Reprise attendue pour les cloisons Clestra

image

Le tribunal judiciaire de Strasbourg doit prononcer d'ici à jeudi son choix d'un repreneur pour le fabricant de cloisons de bureaux Clestra, en redressement judiciaire.

Aider vos clients à reprendre le contrôle de leurs consommations


L'audience du tribunal débutée lundi à 15h30 pour auditionner les deux dossiers s'est prolongée jusqu'en milieu de soirée, notamment par l'examen de l'offre de BMG, a appris l'AFP. Une centaine de salariés s'étaient rassemblés devant le tribunal. "Le tribunal a décidé de repousser la décision du délibéré pour jeudi 9h", a indiqué Amir Ladraa, membre CGT du Comité social et économique.

 

Employant près de 400 salariés dont les trois-quarts à son siège d'Illkirch (Bas-Rhin), Clestra, fabricant de cloisons amovibles et démontables de bureaux, et de "salles blanches" pour l'industrie pharmaceutique notamment, est en redressement judiciaire depuis le 1er août, du fait de l'explosion des coûts des matières premières, d'un litige sur son bail à Illkirch et des conséquences d'une cyberattaque en avril, qui a été "dévastatrice", selon les syndicats.

 

 

Les groupes français BMG et Jestia, candidats à la reprise

 

 

La recherche d'un repreneur est nécessaire pour sauver l'entreprise, car son actionnaire jusqu'alors, le coréen KC Green Holdings, a jeté l'éponge. L'offre de BMG, groupe d'immobilier d'entreprise établi à Angers (Maine-et-Loire), aboutirait à la suppression de 63 emplois, tandis que celle de Jestia, fabricant notamment de mobiliers pour les collectivités basé à Paris et Lyon, en prévoit 84, selon le syndicat CGT de Clestra.

 

"On a une préférence pour le dossier BMG, parce qu'il maintient davantage d'outils industriels", a relaté M. Laadra. "Au moins 283 emplois seront sauvés avec notre offre", a plaidé M. Jacot, lundi devant le tribunal.

 

Jestia souhaite acquérir Clestra comme "diversification vers le métallique pour notre activité d'aménagements intérieurs en bois", selon Romain Jacot, gérant de Jestia. BMG s'est porté candidat dans le but de "participer à l'industrialisation de l'immobilier" grâce à la "construction en usine qui évite l'impact carbone sur les chantiers", a exposé à l'AFP lundi après-midi son directeur général, Nicolas Ramé.

 

Fondée en 1913 à Cleveland (Etats-Unis) avant de s'implanter en Alsace, l'entreprise est devenue française en 1989 sous le nom de Clestra, contraction de CLEveland et STRAsbourg.




Source : batirama.com & AFP

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Soutenez-vous le mouvement de grève du 19 janvier, reconduit le 31 janvier? (126 votants)
 

Articles

Nouveautés Produits