Bati-supports : quels systemes ?

Bati-supports : quels systemes ?

Les fabricants de bâti-supports proposent désormais des produits fiables et simples à mettre en œuvre. Une seule contrainte persiste : connaître la configuration du chantier pour poser le produit adapté, un problème que les SAV des fabricants peuvent vous aider à résoudre.




 

Les bâti-supports entrent enfin dans les mœurs du plombier. Pourtant, ce système encastré, idéal pour l'installation d'appareils sanitaires suspendus, n'a pas tout de suite rencontré les faveurs de l'installateur.L a raison de cette méfiance ? " Le développement des bâti-supports a été freiné, car souvent les poseurs craignaient que le châssis ne résiste pas ", confirme Bernard Fillette, directeur des ventes chez Comap France Désormais, cette époque où l'on pouvait craindre l'arrachement du WC suspendu est belle et bien révolue. En tout cas, pour les produits de bonne qualité, et en particulier pour ceux marqués NF, qui auront subi des tests sanitaire1-379.jpgde résistance aux charges statiques. Leur solidité, notamment garantie grâce aux fixations par tiges filetées, n'a rien à envier aux installations classiques. Les fabricants ont considérablement amélioré la qualité de ces produits, les rendant parfaitement fiables. Tout en optimisant les accessoires pour rendre l'installation plus simple et plus rapide. Ainsi, les bâti-supports répondent auproblématique chantier de l'installateur confronté à des délais de mise en œuvre de plus en plus restreints. A fortiori, cette qualité se paye. Et, elle justifie une différence de tarifs importante entre certains produits proposés sur le marché.U n prix qu'il ne faut cependant pas hésiter à payer, afin d'éviter d'avoir à recasser une cloison parce que le bâti-support une fois, monté et encastré, aura reculé. Les conditions d'installation des bâti-supports ont été aussi longtemps un frein à son essor. Parce que deux catégories de professionnels se retrouvaient.L e plaquiste qui avait la maîtrise de l'ossature et le plombier qui intervenait ensuite pour le montage du châssis.

 

Une opération unique du plombier

 

Une situation aujourd'hui évitée, grâce à l'avènement des produits dits autoportants, uniquement posés sur le sol, qui permette au plombier de réaliser très facilement la pose complète. Reste que le choix d'un bâti-support s'effectue au cas par cas, en fonction de la configuration du chantier qui influence directement les situations de montage. " Choisir le produit adapté à son chantier demeure le premier problème de l'installateur lorsqu'il est confronté aux bâti-supports. Et malheureusement beaucoup n'ont pas encore le réflexe d'appeler le fabricant. Ce qui reste encore le meilleur moyen de s'assurer qu'ils se trouvent dans la bonne configuration ", regrette Alain Couty, responsable du marketing technique des mécanismes de chasses et bâti-supports chez Allia. Quatre questions sont fondamentales. À savoir, connaître la nature du sol, l'appui mural, les profilés, ainsi que l'habillage à réaliser. Le choix d'une situation de montage ne pourra s'effectuer qu'une fois ses différents éléments connus.


Source : batirama.com / Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer

 




 

Cette configuration de montage en applique d'un bâti-support en fixation murale permet d'apporter une réponse rapide et économique en WC suspendu. Particulièrement adaptée en rénovation.
sanitaire2-379.jpgLes bâti-supports simples, c'est-à-dire posés en applique fixation murale, n'ont pas de pieds renforcés. Ils vont avoir besoin d'une résistance pour pouvoir adosser l'arrière de l'appareil.I l doit être soutenu par un appui mural. Mais, uniquement s'il s'agit d'un mur porteur. Dans ce cas, plusieurs situations de montage peuvent être rencontrées. Cependant, elles nécessitent toutes un habillage du bâti-support, à respecter et qui sera déterminé selon les préconisations des fabricants. Que ce soit en montage en applique avec habillage léger ou en doublage maçonné, cette solution en fixation murale présente un avantage certain par rapport à un bâti-support autoportant. Même si cette dernière peut le plus, donc le moins, elle reste encore, dans certains cas, coûteuse, en raison des matériaux nécessaires à la fabrication de ses pieds renforcés. De plus, elle nécessite de s'assurer que le sol dans lequel elle sera fixée demeure sain et de bonne qualité. Une garantie indispensable pour assurer l'autoportance. Pas toujours évidente en rénovation. De ce fait, la solution traditionnelle de bâti-support avec pose en applique en fixation murale peut s'avérer particulièrement intéressante en rénovation... À condition, bien sûr, de s'être assuré que le mur soit porteur.


Intérêts : plus économique qu'un bâti-support autoportant, adapté en rénovation sur mur porteur, mise en œuvre aisée par fixation murale.

Limites : chronophage, ne convient absolument pas avec des cloisons légères qui concernent la majeure partie des constructions neuves en maisons individuelles.

 

Solution n°2 : Sur ossature métallique de cloisons sèches

 

Cette configuration permet de traiter rapidement un grand nombre d'espaces sanitaires. De ce fait, le montage de bâti-support sur ossature métallique de cloisons sèches reste surtout pratiqué sur les chantiers non résidentiels. sanitaire3-379.jpgEn non résidentiel, cette configuration demeure la plus courante. Et pour cause. Elle permet de traiter en une seule fois un grand nombre d'espaces sanitaires et demeure la plus économique des configurations rencontrées lors de la pose de bâti-support. Parce que ce dernier directement vissé sur les rails de l'ossature de la cloison sèche ne demande pas de pieds de renfort ni fabriqués, ni à monter sur le chantier. Donc moins de matière et moins de main d'œuvre. Ce qui se ressent sur le coût final. Le bâti-support standard va être directement monté sur le système de cloison sèche à ossature métallique de type Prégymétal de Lafarge ou Placostil de Placoplâtre. Il devra cependant recevoir ensuite un habillage minimum de deux plaques de plâtre BA 13 sur chaque face et sur toute la hauteur. D'où une nécessaire et indispensable, coordination entre l'installateur et le plaquiste qui monte les cloisons sèches. D'ailleurs, ce dernier aura dû être informé, au préalable de l'entraxe à prévoir entre les montants métalliques, car l'épaisseur hors tout de la cloison sèche doit permettre d'accueillir le bâti-support. De même, un espace aura dû être aménagé pour laisser passer le tuyau d'évacuation entre les poteaux avant et arrière de la cloison. Mais, dans ce cas, le plaquiste garde la maîtrise de l'ossature. A fortiori, l'installateur préférera pencher pour une solution autoportante face à une cloison légère, car il préserve l'intégralité de la pose. Et assure rapidité de la mise en œuvre.


Intérêts : adapté pour des chantiers qui demandent de traiter en une fois un grand nombre d'espaces sanitaires, permet de réaliser des gaines techniques pour dissimuler les canalisations, la plus économique.

 

Limites : la pose du bâti-support doit être envisagée en amont du montage des cloisons, nécessite une bonne coordination entre l'installateur et le plaquiste.





 

Produit du nouveau millénaire, le bâti-support autoportant existe et se développe sur le marché depuis cinq à six ans. Particulièrement adapté en construction de maisons individuelles, de plus en plus équipées de cloisons légères, l'autoportant a attendu ces deux dernières années pour se développer à grande vitesse. Également, parce que le terme d'autoportant a longtemps été galvaudé. Et pour cause. À moins de vouloir un ensemble sanitaire au milieu d'une pièce, l'autoportance d'un bâti-support ne s'entend qu'à partir du moment où l'appareil est uniquement posé sur le sol et sans appui sur une structure verticale, tout en pouvant supporter des charges dans cette configuration. Le meilleur moyen de s'en assurer, reste de se tourner vers des appareils ayant subi les tests de la norme expérimentale NF XP 12 D-208. Ensuite, le bâti-support va être installé en fonction des spécifications de chaque fabricant et selon les règles de l'Art. Cependant, afin de garantir la fiabilité du WC suspendu et l'autoportance du système, il est recommandé de fixer les pieds du bâti-support dans un sol de bonne qualité. Certains fabricants restreignant cette application à la dalle béton. En revanche, si le sol ne permet pas un ancrage suffisant - par exemple en rénovation où il faudra casser une chape pour s'assurer de l'état de la dalle en sous-face - rien n'empêche de revenir en fixation murale en s'adossant à un mur de façade. Donc de revenir dans une configuration de bâti-support traditionnel... Toujours plus économique.

 

Intérêts : permet de s'affranchir des cloisons, notamment lorsqu'elles sont non porteuses, offre plus de mobilité pour implanter un bâti-support dans une pièce, existe en solution universelle chez certains industriels, donc appropriée à un maximum de configurations de chantiers, gain sur le temps de pose.

 

Limites : cher, car l'autoportance obtenue grâce aux pieds renforcés à un coût de fabrication, nécessite un ancrage dans une dalle béton, pas toujours accessible selon les chantiers.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
ZOOMBAT Autopub
Produits
Utherm Roof L - Utherm Roof K - Utherm Roof A


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (203 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits
Modul'Air