Paris: de nouvelles obligations pour les promoteurs dans le cadre du futur PLU

Paris: de nouvelles obligations pour les promoteurs dans le cadre du futur PLU

Le logement, les îlots de fraîcheur et la vie de quartier, avec la défense des commerces de proximité, seront les priorités du futur Plan local d'urbanisme (PLU) de la Ville de Paris qui doit aboutir en 2024.





Ce PLU "bioclimatique" doit remplacer le PLU actuel datant de 2006, lors du premier mandat de Bertrand Delanoë, devenu "obsolète", a déclaré Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire socialiste Anne Hidalgo, en présentant les grands objectifs de ce document, à la fois stratégique et réglementaire.

 

"En 2040, 90% du Paris existant sera toujours là", a-t-il résumé en esquissant un futur "PLU de transformation, plus qu'un PLU de production". Les 6.000 contributions de la concertation publique effectuée entre avril et juin ont fait émerger comme priorités "la préservation et le développement des espaces verts" et la quête de "logements à prix abordable", souligne l'adjoint à l'urbanisme.

 

Les six grandes orientations portées par l'exécutif parisien placeront la transition écologique "au coeur" du PLU, avec notamment "la nécessité d'adapter Paris au changement climatique". "L'effort de désartificialisation des sols doit s'intensifier", a ajouté M. Grégoire, pour qui seuls 30 hectares ont été artificialisés depuis 2006, contre 70 hectares d'espaces verts créés.

 

Un logement de qualité à chacun sur la base d'un modèle de mixité sociale

 

Sur l'habitat, l'exécutif entrevoit avec ce PLU "la possibilité d'offrir un logement de qualité à chacun" afin de "défendre le modèle de mixité sociale à Paris, unique au monde". Le futur PLU devra aussi "protéger les locaux commerciaux", a assuré M. Grégoire, soulignant que "depuis 2015, 1/8e des commerces de Paris Centre ont été transformés en meublés touristiques".

 

Concrètement, le promoteur devra démontrer que son projet "contribue à rendre Paris plus viable et plus résiliente" à travers une grille d'évaluation remplie par la Ville, préalable à la délivrance du permis de construire. Si un promoteur n'arrive pas à montrer les effets vertueux de son futur bâti sur une parcelle, il pourra par exemple "s'engager en parallèle à cofinancer la rénovation thermique d'un bâtiment", a illustré M. Grégoire.

 

A partir de juillet 2022 et en attendant l'entrée en vigueur du futur PLU début 2024, "délai le plus exigeant" pour M. Grégoire, la Ville va faire valoir un sursis à statuer "sur les plus gros projets" immobiliers, a-t-il aussi annoncé. Interrogé sur le projet controversé de la Tour Triangle, dont le chantier doit débuter d'ici à la fin de l'année, M. Grégoire a assuré "qu'il n'y aura pas de proposition supplémentaire d'immeuble de grande hauteur" dans la capitale.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 500 - Décembre 2021 / Janvier 2022

   

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (1134 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Les couvertures en tuiles