Avec industrie verte, 6 mois seulement pour lancer la réindustrialisation d’une friche

bâtiment abandonné

Le ministre de l'Économie a promis que la loi "industrie verte" adoptée en octobre permettra d’accélérer les procédures de réindustrialisation et de lancer la restructuration d'une friche industrielle "en six mois".




Lors d'une viste à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) où il a pu assister à la démolition d'une ancienne centrale thermique à charbon, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, a déclaré : "les sites clefs en main font vraiment la différence". Évoquant le site visité, dont l'activité a cessé dès 2014, le ministre a souligné qu'il avait fallu "dix ans entre sa fermeture et le lancement de nouveaux projets", qui sont toujours à concrétiser sur les 40 hectares de friches industrielles.

 

Avec le dispositif des "sites clefs en main", système d'accélération des procédures d'autorisations administratives relancé dans la loi "industrie verte" adoptée le 11 octobre, "en six mois, vous posez la première pierre", a-t-il assuré.

 

Une centaine de dossiers déjà déposés, 50 sites seront retenus

 

"Cinquante sites seront retenus pour ces projets clefs en main, représentant 2.000 hectares", a ajouté M. Le Maire au pied de l'ancienne tour réfrigérante de la centrale de Montceau, de plus de 100 m de hauteur, dont il ne restait que des gravats après sa destruction dans un souffle de dynamite.

 

Les candidatures des "sites clefs en main", ouvertes il y a deux semaines, seront closes à la fin du mois. Mais déjà, une centaine de dossiers ont été déposés, ont indiqué les services du ministre.

 

La loi "industrie verte", pour laquelle a beaucoup oeuvré la maire de Montceau-les-Mines Marie-Claude Jarrot, a notamment pour but de "diviser par deux", selon le gouvernement, les délais d'implantations d'usines, aujourd'hui estimés à 17 mois.

 

La candidature aux "sites clefs en main" que le PDG dépose inclut un champ photovoltaïque, une centrale biométhane, et des bureaux. "Une cinquantaine d'emplois" seront offerts dans un premier temps, puis "200-250" en 2025-2026, a indiqué Jean-Michel Mazalerat, président de GazelEnergie, propriétaire du site à défricher .

 

La France, qui a compté près d'une vingtaine de centrales thermiques, n'en abrite plus aujourd'hui que deux, à Cordemais (ouest) et Saint-Avold (est), qui doivent fermer en 2027 pour se convertir à la biomasse. La production de ces deux centrales a représenté l'an passé 0,6% du mix électrique français, largement dominé par le nucléaire (70 à 80% de l'énergie produite en France).




Source : batirama.com & AFP / Photo © wirestock sur Freepik

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous impatient de voir Notre-Dame de Paris réouverte au public ? (109 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits


CEGE 100 MULTISOL