Les enduits sur supports anciens ne connaissent pas la crise

Les enduits sur supports anciens ne connaissent pas la crise

Porté par un patrimoine qu’il faut restaurer et des façades d’immeubles à rénover, le marché des enduits sur supports anciens reste en croissance.





Tous s’accordent à le dire : le marché des enduits sur supports anciens va bien. « En région parisienne, il reste porteur grâce aux copropriétés qui rénovent les façades », note Olivier Jollet, président de Véga Industries.

 

Pour Mathias Habert, chef de marché bâti ancien chez Parexlanko, « il connaît même une croissance annuelle de + 2% depuis 2008 ». Conséquence : « Les entreprises qui intervenaient dans le neuf s’orientent de plus en plus vers la rénovation, les chaux ont connu une progression de + 5% en 2014 », dévoile Luc Tornos, directeur des ventes chez Socli.

 

Le prêt-à-l’emploi truste le marché

 

Les applications manuelles d’enduit restent l’apanage de la restauration, canalisées par les Monuments historiques et Bâtiments de France « qui poussent à proscrire l’organique et la base ciment », remarque Lény Soy, directeur des ventes chez Keim.

 

 

  1. Avant… ©Weber

 

  1. Après… ©Weber

 

Mais aujourd’hui, ce marché des enduits sur supports anciens en rénovation « est dominé par les produits projetés ». D’autant qu’investi par ces entreprises issues du neuf, plutôt habituées au mono-couche. Désormais, ces enduits en rénovation sont prêts-à-l’emploi pour pallier aussi une main d’œuvre qui ne «possède pas nécessairement les savoir-faire, et pressée par les délais», explique Olivier Jollet.

 

Sur ITE, ces solutions prêtes à projeter prennent aussi « des parts de marché, en facilitant la préparation sur chantier dans le respect des règles de l’Art et sans se poser de question ».

 

Tendances minérales

 

Reste que ce marché des enduits de rénovation crée de la valeur ajoutée, « à condition qu’il s’agisse de produits à base de chaux et perspirants. Sinon les prix chutent », précise Luc Tornos. L’engouement est fort selon Mathias Habert, « pour la chaux aérienne que l’on espère pure. Mais il faut un peu ­d’hydraulicité pour s’adapter aux supports anciens, apporter de la souplesse et de la luminosité ».

 

D’ailleurs, la demande attend la possibilité « d’améliorer l’esthétique grâce à une peinture minérale écologique qui apporte une protection supplémentaire et durable », ajoute Lény Soy. C’est même une évolution certaine « vers des finitions minérales avec des peintures type badigeon de chaux ou silicatée ».

 

Quand une autre tendance émerge selon Mathias Habert : celle des enduits spécifiques d’assainissement à la chaux qui canalisent les sels et l’apparition de salpêtre. « Une réponse aux problèmes ­d’humidité des façades appréciée des maîtres d’ouvrage à intégrer », conseille le dirigeant de Parexlanko.

 

D’autant que, sans alourdir le poste main d’œuvre, cette prestation apporte encore plus de valeur ajoutée.




Réglementation

 

  • NF DTU 26.1 Travaux d’enduits de mortiers minéraux. Il définit notamment le choix des mortiers d’enduit selon les maçonneries, le type d’application, et les finitions souhaitées pour les aspects. Il détermine la préparation des supports selon leur état, leur nature et le type d’enduit appliqué (rebouchage, dressage, armature, gobetis…). Il définit, enfin, les techniques d’enduisage : bi-couches, soit un sous-enduit et une finition ou mono-couche en deux passes, selon la porosité et l’homogénéité de la maçonnerie, l’épaisseur des couches à appliquer et les finitions souhaitées.

 

 

  1. Haras de Tarbes (65), jointoiement de pierre à la chaux. ©Lafarge

 

  • Les documents de référence pour les Systèmes d’isolation thermiques par l’extérieur avec enduits sur isolants : Cahier des prescriptions techniques (CPT), Agréments techniques européens (ATE), Documents techniques d’application (DTA) du CSTB. Rénovation sur isolation thermique par l’extérieur avec enduits sur isolants : Règles professionnelles.

 

  • Norme NF-EN 998-1 mortiers d’enduits minéraux pour le marquage CE des mortiers

 

 

Les chaux dites naturelles sont plébiscitées par les maîtres d’ouvrage. Désormais, elles s’appliquent manuellement ou mécaniquement avec machine à projeter, à enduire ou à rejointoyer. ©Lafarge




Source : batirama.com / Stéphanie Lacaze Haertelemeyer

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par ludo.jb
  • 0
  • 0

Architecte du patrimoine, je conseille vivement des enduits traditionnels et artisanaux. Ils sont à la fois moins chers, d'aspect naturel et plus durables. Il est donc impératif de choisir une entreprise qui maîtrise l'assemblage de ses enduits à partir de chaux, de sable et, éventuellement de pigments naturels.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (612 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Fenêtres en travaux de rénovation Aluminium, bois, PVC

Les escaliers