ITI, ITE et étanchéité à l’air : une façade 3 en 1

ITI, ITE et étanchéité à l’air : une façade 3 en 1

L’option technique d’une façade préfabriquée BBC offre rapidité d’exécution, compétitivité et performance thermique. Démonstration avec la façade F4 de chez Isover



 

Sur ce chantier situé à Villeneuve-le-Roi (94) le maître d’ouvrage (bureau d’étude de sol et de géothermie) souhaitait faire de cette construction de bureaux un bâtiment peu consommateur d’énergie.

 

Il s’est ainsi tourné vers une solution constructive pour bâtiments BBC qui allie une isolation intérieure (ITI), une isolation extérieure (ITE) et un système d’étanchéité à l’air. En somme, une solution trois en un.

 

Ou plutôt, une technique qui répond à 4 exigences essentielles (thermique, acoustique, environnementale et économique). Résultat : la façade F4 d’Isover. Le F4 pour facteur 4, visant ainsi à diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre. 

 

« C’est ce chantier qui nous a permis de valider l’opportunité de faire un Avis technique auprès du CSTB », souligne Harold Hugonenc, responsable du département Solutions Constructives d’Isover.

 

Hautes performances

 

Ce système apporte donc de hautes performances thermiques, environnementales, économiques et acoustiques.

 

  • Thermique

    : elle atteint des performances thermiques jusqu'à 2 fois supérieures aux solutions traditionnelles avec les mêmes surfaces habitables et utiles.
  • Environnementale

    : assemblée en filière sèche, elle utilise 2 fois moins d’eau lors de la mise en œuvre sur chantier qu’une façade traditionnelle. Ce procédé de filière sèche, qui garantit un impact environnementale réduit, dispose de tous les avantages inhérents aux modules pré-industrialisés : pré-découpés, pré-percés, les éléments s’assemblent sur le chantier, aucun risque d’erreur, de chutes et de déchets. Elle convient aussi bien au tertiaire qu’aux logements collectifs, en construction neuve comme en réhabilitation.
  • Economique

    : à performance thermique donnée, cette façade permet de gagner des m2 de surface de plancher, la rentabilité de l’opération est donc améliorée. En effet, l’épaisseur des murs est réduite de 20 à 50% par rapport à une façade traditionnelle. De plus, « le temps de chantier est également réduit de 20 à 25%, sur le planning final nous avons gagné deux mois d’avance », ajoute Harold Hugonenc.
  • Acoustique

    : des performances exceptionnelles récompensées par le Centre National du Bruit (CNB), qui a récemment décerné à cette solution le Décibel d’Or 2011 dans la catégorie Matériaux. A noter que l’immeuble est situé non loin de l’aéroport d’Orly !

 

  1. La mise en œuvre s’effectue en deux phases : par l’extérieur et par l’intérieur.

 

 

  1. Composé de matériaux légers et manuportables, le système contribue nettement à améliorer les conditions de travail des ouvriers sur chantier.

 

 

  1. Facile à mettre en œuvre, c’est un gain de temps sur chantier de 20 à 25% qu’offre ce procédé sur la phase de réalisation.

 

 

  1. L’intégration des menuiseries se fait par l’intermédiaire des chevêtres.

 

 

  1. Calés entre les profilés, des panneaux de laine constituent la base de l’isolation extérieure. L’épaisseur de ces panneaux est de 12 cm.

 

 

  1. Le système d’isolation par l’intérieur, intègre le système d’étanchéité à l’air. L’ajustement de la performance est fourni par un isolant intérieur dont l’épaisseur peut varier de 80 à 230 mm.

 

 

  1. Après la pose de l’isolant, mise en œuvre de la membrane d’étanchéité à l’air du côté intérieur de la façade. On assure un recouvrement des lés d’au moins 10 cm et on laisse dépasser la membrane pour pouvoir poser les plaques. L’ensemble construit un ouvrage léger et étanche à  l’air.

 

 

  1. Scotchage des lés. Le système d’étanchéité à l’air combine la membrane et ses pièces dédiées, conformément à l’Avis technique.

 

 

  1. La finition intérieure est réalisée avec des plaques de plâtre. Pour ce chantier, des plaques phoniques ont été utilisées pour répondre aux exigences acoustiques du chantier.

 

 

  1. La mise en œuvre complète comprend également la mise en place de deux plaques de plâtre.

 

 

  1. Une fois les plaques de plâtre fixées sur le pan intérieur de la façade, il ne reste qu’à découper soigneusement les morceaux de membrane dépassant des plaques, assurant ainsi une finition parfaite de l’ouvrage.

 

 

  1. Etape finale de l’isolation intérieure de la façade, la plaque de plâtre est visée sur les fourrures métalliques.

 

INFOS PRATIQUES

 

Les performances en chiffres

  • Thermique :

    • déperdition paroi : Up de 0,20 W/(m2.K) à 0,10 W/(m2.K)
    • pont thermique de plancher : ψ < 0.3 W/(m.K)
    • déperdition d’enveloppe (Ubat) inférieures à 0.30 W/(m2.K), soit 40% de mieux que certains bâtiments BBC

 

  • Acoustique :

    • isolement aux bruits extérieurs : Rw(C;Ctr) ≥ 57dB (-4;-11)
    • isolement entre logements : Dn,f,w (C;Ctr) ≥ 66 dB (-1;-4)

 

  • Feu :

    • utilisable en bâtiments de logement de 3e famille (jusqu’à 7 étages) ;
    • équivalence EI 60 avec 2 PPF13 en intérieur et recoupement tous les 2 étages
    • masse Combustible < 21MJ (hors bardage)

 

  • Une épaisseur du mur réduite :

    • Up = 0,20 W/m2.K pour une épaisseur de 285 mm, parement compris ;
    • Up = 0,14 W/m2.K pour une épaisseur de 345 mm, parement compris.




Source : batirama.com / Aude Moutarlier

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2107 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique