Isolation contre les ponts thermiques

Isolation contre les ponts thermiques

Afin d’atteindre les objectifs politiques annoncés, l’isolation thermique des bâtiments ne cesse d’être renforcée. Les solutions traditionnelles étant insuffisantes, l’utilisation de produits issus de l’innovation et le changement des habitudes de construction va largement s’imposer dans le traitement des ponts thermiques. Petit focus…
© Institut de la Thermographie






 

La réduction des fuites de chaleur à travers l’enveloppe d’un bâtiment passe par la mise en place d’une isolation, qu’elle soit par l’intérieur, répartie ou par l’extérieur. Mais cette isolation est rarement continue et homogène. Ainsi, les zones mal isolées créent des ponts thermiques plus ou moins importants qu’il faut traiter afin de maîtriser les coûts dus à la consommation d’énergie du bâtiment mais aussi protéger l’environnement en réduisant les émissions des gaz à effet de serre.

 

Ponts thermiques linéaires et ponctuels


Les ponts thermiques sont classés en deux familles distinctes :


les ponts thermiques des liaisons, ou “ponts thermiques linéaires”, sont dus généralement à l’interruption de l’isolation au niveau des liaisons entre les parois du bâtiment. Ils sont quantifiés par un coefficient linéique Ψ, exprimé en W/(m.K). Plus ce coefficient sera petit et plus la perte d’énergie supplémentaire par mètre, due au pont thermique, sera faible?;
• les ponts thermiques intégrés, ou “ponts thermiques ponctuels”, sont générés par l’interruption ou la dégradation de l’isolation au sein de la paroi. Ils sont quantifiés par un coefficient ponctuel χ, exprimé en W/K. Plus le coefficient χ sera petit et plus la perte d’énergie supplémentaire due au pont thermique sera faible.
Les ponts thermiques peuvent être calculés par simulation numérique, à l’aide de logiciels spécifiques, conformément à la norme NF?EN?ISO?10211. Mais la seule possibilité de les détecter est la thermographie infrarouge (voir encadré page 45).

 

Impacts énergétiques et pathologies


Les ponts thermiques représentent de véritables trous à travers l’isolation de l’enveloppe. Ils sont responsables de 10 à 40?% des fuites de chaleur supplémentaires vers l’extérieur selon la géométrie du bâtiment, le système constructif, le niveau et le type d’isolation des parois. Ainsi, une fuite de chaleur à travers un pont thermique dalle/mur, ramenée à l’unité de surface, peut être jusqu’à deux fois supérieure à la fuite à travers une fenêtre et jusqu’à cinq fois supérieure à la fuite à travers un mur.
Les ponts thermiques impactent aussi sur la consommation d’énergie des bâtiments. Cet impact, tous postes confondus, peut varier de +5 à +25?% selon le niveau des prestations choisies et le type d’énergie utilisée. Enfin, les ponts thermiques peuvent être également source de pathologies diverses telles l’apparition de fissurations ou salissures sur les façades ou encore le développement de moisissure provenant, dans la plupart des cas, de températures superficielles intérieures plus basses que le reste des parois.
 Ces chiffres prouvent l’importance de traiter ce problème que sont les ponts thermiques. La liste de solutions, proposée dans cet article, est loin d’être exhaustive !


Source: batirama.com / Maguy Pourrat

 

 

antipontthermique1bon.jpg             antipontthermique2bon.jpg

 



antipontsthermiques21.jpg

Illustrations extraites du guide pratique “les ponts thermiques dans le bâtiment - mieux les connaitre pour mieux les traiter”©cstb


 

 

 

 

 

Lire la suite









 





 

Apparue dans les pays nordiques dans les années 60, la thermographie infrarouge est une technique de plus en plus utilisée en France pour mettre en évidence, entre autres, les défauts d’isolation thermique dans les bâtiments. Il s’agit d’une technique de mesure de températures mettant en œuvre une caméra thermique à infrarouge, préalablement étalonnée, qui permet de mettre en évidence des déperditions énergétiques par rayonnement en révélant des variations de températures de surface. Les cartographies ainsi obtenues sont alors traitées informatiquement à l’aide d’un logiciel spécifique et interprétées par des professionnels, de plus en plus nombreux.

 

Légende : Exemple d’image obtenue à l’aide de la thermographie infrarouge réalisée sur trois maisons mitoyennes. À gauche, la maison est “partiellement” isolée par l’intérieur ; les ponts thermiques au niveau des planchers sont largement mis en évidence ainsi que la non isolation de la façade comportant la baie cylindrique. À droite, la maison est clairement isolée par l’extérieur.
 Pour information : l’étude d’un pavillon moyen complet coûte entre 400 et 1 000 €.


© Institut de la Thermographie


Cas n° 1 Rupteurs de ponts thermiques

   

Les rupteurs de ponts thermiques sont des éléments isolants spécialement conçus pour traiter les ponts thermiques des liaisons entre parois du bâtiment.
© EVBME


antipontsthermiques4.jpgIls réduisent les fuites de chaleur grâce à la mise en place d’une interposition d’un élément isolant entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment. Ils peuvent intégrer, en supplément de l’élément isolant, des éléments destinés à assurer la continuité mécanique entre les parois et/ou à renforcer la sécurité au feu entre les locaux adjacents.
À l’heure actuelle, 8 produits, sous Avis technique, se partagent le marché dont la plupart peuvent être utilisés en zone sismique : Isorupteurs de KP1, Rutec de Plakabéton France, les rupteurs Rector de Rector Lesage SA, Isotec de Plakabéton France, Rtisol de EVBME, les rupteurs thermiques Shock Rutherma de Schock Bauteile GmbH, les rupteurs Stoptherm de Seac Guiraud Frères et, enfin, Isodal de Snaam. 

 

Les Avis techniques

 

 

• Isorupteurs de KP1, AT n° 20/05-78
• Rutec de Plakabeton France, AT 20/05-89
• Rupteurs Rector de Rector Lesage SA, AT 20/06-111
• Isotec de Plakabeton France, AT 20/06-99
• RTisol de EVBME, AT 20/07-113
• Rupteurs thermiques Schöck Rutherma de Schöck Bauteile GmbH, AT 20/08-124
• Rupteurs Stoptherm de Seac-Guiraud Frères, AT 20/08-132
• Isodal de SNAAM, AT 20/08-139

 

Cas n° 2 Chape flottante sur isolant thermique


   

Cette solution, prévue à l’origine pour améliorer l’isolation acoustique des bâtiments ou faciliter l’incorporation des systèmes de chauffage par le sol, s’est avérée efficace pour le traitement des ponts thermiques au niveau des liaisons du mur avec les planchers bas ou intermédiaires.


© Illustration extraite du guide pratique “les ponts thermiques dans le bâtiment - mieux les connaitre pour mieux les traiter”©cstb

antipontsthermiques5.jpgLa mise en œuvre d’une chape flottante sur isolant thermique doit répondre au DTU 26.2/52.1.
Dans le même type de solution, en logements collectifs, cinq industriels ont uni leurs compétences pour proposer une solution de plancher thermoacoustique (système SPTA). Ce système est une solution à la RT 2005 qui apporte de nombreux avantages par rapport à l’approche classique du plancher en collectif :
- réduction de l’épaisseur du plancher et optimisation des cadences d’exécution grâce à l’utilisation d’une prédalle en béton précontraint (KP1) ;
- traitement des bruits aériens et des bruits d’impact en utilisant une chape flottante (Vicat) sur sous couche acoustique mince (Siplast) ;
- traitement des ponts thermiques à la liaison voile/plancher par le principe de la chape flottante sur isolant thermique (Efisol) ;
- augmentation du confort thermique et de l’esthétique par la mise en place d’un plancher rayonnant électrique (Deléage).

 

 

Comparatif du système SPTA avec une solution habituelle
pour un plancher intermédiaire

© KP1
antipontthermiquecomparatif.jpg

antipontsthermiques6.jpgEn parallèle, Seac a également développé une solution en logements collectifs : le plancher léger thermoacoustique. Ce plancher permet de résoudre les problèmes de ponts thermiques et acoustiques grâce, notamment, au produit Seacbois. Produit très léger (3 kg au ml), il se met en place très rapidement par glissement sur les talons de poutrelles.
© Seac




 





 

Cas n° 3 Planelle de rive isolée

   

 Illustration extraite du guide pratique “les ponts thermiques dans le bâtiment - mieux les connaitre pour mieux les traiter”©cstb
Les habillages d’abouts de plancher permettent d’obtenir un mur maçonné, isolé par l’intérieur et homogène, et limitent les déperditions thermiques entre la liaison d’un plancher (ou un dallage) en béton et un mur maçonné.
Leur mise en œuvre doit être conforme au DTU 20.1, à savoir :
- ne pas dépasser en épaisseur (isolant compris) le tiers de l'épaisseur brute de la paroi extérieure du mur ;
 - avoir une épaisseur minimale de la planelle seule de 5?cm sans isolant disposé entre celle-ci et l’about de plancher et de 7?cm avec un isolant entre les deux.

En isolation répartie, l’épaisseur de la planelle doit être supérieure ou égale à 5?cm s’il n’y a pas d’isolant disposé entre cette dernière et l’about de plancher. Dans le cas contraire, l’épaisseur de la planelle doit être supérieure ou égale à 7?cm pour les maçonneries en terre cuite et en béton cellulaire autoclavé et 10 cm pour les autres maçonneries.

 

antipontsthermiques9.jpgAfin de diminuer plus considérablement les ponts thermiques, la société Terreal a développé sa propre gamme de “planelles de rive à isolation intégrée”. Elle se compose de produits de grande longueur (80 cm) et de différentes hauteurs (de 11 à 24 cm) afin de pouvoir s’adapter à tous les types de montage de planchers et, ainsi, éviter des découpes : planelle isolée classique et planelle à rupture de pont thermique pour les maçonneries de 20 cm d’épaisseur et planelle Monomur.
© Terréal

 

D’autres fabricants développent également de telles solutions dont notamment Cogebloc qui propose, dans sa gamme Cogetherm, une planelle avec isolation intégrée : habillage en pierre ponce dont les alvéoles sont remplies d’un isolant 100% naturel (pierre ponce, chanvre + sédiment marin).


Cas n° 4 Fixations pour l’isolation thermique par l’extérieur

   

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) est encore peu répandue en France et représente environ 0,5 % du marché en maisons individuelles contre environ 10 % en bâtiments collectifs.
Cependant, les exigences règlementaires thermiques vont permettre le développement de cette technique de construction : elle traite en une seule opération les pertes de chaleur au niveau des façades, des ponts thermiques et des parties enterrées et assure également une continuité avec l’isolation de toiture ou de terrasse.
Sto SAS, leader mondial dans ce domaine, présente une large gamme de produits pour l’ITE : StoTherm Classic, StoTherm Classic MOB, StoTherm Minéral, StoTherm Classic RT+, StoTherm Sur-Isolation et StoTherm Vario. Innovation en 2009, Sto SAS lance un nouveau système de fixations StoFix, solutions permettant le traitement des points d’ancrage des éléments rapportés sur les façades tels que volets, grilles, rambardes, etc., sans risquer de créer des ponts thermiques ou d’endommager à plus ou moins long terme l’ITE.

 

Mise en œuvre du StoFix Trawik, pour la fixation de gonds de volets sur l’ITE
© sto

antipontsthermiques10.jpg1 - Encollage
du StoFix Trawik.

antipontsthermiques11.jpg2 - Collage
du StoFix Trawik.

 



 

 

antipontsthermiques12.jpg3 - Fixation complémentaire
par vis du StoFix Trawik
après mise en place
de l’ITE.

antipontsthermiques13.jpg

4 - Camouflage
du StoFix Trawik dans l’ITE.



antipontsthermiques14.jpg5 - Réalisation
d’un trou
de fixation
pour le gond
des volets après finition.

antipontsthermiques15.jpg

6 - Mise en place
du gond de volet.

 





 





 

Cas n° 5 Modénatures isolantes

   

Ces déperditions seront d’autant plus faibles que la hauteur de la modénature sera grande. Ainsi, un bon dimensionnement de la modénature est indispensable afin d’optimiser au mieux ses performances. La société Bati Formes SA s’est faite spécialiste dans le domaine et propose divers modèles de corniches, moulures, bandeaux, appuis de baie, chaperons, linteaux ou encadrements de baies, composés d’un polystyrène expansé haute densité recouvert d’une résine organique. La légèreté des éléments proposés et la simplicité de la mise en œuvre permettent une grande rapidité d’exécution de ces modénatures.

 

Mise en œuvre des modénatures
© Batiformes

antipontsthermiques17.jpgantipontsthermiques18.jpg









antipontsthermiques19.jpgantipontsthermiques20.jpg(haut gauche) : Implantation des modénatures
(haut centre) : Encollage de l’élément
(haut droite) : Collage de l’élément
(bas gauche) : Après traitement des joints, le chantier est prêt à recevoir sa finition.
(bas droite) : Chantier après finition.

 


Quelques adresses

 

Thermographie


•  www.institut-thermographie.com
•  www.forum-thermographie.net
•  www.flir.fr
•  www.der-thermographie.eu
•  www.maint-control.com
•  www.thermocontrol.fr
•  www.dtm-thermographie.fr
•  www.thir-diagnostics.fr

 

Rupteurs


•  www.kp1.fr
•  www.plakabeton.com
•  www.rector.fr
•  www.schoeck.fr
•  www.seac-gf.fr

 

Planelles de rives isolées


•  www.terrealstructure.com
•  www.cogebloc.com

 

Chapes flottantes


•  www.vicat.fr
•  www.deleage.fr
•  www.efisol.com
•  www.siplast.fr
•  www.kp1.fr

 

Avis techniques :


• Chape mince Vicat : Avis technique n°?12/05-1430
• Prédalle KP1 :
Avis technique n°?3/96-277


Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (164 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

La ferronerie d'art

Maisons et bâtiments à ossature bois