Notre-Dame: souscription suffisante et réouverture prévue en 2024

Notre-Dame: souscription suffisante et réouverture prévue en 2024

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a jugé que la souscription publique nationale et internationale suffira à restaurer la cathédrale Notre-Dame de Paris qui, a-t-elle assuré, "sera réouverte en 2024".





Les dons et promesses de dons s'élèvent à 833 millions d'euros et "certains pensent qu'il y trop d'argent, qu'il faut déjà penser à l'utilisation ultérieure" tandis que "d'autres pensent qu'il n'y en aura pas assez", a observé la ministre Roselyne Bachelot au Sénat.

 

Avant d'ajouter qu'"à l'heure actuelle, les sommes ainsi récoltées nous permettent d'envisager tranquillement ce chantier". "Je peux vous dire qu'en 2024 la cathédrale Notre-Dame de Paris sera réouverte", a déclaré Roselyne Bachelot, qui doit se rendre sur le chantier avec le président Emmanuel Macron, deux ans jour pour jour après l"incendie qui a partiellement ravagé l'édifice.

 

Le président de la République a demandé une reconstruction de la cathédrale en cinq ans. Le président de l'Établissement public, le général Jean-Louis Georgelin, a répété que la cathédrale rouvrira effectivement en 2024 et qu'un Te deum y sera célébré le 16 avril de cette année-là. Mais les travaux du chantier ne seront pas tous achevés à cette échéance.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (903 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique