Garde-corps en bois : les risques d'une mauvaise mise en oeuvre

Garde-corps en bois : les risques d'une mauvaise mise en oeuvre

Dans le cadre des travaux d’aménagement d’une grange en habitation, avec création d’une mezzanine dans le volume du séjour, une entreprise est intervenue pour installer des garde-corps en bois.




Les deux garde-corps en bois de la mezzanine, bordant les vides du séjour, présentent, 3 ans après les travaux, une très grande flexibilité par simple poussée, les potelets principaux étant descellés au niveau de l’ancrage sur la dalle béton. L’ouvrage n’assure plus la sécurité sur les sollicitations statiques ou dynamiques auxquelles il peut être soumis. L’impropriété à destination est manifeste compte tenu des risques potentiels encourus par les habitants de la maison en cas d’appui sur le garde-corps. Le propriétaire a donc demandé à l’entreprise le changement des garde-corps, au titre de la garantie décennale.


Le diagnostic


Le manque de rigidité des deux garde-corps résulte d’un trop grand espacement des potelets en bois et d’un défaut d’exécution des ancrages des potelets dans leur support béton. Seules, deux fixations, entraxées de quelques centimètres, liaisonnent les potelets au support. Un tel dispositif est nettement insuffisant pour reprendre les sollicitations de flexion. Le remplacement des garde-corps défectueux est la seule solution technique envisagea­ble pour une remise en conformité de l’ouvrage. Le coût est évalué à 5 500 €.


Fondation d’entreprise Excellence SMA

 

Quelles responsabilités ?

 

À l’issue des opérations d’expertise, le principe d’un partage de responsabilité à hauteur de 20 %, pour le maître d’œuvre et 80 %, pour l’entreprise, est  retenu, s’agissant d’un défaut d’exécution qui était décelable en cours de travaux.

 

Que fallait-il faire ?

 

L’entrepreneur aurait dû faire appel à un bureau d’études Bois pour le dimensionnement des garde-corps. À défaut, il aurait dû concevoir un garde-corps avec des montants verticaux  plus rapprochés et mis en œuvre conformément aux prescriptions de l’article 6.3.3 du Cahier des Clauses Techniques de la norme NF P 21-203-1/A2 (DTV 31.1).
 

source : batirama.com

 

 

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par marcel joulia
  • 1
  • 0

Nous sommes sur un site professionnel, pas dans le bistrot du coin, lâches ta canette Titi.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1220 votants)
Oui
Non
 

Boutique



Les vérandas