NF DTU 52.2 – Pose collée des revêtements céramiques et assimilés

NF DTU 52.2 – Pose collée des revêtements céramiques et assimilés

Retrouvez ci-dessous toutes les informations relatives au NF DTU 52.2 - Pose collée des revêtements céramiques et assimilés – Pierres naturelles.




Le NF DTU 52.2 "Pose collée des revêtements céramiques et assimilés – pierres naturelles" donne des spécifications de mise en œuvre pour l’exécution de travaux neufs de revêtements de :

  • murs intérieurs en carreaux céramiques et assimilés - pierres naturelles collés au mortier-colle ou à l'aide d'un adhésif ;
  • murs extérieurs en carreaux céramiques et assimilés - pierres naturelles collés au mortier-colle ;
  • sols intérieurs et extérieurs en carreaux céramiques et assimilés - pierres naturelles collés directement sur le support à l'aide d'un mortier-colle, dans des locaux de faibles sollicitations.

 

Il traite également de la mise en œuvre d’un système de protection à l’eau sous carrelage (SPEC).

 

La version en vigueur de la partie 1-1-1 de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle de juin 2022.

 

NF DTU 52.2 – 1ère partie – Murs intérieurs

 

 

 

Domaine d’application

La partie 1-1-1 du NF DTU 52.2 "pose collée des revêtements céramiques et assimilés – pierres naturelles" constitue le cahier des clauses techniques types pour la réalisation de murs intérieurs en carreaux céramiques et assimilés – pierres naturelles, collés à l’aide de mortiers-colles ou d’adhésifs, sur un support n’ayant jamais été revêtu. Ce dernier doit faire partie de la liste des supports admissibles suivants, en fonction de l’exposition à l’eau du local (voir tableau 2 du NF DTU) :

  • murs en béton ou panneaux préfabriqués en béton ;
  • enduits à base de ciment sur murs en béton ou murs et parois en maçonnerie ;
  • enduits au plâtre sur murs et parois en maçonnerie ;
  • ouvrages en plaques de parement en plâtre non hydrofugé ou hydrofugé ;
  • cloisons en carreaux de plâtre ;
  • cloisons en briques de terre cuite non revêtues d’un enduit.

 

Lorsque la mise en œuvre d’un système de protection à l’eau sous carrelage (SPEC) est nécessaire, les travaux à réaliser sont visés dans la partie 1-1-4 du NF DTU 52.2 (voir fiche relative à la partie 1-1-4 du NF DTU 52.2 plus bas).

Les spécifications de mise en œuvre sont applicables dans toutes les zones climatiques ou naturelles de France, y compris dans les zones à climat tropical humide dans la mesure où le support est admis dans ces zones.

La partie 1-1-1 du NF DTU 52.2 ne traite pas notamment de la mise en œuvre des dalles de pierre agglomérées à base de liant résine et des dalles en pierre reconstituée, ni de la mise en œuvre directe d’un carrelage collé sur étanchéité.

 

 

Matériaux visés

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre de murs intérieurs en carreaux céramiques et assimilés – pierres naturelles (carreaux céramiques, pierres naturelles, produits de collage, etc.) sont données dans la partie 1-2 du NF DTU 52.2 “Critères généraux de choix des matériaux”.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

Données à connaître avant l’exécution des travaux

Pour la bonne réalisation des travaux sur murs intérieurs, les éléments suivants doivent être connus :

  • nature et type du support, nécessité ou non d’une étanchéité ;
  • position et nature des joints de dilatation/fractionnement ;
  • nécessité ou non d’une préparation du support ;
  • sujétions particulières d’un procédé de protection à l’eau et/ou pouvant découler des conditions d’exploitation du local.

 

Mise en œuvre

Au moment de la pose, le support doit avoir une surface propre, dépoussiérée et respecter des tolérances de planéité et d’état de surface bien définies en fonction de la nature du matériau.

 

Le collage peut être réalisé à l’aide d’un mortier-colle ou d’un adhésif, appliqué sur le support par surface de 1 à 2 m², selon le temps ouvert du produit utilisé. L’application sera réalisée à l’aide d’une taloche dentelée ou d’une spatule, dans des conditions de températures ambiante et du support comprises entre 5°C et 30°C.

 

De manière générale, la pose se fait par simple encollage, hormis dans le cas d’éléments sur poteaux ou surfaces courbes, où le collage se fait systématiquement par double encollage. Le réglage des éléments de revêtement posés est réalisé par battage ou marouflage. La pression exercée sur les carreaux doit permettre un écrasement des sillons du produit de collage sur 70 % de la surface.

 

Les revêtements céramiques, ou assimilés, et pierres naturelles doivent être mis en œuvre, en murs intérieurs, avec des joints de largeur spécifiée dans le tableau ci-dessous, largeur qui doit être augmentée de la tolérance du carreau. Le jointoiement s’effectue, en général, le lendemain du collage des éléments de revêtement, selon le type de mortier-colle ou d’adhésif utilisé et la température ambiante moyenne. La pose à joint nul n’est pas autorisée.

 

Produit

Largeur de joint minimale

Carreaux à chants rectifiés
(tolérance dimensionnelle à ± 0,25 mm)

2 mm

Carreaux pressés

surface ≤ 500 cm²

2 mm

surface > 500 cm²

3 mm

Carreaux étirés

6 mm

Plaquettes de terre cuite 

Pierres naturelles 

2 mm

 

Les joints de dilatation et de retrait du gros-œuvre doivent être respectés dans le produit de collage et le revêtement. Les joints de fractionnement doivent être réalisés tous les 60 m² environ à moins que le mortier de jointoiement utilisé entre les éléments de revêtement aient un module d’élasticité inférieur ou égale à 8 000 MPa.

 

Points singuliers

Le revêtement ne doit, en aucun cas, venir buter contre la sous-face du plafond ou contre le sol brut ou fini. Selon le type de paroi considéré, un espace compris entre 3 et 5 mm minimum doit être prévu entre la première rangée de carreaux et la paroi.

 

Les traversées de cloison doivent être traitées avant la pose du revêtement afin d’éviter toute infiltration d’eau.

 

La réalisation des angles des surfaces carrelées, la protection mécanique des arêtes et tranches des éléments de revêtement ainsi que la jonction de l’élément de revêtement avec d‘autres matériaux peuvent être faite à l’aide d’accessoires ou profilés dédiés.

 

Tolérances sur l’ouvrage fini

 

Les principales tolérances que doivent satisfaire les ouvrages finis en murs intérieurs sont regroupées dans le tableau suivant :

 

 

Murs intérieurs

Planéité

Tolérance du support + tolérance de l’élément de revêtement

Aspect final du revêtement

Evalué à une distance de 1,65 m avec un éclairage non rasant (angle revêtement/lumière > 45°)

Alignement des joints

Avec une règle de 2 m, pas de mise en évidence de différence d’alignement > à 2 mm (+ tolérance dimensionnelle admise sur l’élément de revêtement utilisé)

Désaffleurement

≤ 1/3 de la largeur du joint entre éléments de revêtement + tolérance de l’élément de revêtement

 

 

 

NF DTU 52.2 – 2e partie – Murs extérieurs

 

 

 

Domaine d’application

La partie 1-1-2 du NF DTU 52.2 "pose collée des revêtements céramiques et assimilés – pierres naturelles" constitue le cahier des clauses techniques types pour la réalisation de murs extérieurs en carreaux céramiques et assimilés - pierres naturelles, collés à l'aide de mortiers-colles.

 

Les supports admissibles visés sont :

  • parois en béton de granulats courants, conformes au NF DTU 21 ;
  • parois en maçonnerie revêtue d’un enduit dressé à caractéristiques mécaniques conformes au NF DTU 26.1 ;
  • protections verticales d’étanchéité en mortier de ciment conformes au NF DTU 43.1.

 

Les spécifications de mise en œuvre sont applicables dans des régions climatiques ou naturelles françaises, y compris dans les zones à climat tropical humide dans la mesure où le support est admis dans ces zones, à des altitudes inférieures à 900 m.

 

La partie 1-1-2 du NF DTU 52.2 ne traite pas de la mise en œuvre des carreaux à liant ciment, des dalles de mosaïque de marbre à liant résine et des dalles en pierre reconstituée.

 

 

Matériaux visés

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre de murs extérieurs en carreaux céramiques et assimilés – pierres naturelles (carreaux céramiques, pierres naturelles, produits de collage, etc.) sont données dans la partie 1-2 du NF DTU 52.2 “Critères généraux de choix des matériaux”.

 

 

Mise en œuvre : l’essentiel

Données à connaître avant l’exécution des travaux

Pour la bonne réalisation des travaux sur murs extérieurs, les éléments suivants doivent être connus de l’entreprise de travaux :

  • caractéristiques du support ;
  • position et nature des joints de dilatation/fractionnement ;
  • nécessité ou non d’une préparation du support ;
  • plan de calepinage.

 

Mise en œuvre

Certains éléments de revêtement à coller ne doivent pas être mis en œuvre au-delà d’une hauteur de façade de 6 m, selon la surface à revêtir. L’utilisation d’éléments de revêtement de coloris foncé est également limitée.

Au moment de la pose, le support doit avoir une surface propre, dépoussiérée et respecter des tolérances de planéité et d’état de surface bien définies en fonction de la nature du matériau.

Le collage est réalisé à l’aide d’un mortier-colle, appliqué sur le support à l’aide d’une taloche métallique, par surfaces de 1 à 2 m², puis réparti à l’aide d’une spatule dentelée adaptée, dans des conditions de températures ambiante et du support comprises entre 5°C et 30°C.

 

La pose se fait par simple encollage pour les éléments de revêtement de petits formats (surface au plus de 50 cm²) et les plaquettes de terre cuite. Dans le cas d’éléments sur poteaux ou surfaces courbes, ou pour des éléments de surface supérieure à 50 cm², le collage se fait systématiquement par double encollage.

 

Les largeurs de joints minimales à respecter pour la pose collée des revêtements céramiques, ou assimilés, et pierres naturelles, en murs extérieurs, sont spécifiées dans le tableau ci-dessous. Elles doivent être augmentées de la tolérance du carreau. Le jointoiement s’effectue, en général, le lendemain du collage des éléments de revêtement, selon le type de mortier-colle utilisé. La pose à joint nul n’est pas autorisée.

 

Produit

Largeur de joint minimale

Carreaux de terre cuite

6 mm

Carreaux étirés (groupe A et BIIa et plus)

Plaquettes murales de terre cuite

Autres matériaux

4 mm

 

Les joints de dilatation et de retrait du gros-œuvre doivent être respectés dans le mortier-colle et le revêtement. Les joints de fractionnement doivent être réalisés tous les 60 m² environ. Pour les plaquettes de terre cuite, cette surface est abaissée à tous les 40 m² environ, la plus grande longueur n’excédant pas 8 m. Si le mortier de jointoiement entre les éléments de revêtement a un module d’élasticité inférieur ou égale à 8 000 MPa, les joints de fractionnement ne sont pas nécessaires.

 

Points singuliers

A chaque zone de butée et à la jonction des éléments de revêtement et des dormants de menuiserie, un joint doit être réalisé au mastic, après réalisation de l’étanchéité à l’air et à l’eau entre les dormants de menuiserie et du gros-œuvre.

Les joints en mastic au droit des angles rentrants ou sortants peuvent être remplacés par des profilés d’angle spécifiques.

Les acrotères doivent être protégés à l’aide de bavettes formant goutte d’eau ou par des éléments préfabriqués rapportés avec goutte d’eau. Les joints de fractionnement du support côté toiture doivent être étanchés et les arêtes supérieures des surfaces verticales doivent obligatoirement être protégées de l’eau de pluie par des dispositifs appropriés.

 

Tolérances sur l’ouvrage fini

Les principales tolérances que doivent satisfaire les ouvrages finis en murs extérieurs sont regroupées dans le tableau suivant :

 

  Murs extérieurs

Planéité

Tolérance du support + tolérance de l’élément de revêtement

Alignement
des joints

Avec une règle de 2 m, pas de mise en évidence de différence d’alignement > à 2 mm (+ tolérance dimensionnelle admise sur l’élément de revêtement utilisé)

Désaffleurement

≤ 1/3 de la largeur du joint entre éléments de revêtements + tolérance de l’élément de revêtement

 

 

 

 

NF DTU 52.2 – 3e partie – Sols intérieurs et extérieurs

 

 

 

Domaine d’application

La partie 1-1-3 du NF DTU 52.2 “pose collée des revêtements céramiques et assimilés – pierres naturelles“ constitue le cahier des clauses techniques types pour la réalisation de sols intérieurs et extérieurs en carreaux céramiques et assimilés - pierres naturelles, collés directement sur un support n’ayant jamais été revêtu, à l'aide de mortiers-colles, dans des locaux à faibles sollicitations.

 

Les supports admissibles visés sont notamment :

  • dallage en béton armé sur terre-plein conforme au NF DTU 13.3 ;
  • plancher dalle pleine en béton armé avec continuité sur appuis conforme au NF DTU 21 ;
  • plancher en béton coulé sur bacs acier collaborants avec continuité sur appuis conforme au NF DTU 21 ;
  • plancher constitué de dalles alvéolées en béton armé ou précontraint avec dalle collaborante rapportée conforme au NF DTU 23.2 ;
  • plancher à prédalles industrialisées en béton avec continuité sur appui, conforme au NF DTU 23.4 ;
  • planchers nervurés à poutrelles en béton armé ou précontraint et entrevous avec dalle de répartition complète coulée en œuvre conformes au NF DTU 23.5 ;
  • etc.

 

Les spécifications de mise en œuvre sont applicables dans des régions climatiques ou naturelles françaises, y compris dans les zones à climat tropical humide. La mise en œuvre des sols extérieurs est limitée à des altitudes inférieures à 900 m.

 

La partie 1-1-3 du NF DTU 52.2 ne traite pas notamment :

  • des travaux :
  • sur ouvrage intermédiaire (par exemple, SEL) ;
  • sur dalles ou chapes allégées et chapes sèches ;
  • sur chapes fluides à base de ciment ou de sulfate de calcium ;
  • sur planchers surélevés relevant du NF DTU 57.1 ;
  • sur plancher rayonnant électrique (PRE) ;
  • en locaux à sollicitations modérées assimilés aux locaux P4 et en locaux à fortes sollicitations assimilés aux locaux P4S du classement UPEC ;
  • exécutés dans des zones normalement ouvertes à la circulation de véhicules à moteur ;
  • la mise en oeuvre des dalles de pierre agglomérée à base de liant résine.

 

 

Matériaux visés

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre de sols intérieurs et extérieurs en carreaux céramiques et assimilés – pierres naturelles (carreaux céramiques, pierres naturelles, produits de collage, etc.) sont données dans la partie 1-2 du NF DTU 52.2 “Critères généraux de choix des matériaux”.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

Données à connaître avant l’exécution des travaux

Pour la bonne réalisation des travaux sur sols intérieurs et extérieurs, certains éléments doivent être connus, notamment :

  • nature et type du support, présence d’une étanchéité éventuelle ;
  • position et nature des joints de dilatation/fractionnement ;
  • nécessité ou non d’une préparation du support ;
  • sujétions particulières d’un procédé de protection à l’eau et/ou pouvant découler des conditions d’exploitation du local ;
  • plan de pente ;
  • si pose sur sol extérieur : évacuation des eaux provenant du terrain naturel.

 

Mise en œuvre

Au moment de la pose, le support doit avoir une surface propre, dépoussiérée et respecter des tolérances de planéité et d’état de surface bien définies en fonction de la nature du matériau.

Le collage est réalisé à l’aide d’un mortier-colle, choisi notamment selon le support considéré, la destination ainsi que la présence d’un plancher chauffant ou non ou d’un vide sanitaire, et appliqué sur le support grâce à une taloche métallique, par surfaces de 1 à 2 m², puis réparti avec une spatule ou une taloche dentelée adaptée, dans des conditions de températures ambiante et du support comprises entre 5°C et 30°C. Le mode d’encollage est fonction de la surface et de la nature des carreaux à coller ainsi que de l’application visée (sol intérieur ou extérieur).

Une première mise en température du sol doit avoir été réalisée avant la pose des éléments de revêtement avec arrêt du chauffage au moins deux jours avant la réalisation des travaux. La remise en chauffe ne pourra avoir lieu qu’après un délai de deux jours minimum après réalisation des joints.

Pour les sols extérieurs, le NF DTU 52.2 ne vise pas la pose des carreaux céramiques de surface supérieure à 2 200 cm², ni les éléments de revêtement de coloris foncé. 

 

Les principales largeurs de joints minimales à respecter pour la pose collée sur sols intérieurs et extérieurs sont spécifiées dans le tableau ci-dessous. Elles dépendent, pour un élément de revêtement, de sa nature, de ses dimensions et de la tolérance nominale sur ses dimensions. Le jointoiement s’effectue, en général, le lendemain du collage des éléments de revêtement, selon le type de mortier-colle utilisé. La pose à joint nul n’est pas autorisée.

 

  Produit Largeur de joint minimale

Sols intérieurs

Carreaux céramiques pressés En fonction du type de joint (réduit ou normal) et des caractéristiques dimensionnelles des carreaux
Carreaux de terre cuite 6 mm
Carreaux étirés
Pierres naturelles 2 mm
Carreaux à liant ciment 3 mm

Sols extérieurs

Carreaux de terre cuite 6 mm
Carreaux étirés
Autres matériaux Selon la surface

 

Les joints de dilatation et de retrait du gros-œuvre doivent être respectés. Les joints de retrait et de construction du support doivent être respectés dans le revêtement ainsi que dans le produit de collage.

 

Tolérances sur l’ouvrage fini

Les principales tolérances que doivent satisfaire les ouvrages finis en sols intérieurs et extérieurs sont regroupées dans le tableau suivant :

 

Produit

Sols intérieurs et extérieurs

Planéité

Tolérance du support + tolérance de l’élément de revêtement

Aspect final du revêtement

Evalué à une hauteur de 1,65 m et à une distance de 2 m, avec un éclairage non rasant (angle revêtement/lumière > 45°)

Alignement des joints

Avec une règle de 2 m, pas de mise en évidence de différence d’alignement > à 2 mm (+ tolérance dimensionnelle admise sur l’élément de revêtement utilisé)

Désaffleurement

0,5 mm + 1/10 de la largeur du joint + tolérance de l’élément de revêtement

 

 

NF DTU 52.2 – 4e partie – Systèmes de protection à l'eau sous carrelage

 

Domaine d’application

La partie 1-1-4 du NF DTU 52.2 “pose collée des revêtements céramiques et assimilés – pierres naturelles“ constitue le cahier des clauses techniques types de spécifications pour la mise en œuvre de systèmes de protection à l’eau sous carrelage (SPEC) constitués principalement de résines prêtes à l’emploi ou de produits bi-composants, pour les marchés de travaux neufs, applicables aux murs intérieurs dans les locaux humides limités aux locaux :

  • classés EC au plus, au sens du Cahier 3567 du CSTB ;
  • dans lesquels les projections d’eau sont contenues dans la zone d’emprise de l’appareil sanitaire (douche ou baignoire).

 

Les supports admissibles visés sont notamment :

  • murs en béton ou panneaux préfabriqués en béton à parement courant ou soigné ;
  • enduits à base de ciment sur murs en béton ou murs et parois en maçonnerie ;
  • enduits au plâtre sur murs et parois en maçonnerie ;
  • ouvrages en plaques de parement en plâtre non hydrofugé ou hydrofugé ;
  • cloisons en carreaux de plâtre ;
  • cloisons en briques de terre cuite non revêtues d’un enduit.

 

Les spécifications de mise en œuvre sont applicables dans toutes les zones climatiques ou naturelles françaises, y compris dans les zones à climat tropical humide dans la mesure où le support est admis dans ces zones.

 

La partie 1-1-4 du NF DTU 52.2 ne traite pas notamment :

  • de la mise en œuvre ;
  • des SPEC résines en sol ;
  • des SPEC Nattes ;
  • du SPEC résine sur les petites surfaces horizontales ou en raccordement avec un receveur extraplat ;
  • sur plancher rayonnant électrique (PRE) ;
  • des locaux présentant un joint de dilatation ;
  • des travaux de rénovation.

 

 

Matériaux visés

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre des SPEC sont données dans la partie 1-2 du NF DTU 52.2 “Critères généraux de choix des matériaux”.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

Données à connaître avant l’exécution des travaux

Pour la bonne réalisation des travaux, certains éléments doivent être connus, notamment :

  • nature et type du support ;
  • position et nature des joints de dilatation/fractionnement ;
  • nécessité ou non d’une préparation du support ;
  • traversées ;
  • appareils sanitaires.

 

Mise en œuvre

Dans le cas où les projections d’eau sont contenues dans la zone d’emprise de l’appareil sanitaire, les éléments essentiels de la mise en œuvre sont les suivants :

  • la préparation du support doit être réalisée comme dans le cas de la mise en œuvre de revêtements céramiques ou assimilés – pierres naturelles sur murs intérieurs ;
  • un primaire peut être nécessaire : son application doit respecter les indications des fiches techniques des SPEC résine ;
  • les joints de fractionnement doivent être traités avant la partie courante, à l’aide d’une bande de renfort noyée dans la résine, compatible avec la résine du SPEC résine ;
  • les canalisations traversantes doivent déborder d’au moins 1 cm du nu de la paroi, avec application de la résine jusqu’au tuyau ou au fourreau en continuité de la partie courante ;
  • le raccordement en mur à la baignoire ou au receveur de douche doit être fait en complément de la mise en œuvre du mastic sanitaire d’étanchéité, soit à l’aide d’un mastic sanitaire de finition, soit d’un profilé.

 

Les surfaces sur lesquelles l’application d’un SPEC résine s’avère nécessaire sont données dans le tableau 3 de la partie 1-1-1 du NF DTU 52.2.

Le SPEC est composé d’une résine associée à un revêtement carrelé. La résine est mise en œuvre en deux couches, la première réalisée à l’aide d’un outil permettant l’obtention d’une consommation minimale de 400 g/m², et la deuxième, de consommation équivalente, réalisée en passes croisées après séchage de la première. Le revêtement est mis en œuvre au plus tôt le lendemain de l’application de la seconde couche de résine.

 

Tolérances sur l’ouvrage fini 

Les tolérances de planéité que doivent satisfaire l’ouvrage fini sont les mêmes que celles relatives aux ouvrages finis en murs intérieurs.

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel de la partie 1-1-4 du NF DTU 52.2. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.

 

 


Source : batirama.com / crédit photo d'ouverture © Ceramiche Atlas Concorde S.P.A

1 Commentaire
logo
- -
  • par gfO49
  • 21/12/2018 23:34:00

Pour l’exécution d’un bac à douche à l’italienne de 1,35 m2, en grès émaillé antidérapant avec la réalisation d’une forme de pente avec chape et système de protection à l’eau type CERAMIPROOF ; faut-il réaliser les joints en EPOXY ? Merci de votre réponse rapide.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Pour en savoir plus
boutique produit
Pose collée de carrelage en travaux neufs

Carreaux céramiques ou assimilés - pierres naturelles
En application de la norme NF DTU 52.2


Au sol ou au mur, à l’intérieur ou à l’extérieur, en local sec ou humide, la pose collée de carrelage doit tenir compte de multiples paramètres pour prévenir les désordres et assurer la durabilité de l’ouvrage.

Avant de choisir un mortier-colle ou un adhésif, il faut considérer la nature et l’état du support, les propriétés du revêtement et la dimension des carreaux ainsi que les contraintes liées à la situation et à la destination de l’ouvrage.


Ce guide s’appuie avant tout sur la norme NF DTU 52.2 pour préciser et illustrer toutes les étapes de l’ouvrage comme par exemple :
- les formats de carreaux et les supports admissibles en mur intérieur ;
- la possibilité d’augmenter le format des carreaux céramiques (jusqu’à 10 000 cm2) sous certaines conditions ;
- l’indication des précautions à prendre en présence des produits de cure sur le support ;
- la définition du joint réduit et du joint normal selon les tolérances dimensionnelles de l’élément de revêtement.

Grâce à ce guide, les professionnels du carrelage (entreprise, maître d’ouvrage, architecte, bureau de contrôle, etc.) pourront éviter des erreurs de choix ou de mise en œuvre pouvant entraîner des désordres.

Carreaux céramiques ou assimilés - pierres naturelles
En application de la norme NF DTU 52.2

Au sol ou au mur, à l’intérieur ou à l’extérieur, en local sec ou humide, la pose collée de carrelage doit tenir compte de multiples paramètres pour prévenir les désordres et assurer la durabilité de l’ouvrage.

Avant de choisir un mortier-colle ou un adhésif, il faut considérer la nature et l’état du support, les propriétés du revêtement et la dimension des carreaux ainsi que les contraintes liées à la situation et à la destination de l’ouvrage.


Ce guide s’appuie avant tout sur la norme NF DTU 52.2 pour préciser et illustrer toutes les étapes de l’ouvrage comme par exemple :
- les formats de carreaux et les supports admissibles en mur intérieur ;
- la possibilité d’augmenter le format des carreaux céramiques (jusqu’à 10 000 cm2) sous certaines conditions ;
- l’indication des précautions à prendre en présence des produits de cure sur le support ;
- la définition du joint réduit et du joint normal selon les tolérances dimensionnelles de l’élément de revêtement.

Grâce à ce guide, les professionnels du carrelage (entreprise, maître d’ouvrage, architecte, bureau de contrôle, etc.) pourront éviter des erreurs de choix ou de mise en œuvre pouvant entraîner des désordres.


27,00 € TTC
 
 
 

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous impatient de voir Notre-Dame de Paris réouverte au public ? (33 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits