RAGE 2012 : Murs doubles avec ITE

image

De plus en plus courtisés par les maîtres d’ouvrage, les murs doubles avec isolation thermique par l’extérieur se voient désormais dotés de règles de l’Art dédiées… Explications…

Aider vos clients à reprendre le contrôle de leurs consommations


Du fait des nouvelles exigences en matière de réglementation thermique, les modes constructifs français évoluent pour s’orienter de plus en plus vers l’isolation thermique par l’extérieur et plus particulièrement celle utilisant la technique du mur double. Ce dernier est décrit dans le NF DTU 20.1 pour la construction neuve.

 

Toutefois, ces règles de l’Art ne prennent pas en compte les dispositions particulières à prendre en considération lors de la conception et de la mise en œuvre pour la réalisation de l’isolation thermique extérieure, plus particulièrement au niveau des points singuliers.

 

De la même manière, la mise en place d’une telle solution en rénovation n’est pas évoquée dans le NF DTU 20.1.

 

Attention à la conception de l’ouvrage

 

 

©CTMNC

 

C’est donc que les recommandations professionnelles RAGE 2012 “Murs doubles avec isolation thermique par l’extérieur - Neuf, Rénovation”, publiées en mars dernier, trouvent toute leur justification. En effet, ces dernières traitent de nombreux points.

 

Après une présentation du mur double et de ses enjeux pour assurer durablement les performances thermique, environnementale et sanitaire, elles mettent en lumière les points sur lesquels une attention particulière doit être portée lors de la conception de l’ouvrage, aussi bien dans le cadre de travaux neufs que de travaux de rénovation.

 

Pour ces derniers, dont un chapitre leur est consacré, les recommandations s’appuient sur les retours d’expérience d’experts en la matière afin de proposer :

  • des méthodes de reconnaissance pour les supports ;
  • les dispositions constructives à suivre dans de telles circonstances ;
  • les principes de mise en œuvre et les détails d’exécution aux interfaces.

 

En complément, des chapitres sont respectivement dédiés à la mise en œuvre des différents éléments constitutifs d’un mur double, à la construction en zone sismique, au choix des types de murs doubles en fonction de l’implantation de l’ouvrage et au choix des matériaux.

 

Nul doute : un document désormais incontournable pour les professionnels du Bâtiment !...


Aider vos clients à reprendre le contrôle de leurs consommations


Qu’est-ce qu’un mur double ?

 

 

Le mur double traditionnel est défini dans le NF DTU 20.1. Il protège des infiltrations d’eau de pluie et améliore donc la durabilité des ouvrages grâce à la maçonnerie de parement de la lame d’air aménagée.

 

D’une manière générale, de l’intérieur vers l’extérieur, un mur double se compose de trois parties : une paroi porteuse séparée d’une paroi non porteuse par un intervalle (voir exemple ci-dessus).

 

Paroi porteuse

 

La paroi porteuse est la paroi la plus à l’intérieur d’un mur double. Elle est ainsi protégée des effets climatiques. Elle peut être réalisée :

  • à l’aide de petits éléments en maçonnerie : son épaisseur sera alors supérieure ou égale à 15 cm (NF DTU 20.1) ;
  • en béton banché : son épaisseur minimale sera de 12 cm (NF DTU 23.1).

 

Bien entendu, cette épaisseur dépendra des charges structurelles appliquées que la paroi porteuse devra reprendre mais également de la zone sismique dans laquelle le bâtiment concerné se situe. Ceci sera défini lors de la conception de l’ouvrage.

 

Le mur porteur intérieur n’est pas soumis à de forts écarts de température en fonctionnement normal du bâtiment. Il apporte l’inertie thermique et la régulation du taux d’humidité.

 

Paroi non porteuse

 

Egalement appelée mur de parement ou mur de peau, la paroi non porteuse est située à l’extérieur du mur double et est réalisée en maçonnerie de petits éléments (briques de terre cuite, pierre naturelle, blocs de béton apparents, etc.).

 

Maintenue à celle porteuse à l’aide d’attaches de liaison placées dans les joints de mortier horizontaux, elle peut être mise en œuvre enduite ou non :

  • Mur enduit : le parement extérieur en maçonnerie enduite doit avoir une épaisseur minimale de 15 cm.
  • Mur non enduit : dans ce cas, il est possible de réa­liser la paroi non porteuse :
    • en blocs de béton destinés à rester apparents. L’épaisseur brute de ce type de mur est comprise
      entre 9 et 20 cm ;
    • en briques de terre cuite HD destinées à rester apparentes. L’épaisseur brute du mur est comprise
      entre 9 et 22 cm ;
    • en pierre naturelle. Dans ce cas, l’épaisseur brute du mur est comprise entre 8 et 20 cm.

 

Dans le cadre d’un mur double, cette paroi non porteuse a plusieurs fonctions. En complément de celle esthétique, elle permet également d’assurer une bonne isolation phonique vis-à-vis des bruits extérieurs et joue le rôle de protection notamment contre les intempéries (pluie battante, vent, etc.) aussi bien du mur support que de l’isolant thermique interposé entre les deux parois.

 

Interposition entre paroi porteuse et paroi non porteuse

 

Dans un mur double, entre la paroi porteuse et celle non porteuse réside un espace qui peut être :

  • soit laissé vide : on parlera alors de lame d’air continue ;
  • soit rempli, partiellement ou totalement, à l’aide de panneaux isolants destinés à permettre le respect des exigences d’isolation thermique.

 

Cette interposition entre les deux murs évite le mouillage de l’isolant et la stagnation d’humidité en cas d’infiltration d’eau.

 

Les recommandations professionnelles visent le cas l’espace est rempli par un isolant thermique.


Aider vos clients à reprendre le contrôle de leurs consommations


Points critiques

 

Les recommandations professionnelles “Murs doubles avec isolation thermique par l’extérieur” visent aussi bien les ouvrages neufs que ceux en rénovation. Dans un cas comme dans l’autre, une attention particulière doit être portée sur plusieurs points lors de la conception de l’ouvrage, afin d’assurer la performance thermique attendue.

 

Travaux neufs

 

 

 

Dans le cadre de travaux neufs, trois notions sont à considérer :

  • le traitement des ponts thermiques intégrés (créés par les attaches de liaisons et consoles qui traversent l’isolant thermique et qui sont en contact avec l’extérieur, voir exemple ci-dessus) et des ponts thermiques d’origine structurelle (présents très souvent au niveau des balcons, des acrotères ou au droit des ouvertures) ;
  • l’étanchéité à l’eau et à l’air en partie courante et aux interfaces ;
  • la durabilité des accessoires de pose utilisés. Ils doivent être inoxydables dans la masse.


Travaux en rénovation

 

Côté travaux de rénovation, deux points sont indispensables :

  • la réalisation d’un diagnostic précis de l’état de conservation du mur existant afin de choisir la solution constructive la plus adaptée. Ce diagnostic doit porter, a minima, sur :
  • l’identification des équipements du bien considéré (quel est le système de ventilation ? Y a-t-il présence d’une cheminée ? etc.) ;
  • la reconnaissance de l’isolation existante, de l’état des fenêtres ;
  • les connaissances structurelles (capacité portante des fondations, stabilité des murs existants…) ;
  • l’impact que pourraient avoir les travaux sur la charpente et la couverture dans le cas d’un débord de toit insuffisant ;
  • la reconnaissance des murs porteurs existants à l’aide d’essais destructifs et non destructifs. Ces essais sont définis à la suite du mandatement d’un expert par le maître d’ouvrage. Ils doivent permettre de s’assurer que, non seulement, la structure existante sera capable de supporter les sollicitations que pourrait transmettre la paroi non porteuse adjointe mais également que la fixation des attaches de liaison sera possible.

 

Bien entendu, avant tous travaux, il faut impérativement vérifier que la modification de la façade existante respecte les dispositions fixées par l’urbanisme et notamment le plan local d’urbanisme.
Les recommandations professionnelles “Murs doubles avec isolation thermique par l’extérieur” détaillent ces différents points et précisent également les erreurs à éviter.


Aider vos clients à reprendre le contrôle de leurs consommations


Mise en œuvre du mur double avec isolant thermique

 

Les dispositions constructives des recommandations professionnelles “murs doubles avec isolation thermique par l’extérieur” complètent celles décrites dans le NF DTU 20.1.

 

Comme dit précédemment, le NF DTU 20.1 définit de manière générale ce qu’est un mur double mais ne prend pas en compte les dispositions particulières à prendre en considération lors de la conception et de la mise en œuvre pour la réalisation de l’isolation thermique extérieure, plus particulièrement au niveau des points singuliers.

 

Ces dispositions sont donc détaillées dans les recommandations professionnelles et concernent :

  • la mise en œuvre en partie courante comprenant la coordination des travaux par le maître d’ouvrage (ou son représentant), la réalisation du mur porteur puis de celui de parement, la protection de l’ouvrage en cours des travaux, la mise en œuvre des attaches de liaison ainsi que des consoles de supportage, la pose de l’isolant thermique, sans oublier la prise en considération des joints de dilatation et de fractionnement du mur de parement ainsi que la ventilation de la lame d’air ;
  • l’ouvrage de repos du mur non porteur. En effet, ce dernier ne doit pas reposer à même le sol. Il est donc indispensable de prévoir une cornière de reprise en acier inoxydable ou galvanisé ou une semelle au niveau des fondations (voir exemple ci-dessous) ;

 


 

  • le traitement des points singuliers avec, dans la mesure du possible, l’utilisation d’éléments préfabriqués prévus pour la réalisation des ouvertures (linteaux, coffres de volets roulants, etc.), la réalisation des angles rentrants et sortants (coupe en bec d’onglet, franche, harpage ou utilisation d’éléments spéciaux), la jonction avec la toiture, le traitement des traversées de murs, etc.

Aider vos clients à reprendre le contrôle de leurs consommations


Infos pratiques

 

Textes de référence

 

 

  • NF DTU 20.1 : Travaux de bâtimentOuvrages en maçonnerie de petits élémentsParois et murs.
  • NF DTU 23.1 : Travaux de bâtimentMurs en béton banché.
  • Recommandations professionnelles “RAGE 2012” - Murs doubles avec isolation thermique par l’extérieurNeuf, Rénovation (mars 2014).


Les NF DTU sont disponibles auprès de l’Afnor : www.boutique.afnor.org
ou du CSTB : boutique.ctsb.fr.

 

Sites internet utiles

 

  • www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
  • www.ctmnc.fr
  • www.cerib.com
  • www.fftb.org
  • www.fib.org



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

2 Commentaires

logo
- -
  • par chaillou49
  • 22/11/2014 13:52:35

qu'est ce que les bonnes idées chez les pays voisins ?

logo
- -
  • par ericdu66
  • 06/09/2014 09:39:02

En allant voir chez nos pays voisins, il y a de bonnes idées aussi. Par contre je trouve que l'ITE n'est pas encore bien intégrée dans ma région les P.O. Le coût est un gros soucis ici.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Soutenez-vous le mouvement de grève du 19 janvier, reconduit le 31 janvier? (124 votants)
 

Articles

Nouveautés Produits