Gestion de l’eau et de l’habitation : les clés du succès du groupe Ayor

Gestion de l’eau et de l’habitation : les clés du succès du groupe Ayor

Plutôt discret, le groupe Ayor (ex Hammel) est devenu un acteur français de poids sur les marchés de la gestion de l’eau et de l’habitat grâce à une politique proactive d’investissements humain et industriel.





Légende : David et Michael Hammel poursuivent l'aventure du groupe familial Ayor (ex Hammel) créé en 1948 par leur grand-père Rolph.

 

Le groupe Ayor (150 millions d’euros de CA, 400 salariés) poursuit sa croissance depuis plus de 70 ans, sur le marché de la gestion de l’eau et de l’habitat. L’entreprise familiale a été fondée en 1948 à Périgueux par Roph, le grand-père des dirigeants actuels : Mickael Hammel, président du directoire (CEO du groupe Ayor) et son frère David, Président du conseil de surveillance.

 

A l’origine, il s’agit d’une quincaillerie spécialisée dans la distribution de produits de plomberie et de chauffage. Sous l’impulsion de Raymond, le père des dirigeants, le groupe évolue dans les années 70, vers la vente à distance, à destination des professionnels et des promesses de livraison en 48 h.

 

A partir des années 2000, l’entreprise accélère sa transformation : elle devient une Entreprise de taille intermédiaire (ETI). Et elle veut occuper une position de leader sur le marché de la gestion de l’eau et l’habitat en lançant ses propres lignes de produits. Elle va d’ailleurs s’en donner les moyens grâce à une politique d’investissement soutenue : le groupe consacre 3 millions d’euros par an dans la R&D pour développer de nouveaux produits.

 

« Le groupe a beaucoup changé, puisque de distributeur, il est devenu fabricant, grâce à une politique régulière d’investissement et 80 % du chiffre d’affaires est réalisée avec l’activité de fabrication » insiste Mickael Hammel. Présent dès 2010 dans l’entreprise, Mickael, diplômé d’une grande école de commerce à Paris, aujourd’hui âgé de 36 ans, codirige le groupe depuis 2015.

 

Changement de nom et de cap en 2018

 

En 2018, l’entreprise change de nom pour devenir le groupe Ayor. « La dénomination Hammel n’incarnait pas notre message. Mais Hammel reste la société de distribution multimarques avec de la vente directe auprès des plombiers chauffagistes (20 000 références, 40 millions de CA dont 50 % en e-commerce).

 

« Parallèlement, il a fallu trouver une dénomination qui incarne globalement l’ensemble de nos activités, y compris industrielles » reprend Mickael Hammel. Cette nouvelle dénomination accompagne donc un changement de cap, puisque la société décide de devenir un groupe intégré à part entière en investissant dans ses trois usines : celle de Rousset (13), celle de Milan en Italie et la troisième à Valence en Espagne qui produisent 5000 références

 

Elle revoit par ailleurs son organisation avec la création d’équipes (squad), de 6 à 8 salariés, fonctionnant en mode start-up, incluant différents chefs de projets de profil R&D, ingénieur, marketing, …dans des business units. « On a cassé les silos organisationnels classiques et 7 squads correspondant à 7 familles de produits ont été créées (voir encadré) » reprend Mickael Hammel.

 

Le dirigeant estime que cette organisation plus efficace a permis de réduire les délais de lancement de produits. Aujourd’hui, elle conçoit et produit de l’ordre de 20 nouveaux produits par an, dans le domaine de la gestion de l’eau, dont la douche connectée Elmer, primée au salon Equip’Hotel en 2019. « C’est une douche à la croisée des chemins entre la douche à l’italienne et la cabine de douche. Elle a séduit le marché car elle est facilement transformable » indique Mickael Hammel.

 

 

La douche Elmer, primée, a séduit le marché : elle est devenue éligible au Plan d’Action Logement.

 

Elmer, une douche innovante éligible au Plan d’Action Logement

 

Cette douche est d’ailleurs devenue éligible au Plan d’Action Logement (organisme paritaire d’utilité sociale) qui a pour objectif de faciliter l’aménagement des salles de bains et sanitaires pour les personnes âgées (retraités de plus de 70 ans) et/ou à mobilité réduite. En clair, il s’agit de transformer les baignoires en douches accessibles (jusqu’à 5000 euros d’aides selon les revenus). Le plan a pour objectif de rénover 500 000 salles de bains d’ici à la fin de l’année 2022.

 

Le référencement d’Action Logement a ainsi permis de multiplier les demandes d’installation chez les personnes en situation de dépendance, « soit de l’ordre de 3000 à 4000 douches à poser depuis le début de l’année et rien que pour le mois de janvier » souligne Mickael Hammel.

 

Afin de répondre à la demande, le groupe s’est appuyé sur le réseau de plombiers qu’il a créé. « Lors de la création de cette plateforme, notre objectif était de valoriser le travail des installateurs et de leur proposer des partenariats. Il s’agit d’une offre de services avec des propositions de chantiers destinés aux professionnels » détaille le dirigeant.

 

« Nous apportons ainsi des affaires à nos artisans qui deviennent éligibles pour installer notre solution de douche grâce au référencement d’Action Logement. Nous nous positionnons comme un tiers de confiance vis-à-vis des trois parties : le particulier, Action Logement et l’artisan" reprend Mickael Hammel qaui ajoute : « A nous de les aider à monter les dossiers pour qu’ils soient validés dans le cadre de ce dispositif".  Un travail que réalise Léa Chabot, jeune alternante recrutée chez Ayor depuis quelques mois. A noter que la société parie sur l’alternance en formant chaque année 12 étudiants.

 

 

Léa Chabot, alternante chez Ayor, prépare les dossiers de la douche Elmer 

 

 

Léa Chabot, 23 ans, entrée au mois de septembre dernier chez Ayor fait partie des 12 jeunes salariés formés en alternance chaque année dans le groupe (10 à Périgueux, un à Angoulême et le dernier à Valence dans le cadre d’un parcours international).  

 

Léa prépare une licence de responsable en développement commercial après avoir obtenu un BTS MUC (Management des unités commerciales). C’est la Chambre de commerce et d’industrie de Périgueux qui lui a permis de décrocher son alternance dans le groupe Ayor, en contactant le service des Ressources humaines du groupe.

 

Après deux entretiens avec les responsables de l’entreprise, Léa a accepté avec enthousiasme la mission confiée par le groupe : monter les dossiers d’installation de la douche Elmer en partenariat avec Action Logement et les artisans installateurs proches des clients intéressés (personnes âgées). « Il s’agit d’une mission complète avec un aspect commercial, administratif, logistique, un suivi de dossier et de la gestion de portefeuille », souligne la jeune alternante.

 

« ll est difficile de recruter du personnel en Dordogne qui reste un territoire enclavé comme il est difficile pour les jeunes de trouver un emploi dans la région » souligne Mickael Hammel. « Ces emplois en alternance que nous proposons permettent de développer des savoir-faire dans une culture d’entreprise, et l’apprenti peut également réaliser qu’il ne veut pas faire ce métier et peut quitter l’entreprise ».

 

Cependant, dans 80 % des cas, les jeunes apprentis sont embauchés par le groupe. Une bonne nouvelle pour Léa qui espère poursuivre ses missions commerciales au sein d’un groupe qui n’a pas hésité à lui faire confiance…

 

 

Les 7 familles de produits du groupe Ayor

 

 

 

Le groupe gère sept marques destinées aux professionnels et distribuées chez les négociants spécialisés en sanitaire chauffage : la robinetterie (Rolf), la douche (Elmer), le mobilier de salle de bains (Bathroom therapy), le chauffage (Somatherm, ici en photo), le traitement de l’eau (Merkur), l’adduction d’eau (Pronorm) et la famille de l’hydrocablé (Fixoconnect).

 

Ayor commercialise également 3 marques destinées au grand public et distribuées via les Grandes surfaces de bricolage : Somatherm for You, Ondée (mobilier de salles de bains) et Aquawater (traitement de l’eau de l’eau)…

 

 

 

La secrétaire d'Etat Sarah El Hairy est venue à Périgueux chez Ayor afin de promouvoir le dispositif "1 jeune 1 solution" du gouvernement mis en place pour répondre à la crise liée au Covid-19. Ce dispositif accorde des aides aux entreprises pour le recrutement de jeunes : 5000 euros pour un apprenti mineur, 8000 euros pour un apprenti majeur par exemple.


Source : batirama.com / Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (892 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Fenêtres en travaux de rénovation Aluminium, bois, PVC