Saint-Gobain dévoile un plan stratégique basé sur le zéro carbone

Saint-Gobain dévoile un plan stratégique basé sur le zéro carbone

Le groupe Saint-Gobain qui veut devenir « le leader mondial de la construction durable » a détaillé ses objectifs de croissance pour la période 2021-2025.





Le groupe a présenté son nouveau plan stratégique baptisé "Grow & Impact", dont "l'ambition" est "d'accélérer significativement la croissance rentable et la création de valeur pour les actionnaires", selon le directeur général Benoît Bazin.

 

"Notre vision pour le groupe est de devenir le leader mondial de la construction durable", a-t il mis en avant et répété le lendemain en conférence de presse. Un objectif qui s’accompagne d’un « vrai changement culturel du groupe » et d’une nouvelle organisation par pays depuis trois ans. Il s’agit d’un facteur essentiel pour « superformer » dans le monde, selon le dirigeant.

 

En moyenne annuelle", Saint-Gobain vise ainsi une croissance interne du chiffre d'affaires comprise entre + 3% et 5%, ainsi qu'une marge d'exploitation comprise entre 9% et 11%. Il ambitionne également une rentabilité des capitaux investis (ROCE) "compris entre 12% et 15%. "ll s'agit d'n véritable changement  par rapport à la croissance interne de 1,5 % calculé sur la dernière décennie" commente Benoît Bazin.

 

« Nous sommes dans une urgence climatique »

 

« Nous sommes dans une urgence climatique et devons entrer dans une économie zéro carbone », a indiqué d’emblée Benoît Bazin. Premier constat : il est impossible d’atteindre la neutralité carbone si le Bâtiment lui-même n’est pas décarbonné. Ce secteur est à l’origine de 40 % de la source de CO2, dont deux tiers lors de sa vie en oeuvre (besoins de chauffage, climatisation…) et un tiers lors de la construction.

 

Or, l’urbanisation très rapide dans les pays émergents conduira à une hausse de population de 2 milliards d’habitants dans ces zones, reprend Benoît Bazin. Le groupe mondial -présent dans 120 pays, représentant plus de 70% du produit intérieur brut mondial- espère donc tirer parti de ces nouveaux marchés

 

Les deux tiers des investissements seront d’ailleurs réalisés hors Europe, ajoute Benoît Bazin qui précise que le groupe construit une usine toutes les trois semaines dans le monde. Avec des objectifs de décarbonation, de moindre utilisation de ressources (comme l’eau), de recyclage des déchets et avec un doublement de la part des énergies vertes utilisées (elles représenteront un tiers des énergies en 2030 par rapport à 2017).

 

 

Benoît Bazin, directeur général du groupe Saint-Gobain ©Jean Chiscano : "72 % de nos ventes (400 familles de produits) ont un impact mesuré sur le développement durable. Notre objectif est de conserver et améliorer cet impact à 75 %"

 

Le marché de la rénovation : 65 % des ventes en Europe

 

Second marché : celui de la rénovation en Europe qui tire les marchés vers le haut. Le groupe rappelle que 70 % des habitations ne répondent pas aux objectifs d’efficacité énergétique prévus par les feuilles de route bas carbone (Ndlr : passoires thermiques).

 

Des mesures ont été prises en France interdisant la location des logements les plus énergivores dès 2025, cite pour exemple Benoit Bazin. Ce dernier souligne que le succès de MaprimeRenov’ est un indicateur clé et que par ailleurs, un grand nombre de bâtiments publics et privés existants (ex : hôpitaux, écoles) seront concernés par les impératifs de la rénovation

 

« 65% de nos ventes Europe sont réalisées sur la rénovation », appuie de son côté Thierry Fournier, CEO Europe. « Il faut packager nos solutions pour plus de construction durable, élargir notre offre, enrichir notre mix produits et imaginer de nouvelles façons de les vendre. Il s’agit également, selon le patron Europe de mobiliser tous les canaux de vente de la meilleure façon possible.

 

40 % de ventes concernent des systèmes de construction légère et durable

 

Le groupe indique que 40 % de ses ventes concernent des systèmes de construction légère et durable, à l’image de la construction du siège de Saint-Gobain (bâtiment en poteaux- poutres avec remplissage verrier pour limiter les apports solaires, systèmes d’isolation…). Les façades dites légères permettent en effet d’économiser 50 % d’économie de matière première, souligne Saint-Gobain.

 

Le marché de la construction bois, boosté par la prochaine RE2020, ou celui des extensions de maisons en accélération après la crise Covid, sont également concernés par les systèmes durables du groupe. Au total, quelque 65 % du chiffre d’affaires doit être durable, d’ici 2025, en tenant compte des leviers de la décarbonation, de l'économie circulaire avec le recyclage des matériaux et emballages…

 

Quant aux acquisitions annoncées, un montant de 5 milliards d’euros leur sera consacré sur les 4/5 prochaines années. « Il s’agira d’acquisitions de taille petite ou moyenne, mais pas de grosses opérations. Elles devront être créatrices de valeur dans le respect de critères stricts et induire de vrais changements » indique Benoît Bazin.

 

« Ce chapitre de croissance va tous nous mobiliser. Il a été présenté aux 150 managers du groupe et nous allons le déployer sur nos 160 0000 collaborateurs. Je suis confiant dans la nouvelle équipe de direction (qui compte 38 % de femmes et 8 nationalités) et qui est à l’image du Saint-Gobain moderne » a conclu le directeur général.

 

             

    

A propos des pénuries de matériaux

 

« Nous avons subi des pénuries de matériaux puisque nous avons triplé le nombre de ruptures, en passant de 1,5 % à 6 voire 7 % », a indiqué Benoît Bazin. Produits métalliques et bois de construction ont été concernés au premier chef. « Mais ça se résout », reprend le directeur général du groupe.

 

« Notre priorité a été de servir nos clients en mobilisant et en ajoutant des équipes, et nous n’avons pas arrêté nos livraisons. Nos chaines d’approvisionnement ont été revues et on se dépanne entre usines ». En revanche, la situation ne s’améliore pas du côté des semi-conducteurs et l’année 2022 sera difficile pour le marché des véhicules électriques, notamment en Europe, souligne Benoît Bazin.

  

 

             

 

Hausse des prix de l’énergie : des augmentations à prévoir en 2022

 

Le groupe souligne qu’il doit réviser à la hausse ses coûts en énergie et matières premières pour 2021 en raison de l'inflation dans le secteur, a-t-il indiqué lors de la présentation de ses nouveaux objectifs financiers pour 2025.

 

"Dans le contexte actuel d'accélération de l'inflation des coûts de l'énergie", le groupe dit anticiper désormais "une augmentation de ses coûts d'énergie et de matières premières d'environ 1,5 milliard d'euros en 2021 par rapport à 2020 - contre une précédente estimation annuelle formulée à fin juillet 2021 à 1,1 milliard d'euros - dont 1,1 milliard d'euros pour le seul second semestre 2021", selon un communiqué.

 

Le groupe précise que "cette augmentation de l'inflation concerne principalement le coût de l'énergie en Europe", et que pour "compenser cette inflation sur l'ensemble de l'année 2021 dans ses métiers industriels", il "a besoin d'un effet prix d'environ +6% sur l'année et +8% sur le second semestre".

 

Au cours du troisième trimestre, Saint-Gobain indique avoir enregistré "un effet prix estimé à environ +8%", et se dit "confiant dans sa capacité à compenser l'inflation matières premières et énergie sur l'ensemble de l'année 2021".

  

 


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

 

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 499 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (940 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique