L’isolation des sols : sus aux planchers !

L’isolation des sols : sus aux planchers !

16 % des déperditions de chaleur passent par les planchers dans une maison non isolée. Qui plus est, entre une maison non isolée et une autre avec simple­ment des sols isolés, les dépenses de chauffage sont réduites d’environ 19 % !



 

Parent pauvre de l’isolation thermique, l’isolation des sols est primordiale : elle assure une sensation de bien-être et prévient les risques de condensation de surface. En neuf, plusieurs techniques permettent d’isoler une dalle, qu’elle soit sur terre plein ou vide sanitaire. En rénovation, les choses sont plus compliquées.Isoler par-dessus la dalle existante suppose de gros travaux de réfection. Une solution qui a pour avantage de réduire les ponts thermiques linéiques des liaisons murs-planchers. Reste qu’isoler par-dessous la dalle est souvent plus facile…lorsque c’est possible !Les vides sanitaires excédent rarement 60 cm de hauteur…

 

Le meilleur compromis

 

Le choix idéal n’existe pas, il faut trouver le meilleur compromis. Par exemple, avec la technique d’isolation sous chape, il est possible d’intégrer un chauffage par le sol donc de supprimer les radiateurs. Les ­fabricants commercialisent des ­solutions d’isolation simplifiant la mise en œuvre : panneaux en PSE quadrillés en surface pour faciliter le guidage des tubes chauffants; multiplication des épaisseurs pour optimiser l’isolation et réduire l’épaisseur du plancher?; les produits traditionnellement proposés en isolation des sols sont en PSE extrudé ou expansé, mousse de polyuréthane ou laine minérale.

 

Source : batirama.com/V.B.

 

 

Sommaire RT 2005


 

• DANS QUEL CAS ?

 

Lors de la réfection d’un revêtement de sol ou pour intégrer un chauffage par le sol.

 

• LES PERFORMANCES EXIGEES PAR LA RT EXISTANT ?

 

Les planchers bas donnant sur un vide sanitaire ou sur un volume non chauffé doivent avoir un  R mini = 2 m2.K/W. Ceux donnant sur l’extérieur ou sur un parking collectif, un R mini = 2,3?m2.K/W. Ces valeurs peuvent être réduites lorsqu’un plancher chauffant à eau chaude ou électrique est remplacé ou installé : les planchers chauffants, dont la face inférieure ne donne pas sur un local chauffé, doivent être isolés avec un isolant dont la résistance thermique R est supérieur ou égal à 2 m2.k/W pour le chauffage électrique et 1,25 m2.k/W pour les planchers chauffants basse température à eau chaude. 

 

• LES PERFORMANCES THERMIQUES DE LA TECHNIQUE ?

 

Pour obtenir un R de 2 m2.K/W, il faut, au choix, un polyuréthane de 50 mm, un polystyrène extrudé de 60?mm, un PSE Th 36 de 80 mm, 62 mm d’un PSE Ultra Th ou 80 mm d’un panneau rigide en laine minérale. Il faut passer à 70 mm de PSE extrudé ou 90 mm de laine minérale pour, par exemple, atteindre un R de 2,3 m2.K/W.

 

• LES LIMITES ET LES FREINS ?

 

Compte tenu de l’intégration éventuelle d’un chauffage par le sol, de l’épaisseur d’isolant combinée à celle de la chape à mettre en œuvre, l’épaisseur de la chape finie peut atteindre très facilement 140 mm d’épaisseur, ce qui fait perdre énormément de hauteur sous plafond.

 

Cas 1 : Isolation sous chape ou dalle flottante

 

isolation250_250.gif Cette technique d’isolation consiste à déposer des panneaux isolants sur un plancher puis à couler une chape ou une dalle flottante (chape traditionnelle ou liquide) qui recevra ensuite le revêtement de finition.

 

Elle permet de réaliser des planchers chauffants et/ou rafraîchissants à eau basse température ou rayonnant électrique.isolsol1.jpg

 

♦ L’isolant, mis en œuvre en continuité avec l’isolation des parois verticales, peut être en polyuréthane, polystyrène extrudé, polystyrène expansé ou encore en laine minérale haute densité. Avant le coulage de la dalle, pour éviter toute descente de laitance dans les joints, toute la surface d’isolant doit être recouverte d’un film plastique (polyane, polyéthylène de 100 à 200?µm) avec un chevauchement des lès d’au moins 10 cm.

 

♦ Le film devra être relevé sur les bandeaux périphériques de désolidarisation. Alternative au film plastique, les joints peuvent être simplement traités au ruban adhésif. Sur des panneaux à base de PSE à bords rainurés bouvetés ou feuilletés, cette opération est, la plupart du temps, facultative.

 

isolsol2.jpg

♦ Petite recommandation dans la famille des polystyrènes expansés, il est préférable de choisir un PSE Ultra qui offre de meilleures performances mais permet surtout de réduire les épaisseurs de réservation.

 

♦ Plusieurs documents de référence sont à consulter pour la ­réalisation de ce type d’isolation parmi lesquels : la norme NF P 61-203 (décembre 2003), “Mise en œuvre des sous-couches isolantes sous chapes ou dalles flottante et sous carrelage” ; le DTU 26.2 (avril 2008), “Travaux de bâtiment - Chapes et dalles à base de liants hydrauliques”.

 

À noter : la chape flottante doit être totalement désolidarisée des structures verticales (à l’aide d’une bande résiliente périphérique) pour limiter les transmissions latérales des bruits et les ponts thermiques.

 

AVANTAGES : accepte un chauffage par le sol ; l’isolant mis en œuvre en continuité avec l’isolation des parois verticales réduit très fortement les ponts thermiques.

 

INCONVENIENTS : les épaisseurs de réservation sont importantes.

 

 

Sommaire RT 2005


 

Cas 2 : Isolation rapportée sous dalle

 

isolation250_250.gif

♦ La première solution consiste à fixer l’isolant mécaniquement, soit directement sur la sous-face du plancher à l’aide de cheville, soit indirectement par l’intermédiaire d’une ossature métallique. L’isolant restant apparent, il doit être incombustible. Les produits généralement utilisés sont des panneaux composites constitués d’une âme en PSE ( PSE Th, dB ou Ultra Th) et de parements en fibre de bois agglomérée au ciment ou encore des panneaux rigides en laine minérale, classés A1 selon les Euroclasses. Lorsque la hauteur du vide sanitaire le rend accessible, il est également possible d’isoler en fixant mécaniquement le panneau directement sous le plancher. Totalement inertes à l’humidité, les panneaux en polystyrène expansé ou extrudé sont particulièrement adaptés dans ce cas-là.

 

isolsol3.jpg♦ La deuxième solution consiste à intégrer l’isolant (de la laine minérale le plus souvent) dans un plenum fermé par des plaques de plâtre. On peut alors isoler à la carte en jouant sur l’épaisseur de l’isolant et sur la hauteur des suspentes du faux-plafond. Cette solution est également très performante en terme d’isolation acoustique aux bruits aériens. L’absorption acoustique du système peut, d’ailleurs, encore être renforcée en utilisant un parement en plaque de plâtre perforée.

 

AVANTAGES : le système avec faux-plafond fait également office de “gaine technique” ; les panneaux rigides en laine minérale, destinés à rester ­apparents peuvent être peints au rouleau ou au pulvérisateur.

 

INCONVENIENTS : la fixation mécanique de l’isolant directement dans la dalle impose de vérifier qu’aucune canalisation ne traverse la dalle ; ­l’isolant intégré dans un plénum fait perdre de la hauteur sous plafond.

 

Cas 3 : Réaliser un sur-plancher isolant

 

Créer un sur-plancher isolant est une solution simple et rapide à réaliser. Une condition : la surcharge occasionnée doit être supportée par le plancher porteur existant (30 kg/m² + charges d’exploitation). Un point à vérifier au préalable !

 

isolsol4.jpg

 

Cette réserve étant levée, ce système peut se poser aussi bien sur plancher béton ou bois, plancher bas sur terre-plein ou vide sanitaire en supprimant la sensation inconfortable de pieds froids. Autres avantages, cela permet de rattraper les différences de niveaux des anciens planchers et de faire passer un réseau de gaines  électriques ou de fluides.

 

Une technique sèche, notamment développée par le fabricant Isover (Distansol), propose de créer un sur-plancher de 48 à 218 mm de hauteur selon les performances visées et l’épaisseur de l’isolant à mettre en place. Le système comprend :

 

♦ un plancher à base de dalles agglomérées CTB-H prépercées (120 x 60 cm en 30 mm d’épaisseur), un isolant en laine de roche (7 épaisseurs de 20 à 100 mm pour une résistance thermique de 0,55 à 2,75 m².K/W) posé en une ou deux couches et des pieds vérins (7 à 8 par m²) réglables en hauteur qui vont être fixés en sous-face des dalles agglomérées et sur lesquels vont venir s’embrocher les panneaux d’isolant. Les dalles s’assemblent simplement par rainures et languettes collées (colle blanche vinylique) à l’avancement du chantier?;

 

♦ une bande résiliente sous forme de mousse adhésive doit être mise en place sur les champs des dalles périphériques ou directement contre le mur sous le trait de niveau correspondant à la hauteur du sur-plancher. Pour obtenir une résistance thermique minimum de 2 m2.K/W, compter 80 mm d’isolant en laine de roche (R = 2,20 m2).K/W) soit une hauteur totale de sur-plancher d’environ 11 cm.

 

AVANTAGES : technique sèche ; assure une isolation à la fois thermique et acoustique ; peut recevoir tout type de revêtement de finition.

 

INCONVENIENTS : surcharge occasionnée ; perte de hauteur sous plafond.

 

Sommaire RT 2005

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1213 votants)
Oui
Non
 

Boutique



Plancher Rayonnant Electrique (PRE)