FDMC : « surchauffe » du négoce et incertitudes autour de la REP

FDMC : « surchauffe » du négoce et incertitudes autour de la REP

La Fédération des distributeurs de matériaux de construction (FDMC) a organisé son déjeuner annuel en présence de 250 personnes. Conjoncture et REP étaient au menu.





Fournisseurs industriels et négociants du Bâtiment ne s’étaient pas retrouvés au pavillon Dauphine depuis deux ans, période de Covid oblige. Cette année, ils sont donc venus nombreux assister au déjeuner organisé par la Fédération des distributeurs des matériaux de construction.

 

Franck Bernigaud, président de la FDMC les a accueillis en rappelant les évènements vécus par la filière tout en soulignant l’adaptabilité des entreprises et leur capacité à rebondir. Une adaptabilité qui a permis de limiter les dégâts et d’achever l’année 2020 avec un repli de - 3 %, grâce à la dynamique de la reprise, a souligné Franck Bernigaud.

 

L’année 2021, quant à elle, a connu une surchauffe liée au contexte international, mais aussi des difficultés logistiques, avec la raréfaction des matières premières et la hausse des coûts. « Ce facteur inflationniste a d’ailleurs permis de doper le chiffre d’affaires du négoce qui connaît une hausse de 10 % par rapport à 2020, et de près de 7 % par rapport à 2019 » constate le président.

 

 

Franck Bernigaud, président de la FDMC, s'est réjoui des changements opérés au sein de la FDMC (qui a changé sa dénomination) désormais soudée autour d'une seule convention collective, celle du négoce des matériaux de construction. La FDMC annonce également le lancement du site de l'observatoire du Négoce des matériaux de construction : études, statistiques, fiches métiers, certifications, actualités...

 

Hausse des prix des matériaux en cumulé de près de 10 %

 

Selon ce dernier, les négociants ont bien joué leur rôle de stockiste en 2021 et n’ont guère connu de rupture de stock, si ce n’est à la marge pour les panneaux de bois (OSB).

 

« Nos entreprises tentent toujours de s’adapter face aux hausses de prix inédites, mais elles ne peuvent que répercuter ces augmentations à l’identique compte tenu de la faiblesse de leurs marges » plaide le président. Il rappelle que pour la 2e année consécutive, la hausse des prix des matériaux en cumulé avoisine les 10 %.

 

La vigilance devra toutefois être de mise face au phénomène de stagflation qui pourrait se traduire par une baisse des volumes selon la FDMC qui constate une offre aujourd’hui supérieure à la demande. En clair, selon F. Bernigaud, il y a plus d’offres de logements neufs sur le marché que de demandes, compte tenu des difficultés des ménages à acquérir des biens devenus « trop chers ».

 

Pas de doute, pour la FDMC, les difficultés risquent de durer tout au long de l’année à venir et le dialogue entre les différents métiers sera indispensable.

 

« Une REP mise en place au forceps »

 

Autre grand sujet d’inquiétude pour la profession : la mise en place d’une filière de collecte des déchets (dite REP à Responsabilité élargie des producteurs) reposant sur les distributeurs et censée entrer en vigueur au début de l’année 2022.

 

Le ministère de la Transition énergétique vient cependant de confirmer que la mise en place effective de la filière sera retardée d’un an. « L’année 2022 sera ainsi mise à profit pour que les éco-organismes agréés (Ndlr : 4 à ce jour dont Valobat) puissent établir les conventionnements avec les collectivités et acteurs privés de la gestion des déchets de construction, afin de pouvoir enclencher au plus tard le 1er janvier 2023 les soutiens financiers », indique le ministère.

 

La FDMC a réussi à obtenir entre temps « certaines avancées » comme l’augmentation du nombre de points de collecte qui passe de 3000 à 4000 (incluant le secteur du bricolage) et un « assouplissement » de l’obligation de récupération des déchets. En clair, un point de vente d’un distributeur aura l'obligation de récupérer les déchets s’il atteint un montant de chiffre d’affaires fixé à 5 millions d’euros de produits concernés par la REP.

 

Rappelons que cette filière doit permettre de renforcer le maillage des points de collecte accessibles sur tout le territoire aux artisans et entreprises du bâtiment pour traiter les déchets au plus près des chantiers.

 

Photo©Tanguy Matériaux

 


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 499 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (1035 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Maisons et bâtiments à ossature bois

Techniques et pratique du plâtre