Génie climatique : les tendances pour les équipements en 2021

Génie climatique : les tendances pour les équipements en 2021

La filière du génie climatique et du froid présente ses résultats et ses perspectives pour 2021. La crise sanitaire a rélévé l'importance de la qualité de l'air intérieur et donc de la ventilation et filtration.






Le marché des chaudières gaz et fioul reste stable depuis des années : -2% pour ce secteur, qui s’est repris sur le second semestre (585 000 unités). Le marché des chaudières à condensation se porte bien (510 000 unités, soit -1% malgré la très forte régression des ventes de chaudières fioul), tandis que la baisse des appareils classiques se poursuit logiquement.

 

Les équipements pour le collectif (>70 kW) sont les plus affectés (-10%), tandis que les chaudières individuelles n’ont perdu que 2% et les moyennes puissances se maintiennent, surtout en mural.

 

Sur le marché du remplacement en maison individuelle, la chaudière gaz à condensation souffre de la place prise par la PAC air-eau.

 

 

PAC hybride/ Malgré leurs atouts pour le confort et les économies de consommation, les PAC hybrides appoint gaz, restent peu retenues car encore peu reconnues (autour de 4 000 pièces vendues).

 

Radiateurs à eau : une position délicate

 

En baisse d’environ 11 %, ce marché a beaucoup souffert du freinage des constructions neuves et de la fermeture des enseignes de bricolage, avec autour de 180 000 unités vendues (chute de plus de 9% pour les sèches-serviette).

 

Malgré un rattrapage des chantiers, 2021 pourrait être encore une année difficile pour ce secteur pourvoyeur de nombreux emplois : quid des constructions neuves ? De plus, si la RE 2020 reste orientée telle qu’actuellement, elle favorisera les planchers chauffants (alors que les radiateurs sont performants à basse température).

 

Chaudières bois : un marché stable mais disparate

 

Le marché global des chaudières biomasse reste stable (17 300 pièces) comparé à 2019 (17 400). Plus de 85% du marché sont des appareils à chargement automatique (essentiellement à granulés).

 

Poussés par la directive Eco-Design, ils sont en hausse 4 ans et progressent de +6% en 2020, au détriment des appareils à bûches (-30%), dont beaucoup, inférieurs à la classe V, sont sortis du marché avec l’entrée en vigueur   de l’écoconception.

 

Les chaudières à chargement automatique remplacent notamment des chaudières fioul ; cependant, leur progression a ralenti dans les derniers mois (serait notamment en cause la lenteur de paiement de MaPrimeRenov).

 

2021 ne devrait pas démentir cet engouement, avec une future RE favorable au bois. En rénovation, les poêles à bûches restent une solution pertinente, à encourager en veillant à maintenir un nombre suffisant d’entreprises qualifiées). 

 

Solaire thermique : une chute qui n’en finit pas

 

Après 10 ans de baisse, 2019 avait été légèrement positif. En 2020, le segment des chauffe-eau solaires individuels résiste mieux (-6% avec 4 250 CESI vendus), que le collectif, qui poursuit sa chute malgré le coup de pouce chauffage et MaPrimeRenov (-32%, avec 250 SSC vendus). La surface totale de capteurs installés chute de 20%.

 

Point de vigilance : les installateurs Qualisol sont moins de 2 000. La qualification au chantier, pour des entreprises non Qualisol, devrait aider le secteur. Pour le segment collectif, l’espoir reste sur un développement dans le neuf avec la RE2020.

 

Pompes à chaleur : une année stable

 

Après des résultats 2019 exceptionnels, le marché des PAC air-eau, premier marché européen, se maintient (-0,6%, avec 175 222 unités vendues). Une inquiétude tout de même : commencée à +14%, l’année s’est terminée à -4%. Si les monoblocs continuent à progresser (+34 %), les biblocs représentent toujours 90 % du marché (157 108 unités vendues). Un peu moins de la moitié de ces PAC sont Made in France et les installateurs sont hautement qualifiés.

 

Question de puissances

 

Si les petites PAC se sont moins vendues (-7%), reflet d’un marché du neuf à la peine, les PAC de 10 à 20 kW, plutôt installées en rénovation, restent globalement stables.

 

Les PAC moyennes et hautes températures (94 000 unités vendues), ont, pour beaucoup, remplacé des chaudières fioul (60% de ce marché, qui depuis le début du coup de pouce changement de chaudière fioul totalise plus de 190 000 appareils changés, dont 170 000 par des PAC).

 

On note que 82% de ces PAC utilisent le R410A, et 17% le R32. Ce « retard » dans l’évolution des fluides, comparé aux PAC air-air, devrait se résorber rapidement.

 

Chauffe-eau thermodynamiques : 1ère baisse historique

 

Dépendant surtout de la construction neuve, même si la part de la rénovation progresse, les ventes CET baissent pour la première fois (-6%). 85% des CET sont fabriqués en France ; il est donc important pour l’industrie de savoir comment ils vont se positionner dans le cadre de la RE 2020.

 

Climatisation résidentielle et tertiaire : Chillers, PAC et multisplit

 

On note une belle progression des PAC air-air (+11%, avec 812 404 unités extérieures vendues), après les exceptionnels +27% de 2019. Désormais, 84% des appareils utilisent le fluide R32 (contre 61% en 2019), montrant les efforts de la filière pour réduire l’impact de leurs appareils.

 

Les multisplits ont progressé de 21% (versus +8% pour les monosplits) et font 30% du marché, montrant que les PAC air-air deviennent des solutions globales et moins cantonnées à une seule pièce. Le marché des monosplits est toujours tiré par les puissances 5 à 7 kW (57% des ventes), tout comme celui des multisplits (53% des ventes). Les unités intérieures murales continuent à gagner du terrain (+19%) et font 85% du volume global.

 

Les ventes de DRV ont baissé de -9% (une première depuis 2012pour les systèmes de climatisation à débit de réfrigérant variable !) avec 27700 unités extérieures vendues. Les unités de puissance <6CV continuent de progresser mais le gros du marché reste l’apanage des DRV de 7à 12 CV. Le secteur commercial

 

Enfin, les ventes de chillers se portent plutôt bien : +10% pour les machines à condensation par air, qui font toujours 90% des ventes, et +13% pour celles qui utilisent l'eau glacée. 60% sont des machines de froid seul (40% en réversible). Ce marché est soutenu par l’agro-alimentaire et l’industrie, et les dispositifs d’aide (CEE et suramortissement pour l’utilisation de fluides à faible pouvoir réchauffant GWP<150, dont la part passe de 3 à 15%). Les ventes d’équipements de fortes puissances (>350 kW) ont bien progressé.

 

Ventilation : centrales de traitement d’air et double flux en individuel

 

La baisse globale de 10% des ventes recouvre des chiffres très contrastés selon les puissances, notamment lié au report de la commande publique et à la reprise laborieuse des chantiers du tertiaire après le premier confinement.

 

Avec 71 388 unités terminales d’eau glacée vendues (-24%), les ventilo-convecteurs souffrent d’un marché qui change de configuration (recul marqué dans le grand tertiaire et en particulier -60% pour les cassettes, -35% pour les plafonniers…).

 

Dans le logement individuel : les ventes de VMC simple flux baissent de 5% (789 356 unités) quand celles de double-flux sont stables (19637 unités). Pour la première fois, la ventilation bénéficie d’un soutien avec le double-flux, éligible au CITE, ce qui s’est traduit par une augmentation des ventes de 26% au dernier trimestre et laisse espérer une progression en 2021.

 

Dans le collectif et le tertiaire, les deux technologies ont été plus impactées et enregistrent -13% en simple flux et -19% en double flux. La reprise des gros chantiers devrait redynamiser le marché, avec la mise en place des aides financières dans le cadre du plan de relance (réhabilitation des bâtiments publics, des logements privés et sociaux, crédit d’impôt pour rénover des locaux de TPE et PME et décret sur la rénovation tertiaire).

 

             

La Qualité de l’air intérieur, enfin prise en compte

 

La crise sanitaire a révélé l’importance de la QAI, valorisant du même coup la ventilation et la filtration : pour la première fois, la ventilation est éligible à Maprimerenov' (le double flux).

 

Les simple et double flux sont aussi pris en compte dans les aides finançant la réhabilitation des bâtiments publics, des logements privés et sociaux, et dans le crédit d’impôt pour la rénovation des locaux des TPE et PME. Le décret de rénovation tertiaire, à venir dans l’année, devrait aussi pousser les ventes d’équipements de ventilation en 2021.

 

Enfin, la dimension sanitaire dans l’acte de construire est par ailleurs inscrite dans la nouvelle version du Code de la construction et de l'habitation, et la ventilation est reconnue comme y participant.

 

Les professionnels s’en réjouissent, bien sûr, et leur toute nouvelle Association française pour la ventilation va suivre de près ces dossiers.

 

 

* Syndicat des industries Thermiques, Aérauliques et Frigorifiques : 86 industriels des chaudières gaz et fioul, PAC, clim, ventilation et traitement d’air, équipements solaires, radiateurs à eau, filtration et chaudières bois.

 


Source : batirama.com / Emmanuelle Jeanson

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits


Entreprises Générales





Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (490 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Le petit dicobat

Les enduits de façade - NF DTU 26.1

Isolation thermique extérieure par enduit sur isolant PSE