fabricants et les importateurs devront adopter ce nouveau langage.

 

Pour les PAC, par exemple, on ne parlera plus de COP instantanés, ni même de l'ESCOP, le COP saisonnier d'EUROVENT, mais de rendement saisonnier en %. Les constructeurs ne se précipitent pas encore pour fournir les informations dans ce nouveau langage. Il nous faut attendre encore quelques semaines pour pouvoir dresser un bilan des performances dans ce nouveau langage.

 

L'étiquette ECS

 

En attendant, chaque étiquette est déjà bien définie.  Sont concernés, les chauffe-eau électriques instantanés et à accumulation, les chauffe-eau thermodynamiques, les chauffe-eau gaz instantanés ou à accumulation.

 

Les chauffe-eau utilisant des combustibles solides, ou ceux spécifiquement conçus pour utiliser des combustibles gazeux ou liquides produits à titre principal à partir de biomasse ne sont pas concernés.

 

Que trouve-t-on sur l'étiquette eau chaude ? Pour commercer, le constructeur a choisi parmi l'un des 8 profils de puisage conventionnels, notés de 3XS à 4XL, liés à des débits de puisage croissants et à des profils de puisages par pas de 30 minutes durant 24 heures.

 

Deuxièmement, figure la classe de performance énergétique – de A la meilleure à G la moins bonne – atteinte par l'appareil. Troisièmement, la consommation annuelle d'énergie en kWh pour les chauffe-eau électriques et thermodynamiques à compression électrique, en GJ (GigaJoules) pour les appareils à gaz, fioul...

 

Trois zones climatiques en Europe

 

S'il s'agit d'un appareil thermodynamique, la Directive a prévu trois zones climatiques en Europe. La consommation en kWh doit être indiquée pour au moins deux de ces trois zones.

 

Quatrièmement, figure l'indication de puissance acoustique intérieur (perçue à l'intérieur du logement) pour tous les appareils et extérieure (perçue à l'extérieur du logement) lorsque c'est nécessaire, comme dans le cas des chauffe-bains thermodynamiques, par exemple.

 

Cinquièmement, pour les chauffe-eau électriques, un pictogramme indique si l'appareil est conçu pour fonctionner en heures creuses. Enfin, pour les appareils mixtes chauffage et eau chaude, on trouve d'une part les informations ECS, d'autres part les informations chauffage.

 

 

Voici l'étiquette ECS de base : profil de puisage L, performance énergétique A, puissance acoustique intérieure, consommation annuelle en énergie primaire en kWh pour l'électricité, en GJ pour les générateurs à combustibles, picto "Heures Creuses".

 

 

L'étiquette ECS thermodynamique ajoute la puissance acoustique extérieure, le choix de deux ou trois zones climatiques pour indiquer les consommations. Les consommations sont toujours exprimées soit en kWh, soit en GJ car la Directive prévoit le cas des chauffe-eau ou pac à absorption.

 

 

En ce qui concerne les chauffe-eau solaires, il existe trois zones, mais définies du nord au sud de l'Europe.

 

 

L'étiquette pour les ballons de stockage jusqu'à 2000 l indique les pertes de chaleur statiques du ballon en W et son volume en litre.

 

 

Pour les chauffe-eau mixtes solaire et autre énergie, l'étiquette indique la nature de l'appoint (élec ou gaz) et la performance énergétique du générateur d'appoint (A ici). La présence de capteurs solaires thermiques et d'un ballon doit également être indiquée, ainsi que la performance globale du système de G à A+++

 

 

Pour les chaudières mixtes, il faut indiquer la performance énergétique du chauffage et de la production d'ECS séparément, ainsi que le profil de puisage retenu, la puissance acoustique intérieure en dB et la puissance du générateur en kW.

 

 

Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits


Planelle supeRmax





Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1421 votants)
Oui
Non
 

Boutique