Les petits éléments de maçonnerie en terre cuite

Les petits éléments de maçonnerie en terre cuite

Avec les accessoires, les briques de terre cuite constituent un système constructif complet répondant aux différentes problématiques de la RE 2020 : performance thermique, étanchéité à l'air, confort d'été.  



La terre cuite est un matériau géosourcé, produit localement, naturel et recyclable, et facile à poser. La brique possède plusieurs atouts pour répondre en maçonnerie à la RE 2020. Un bémol à ce paysage idyllique est la forte consommation d'énergie nécessaire à la cuisson de la terre mais les industriels investissent en continu pour décarboner leur production. « En moins de vingt ans, le matériau est passé d'un matériau traditionnel à un matériau très technique, dont le poids s'est réduit fortement tout en apportant de meilleures performances d’isolation et de confort », résume Stéphane Parra, chef marché gros oeuvre décoration chez Terreal.

 

De son côté, le fabricant Wienerberger met en avant la décarbonation à rythme accéléré de ses produits. Gérald Merlin, responsable marketing et développement briques de structure et de parement, confirme : « Les trois quarts de nos solutions les plus vendues sont déjà disponibles dans la base INIES avec des fiches FDES. De plus, afin de répondre aux futures exigences carbone à l'horizon 2028, nous avons fait évoluer notre gamme depuis deux ans à la fois en travaillant sur le produit et sur le process ».

 

Concernant le process de fabrication, l'ensemble de la filière s'est engagée sur une feuille de route ambitieuse pour réduire par étapes le bilan carbone des usines, par l'achat de nouveaux fours pour cuire la terre qui soient plus économes en énergie, par la récupération de la chaleur fatale issue de ses fours et par une utilisation accrue de biomasse comme carburants pour ces fours. Cette stratégie est accompagnée d'autres actions vertueuses comme la réduction et la valorisation des déchets.

 

Eco-conception en continu

 

La décarbonation du process au travers de son design se poursuit en parallèle. Chez Wienerberger, une nouvelle brique structurelle, NATURbric, est actuellement en test sur des chantiers dans le Grand Ouest. « Avec ses 20 cm d'épaisseur, elle répond à la RE2020 d'un point de vue thermique mais aussi à la décarbonation, avec une réduction de 20% de l'impact carbone par rapport aux solutions traditionnelles. Son profil comporte des alvéoles plus larges avec une optimisation structurelle pour réduire son poids », assure Gérald Merlin. L'industriel a aussi conçu une brique de parement, Eco-brick, moins épaisse de 3,5 cm et qui se trouve hors DTU mais le fabricant a obtenu une ATEx (n°2923-v1) pour justifier sa mise en oeuvre. L'écoconception améliore l’impact carbone en production et en transport, tout en conservant l'aspect esthétique et architectural de la brique.

 

La stratégie est proche chez Terreal où Stéphane Parra confie : « Concernant les produits un travail continu de design est effectué afin d'en réduire le poids tout en améliorant la résistance mécanique, ce qui apporte à la fois un bénéfice pour le poseur et une baisse de la consommation de la ressource matière et eau. Ainsi Calibric One se pose à raison de 6,3 briques au m2, chacune faisant moins de 20 kg ».

 

 

Les enjeux de la RE 2020

 

La RE 2020 possède différents indicateurs, le Bbio (besoin bioclimatique) mais aussi l'étanchéité à l'air ou le DH (degrés-heure d'inconfort) pour le confort d'été...

 

Chez Terreal, Stéphane Parra est enthousiaste : « Concernant le critère Bbio qui est renforcé par rapport à la RT 2012, nous apportons avec notre solution de brique à isolation améliorée (R de 1,10 m².K/W) une partie des réponses sur le bâti, avec une amélioration très nette de la performance thermique. 4 points de Bbio peuvent être facilement gagnés avec cette solution simple à utiliser, avec un surcoût faible et maîtrisé en comparaison à une maçonnerie courante ». En cumulant l'usage de la terre cuite avec la gestion crépusculaire des volets roulants et une bonne maîtrise de la perméabilité à l’air, le gain sur le Bbio sur les murs est suffisant dans la très grande majorité des chantiers pour répondre à la RE2020, affirme le fabricant.

 

Perméabilité à l'air

 

Au delà de la maçonnerie en briques de structure, le matériau terre cuite permet de réaliser des systèmes constructifs complets en utilisant des tuiles, des briques de parement, des contre-cloisons intérieures qui ajoutent de l'inertie au confort thermique, ainsi que des accessoires comme des coffres de volets roulants et des planelles isolées pour les planchers en particulier pour le marché du petit collectif. Principalement implanté en Nouvelle Aquitaine et Occitanie, dans des zones climatiques où le confort d'été est important, le fabricant Terreal a effectué des calculs de perméabilité avec l'aide d'un bureau d'étude. Le calcul montre que pour une MI (maison individuelle) la perméabilité descend à 0,4 m3/(h.m²) en utilisant un système constructif complet avec briques structurelles isolantes, coffres à volets roulants, linteaux, etc. Conjuguée à l'inertie apportée par la terre cuite, cette performance dans la perméabilité garantit un bon confort d'été. Pour le doublage intérieur, la cloison terre cuite avec l'enduit plâtre traditionnel est à privilégier. Son inertie est meilleure que celle d'un doublage classique avec fourrure métallique et plaques de plâtre.

 

Solution 1 : Brique, un produit naturel, facile à poser 

 

« La brique utilisée en maçonnerie ou en parement, bénéficie du travail de conception réalisé par les fabricants sur la pose, en particulier collée. »

 

 

© Bouyer Leroux

 

 

La brique est utilisée pour de multiples usages, en parement comme la gamme Loft de briques pleines BDN, en muret ou décorative comme la brique Moucharabieh de Rairies, ou structurelle pour un mur porteur. Le dessin de la brique de structure est plus ou moins alvéolaire avec un nombre variable de cloisons, suivant que l'accent est mis sur la résistance thermique ou mécanique. Par exemple la destination va jouer, les besoins sur le marché de la MI diffèrent du collectif où les descentes de charges sont plus importantes. Le développement de la solution de la brique collée, à joints minces, a simplifié la mise en œuvre. Dès 2010, Wienerberger a lancé sur le marché la pose au pistolet avec le système Dryfix à base de liant Polyuréthane en cartouche. La pose est limitée au R+1+combles, pour le marché de la MI, MI groupée ou du petit collectif. « Fort de plus de 5 millions de m2 de murs montés au Dryfix, nous travaillons actuellement à faire évoluer ce procédé innovant pour aller au delà afin de répondre aux besoins des collectifs multi étages de manière plus large », confie Gérald Merlin. De son côté, Bouyer Leroux commercialise une nouvelle génération de colle haute adhérence fix’bric. L'emploi de ce liant polymère prêt à l’emploi pour l’assemblage de briques et accessoires est aussi limité aux R+1+combles situés en régions sismiques 1 et 2.

 

Pousser la qualité de la perméabilité à l'air

 

Un atout de la pose de la brique collée associée aux coffres monolithes avec des joints calfeutrés est d'obtenir une bonne étanchéité à l'air demandée pour la RE2020. « Un premier levier afin d'améliorer le Bbio en particulier en MI est d'optimiser la perméabilité à l'air, avec l'usage de briques collées pour la maçonnerie complété par des accessoires en terre cuite comme des éléments monolithes pour le traitement des linteaux, ou des coffres de volets roulants et de brise-soleil orientables horizontaux », soutient Stéphane Parra. Terreal met en avant des calculs effectués montrant le bon niveau de performance thermique atteint en terme d'isolation et le bon rapport coût et performance grâce à un traitement des points singuliers, comme des planelles isolantes venant renforcer les nez de dalles et planchers. La brique étant compatible avec tous les isolants, le choix de l'isolation est laissé aux installateurs et aux constructeurs. Du fait de la qualité de la perméabilité et de la régulation hygrothermique de la terre cuite, il peut être intéressant d'être compatible avec de l'isolation perspirante et naturelle, de type biosourcé.

 

Atouts : bonne performance thermique par rapport à la maçonnerie classique ; bonne étanchéité à l'air avce pose collée  ;

Points de vigilance : pose suivant système limitée au R+1+combles; à compléter par une isolation rapportée.

 

Solution 2 : Les briques avec isolation intégrée

« Pousser la performance en particulier thermique mais aussi la perméabilité et le gain en épaisseur en ayant recours à une brique avec isolation intégrée »

© Wienerberger

Une évolution produit vers davantage de performance réside dans l'isolation thermique répartie, associant une brique « monomur » à isolation intégrée à une isolation extérieure rapportée. Très développé en Allemagne avec des produits comme la brique Monomur MZ8 de Bellenberg dont les alvéoles sont remplies de laine de roche, ce système constructif trouve sa place sur le marché français. Chez Wienerberger, l'évolution du Monomur est nommée Climamur. Cette brique auto-isolante est disponible en épaisseur de 30, 36 ou 42 cm, et comporte de l'isolant en laine de roche inséré à la fabrication dans les alvéoles. Avec une résistance thermique R de 3,92 m².K/W en 30 cm d'épaisseur, ce produit permet de répondre à la RE2020 pour les exigences de Bbio et de confort d’été.

 

Gain pour le confort d'été

 

Ces produits de briques avec isolation apportent aussi un gain pour le confort d'été qui est comptabilisé avec l'indicateur la valeur DH (degrés-heure d'inconfort) dans la RE, confirme Gérald Merlin (Wienerberger) : « la masse volumique de la terre cuite associée à la laine de roche, donne de l'inertie thermique venant garantir une température stable à l'intérieur du bâtiment. La performance de cette solution en terme d’amortissement, de déphasage et d'inertie thermique permet de gagner en été en intérieur jusqu'à 6 à 7°C, et ainsi lisser les pics de température en période caniculaire». De plus, les accessoires en terre cuite comme les coffres de volets roulants ou les coffres BSO, permettent de jouer sur les ouvertures automatisées et de réduire le nombre d'heures d’inconfort telle une climatisation passive.

 

Atouts : équivalent en coût à ajouter de l'isolant ; gain en épaisseur ; facilité de pose ;

Points de vigilance : précaution à prendre pour stocker, manipuler et poser du fait de l'isolant ; peut nécessiter une isolation complémentaire  ;

 

Source : batirama.com / François Ploye / Photo de une © Terreal

Sélection Produits





Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.