Quand la mérule attaque la salle d’eau

Quand la mérule attaque la salle d’eau

Le désordre constaté concerne une maison individuelle traditionnelle avec salle d'eau à l'étage. La mérule s’est développée dans la salle de bains du fait d’infiltration d’eau par une fissure dans la paillasse et l’absence de joint en périphérie du receveur de douche.  




Des traces de moisissures sont apparues sur une cloison séparative entre une chambre et une salle d’eau. Après dépose du receveur de douche, des traces de mérule ont été constatées sur 3 tasseaux en bois situés dans l’épaisseur de la chape, sous la cloison séparative et servant de calage à cette cloison.

 

 

  1. Vue d'ensemble de l'emplacement du bac à douche déposé et de la paillasse fissurée

 

 

  1. Moisissure sur plâtre de cloison séparative entre douche et chambre

 

 

  1. Traces de corrosion sur armature métallique de la cloison et traces de mérule

 

L’armature de la cloison coulissante apparaît être également fortement rouillée dans sa partie inférieure qui était en contact avec le receveur aujourd’hui déposé.

 

Fissure sur la paillasse !

 

Le désordre est du à la présence d'une fissure sur la paillasse d’accès au receveur et à l'absence de joint en périphérie du receveur, à la jonction avec la cloison et la paillasse.

 

L’une et l’autre favorisent des infiltrations d’eau sous le receveur de douche. L’attaque parasitaire (présence de mérule- pourriture cubique) s'explique par la présence de tasseaux bois de calage, vraisemblablement porteurs de spores à l’état latent, qui sont réactivés par la présence d’eau en milieu confiné et à l’abri de la lumière.

 

Fort heureusement, le plancher de l’étage est en poutrelles-hourdis ce qui a permis de circonscrire l’attaque parasitaire dans le périmètre de la salle d’eau.

 

Ce qu'il aurait fallu faire

 

La présence d'un joint d'étanchéité entre la faïence murale et le bac à douche, ainsi qu’entre la paillasse carrelée et le receveur, est indispensable. Il faut respecter la NF P 40-20I (DTU 60.I) Plomberie sanitaire et le NF DTU 52.2 Pose collée de revêtements céramiques et assimilés – pierres naturelles, partie 1 : CCT types pour les murs intérieurs.

 

Les documents à lire

 

Des documents tels que, par exemple, les avis techniques des divers procédés de SPEC (système de protection à l’eau sous carrelage), la fiche pathologie n° 31 de la Fondation Excellence/SMABTP ou les Règles FICS diffusées par l’Association Française des Industries de Céramique Sanitaire rappellent sans aucune ambiguïté la nécessité pour les carreleurs de prévoir un joint entre faïence et receveur de douche.

 

 

Source : batirama / Bertrand De Hédouville, Fondation d’Excellence SMA

1 Commentaire
logo
- -
  • par francisp
  • 12/11/2018 18:34:55

bonjour Pour que tous les acquéreurs de biens immobiliers soient égaux face aux pathologies du bois dans les constructions, mérules 5 espèces, antrodia 5 espèces, coniophores 3 espèces, donkioporia, phelinium, treschispora......en tout 20 espèces de champignons dans l'habitat et une quinzaine d'insectes à larves xylophages sur toute la France. Mais il n'y a que les termites qui soient réglementairement recherchés. A minima il faut que les vendeurs de biens immobiliers, notaires, agents immobiliers , marchands de biens, avocat fassent leur devoir d'information par écrit quant à la possibilité de faire réaliser un constat de l'état parasitaire suivant la norme NF P 03-200, C'est une garantie, l'expert est assuré ceci éviterait nombre de litiges et déconvenues financières incongrues après vente, devant être plaidés devant les tribunaux ces problématiques durent entre 5 et 10 ans sans certitude pour l'acquéreur d'avoir gain de cause. la mise en place serait simple et pourrait être inclue dans le dispositif mérule dans les articles- R 133-du CCH.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits

PROCORE

Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (195 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits