Louis Aliot instaure un permis de louer à Perpignan

Louis Aliot instaure un permis de louer à Perpignan

Le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, annonce la mise en place d'un "permis de louer" pour lutter contre l'habitat indigne et les marchands de sommeil dans des quartiers du centre ancien de Perpignan.






"Des permis de louer seront mis en place pour les primo bailleurs", a indiqué M. Aliot espérant "que cette mesure (soit) étendue à la communauté urbaine". La mesure devrait être effective "dans les six mois", a précisé le directeur de cabinet du maire, Stéphane Babey.

 

Cette autorisation a été instaurée en 2014 par la loi Alur (loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové) et permet aux communes ou aux établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de définir des quartiers dans lesquels les bailleurs doivent se plier à cette procédure de contrôle.

 

Les quartiers de Perpignan concernés sont "encore à définir", a expliqué Louis Aliot alors que "le permis de louer" doit être soumis au vote lors du conseil municipal. La municipalité précise que la mesure concernera "les territoires présentant une proportion importante d'habitat dégradé" et souligne que "contrairement à certaines villes" la procédure sera "gratuite".

 

Les quartiers les plus pauvres du centre-ville concernés

 

Les quartiers concernés devraient être les deux quartiers les plus pauvres du centre de la ville, le quartier Saint-Jacques, où résident une forte population gitane et maghrébine, et le quartier Saint-Matthieu. En 2018, la décision de l'ancienne équipe municipale de instruire plusieurs habitations du quartier historique Saint-Jacques dans le cadre d'un vaste programme de réhabilitation avait déclenché une vaste polémique.

 

"On a peur qu'on nous oblige à partir", s'était inquiété alors Nick Giménez, l'un des patriarches de la communauté gitane, expliquant cependant qu'il était nécessaire de démolir "des immeubles qui sont insalubres".

 

Les communes de Saint-Denis, Aubervilliers, et Stains ont adopté ce dispositif dès janvier 2019, suivies en avril de la même année par 22 communes de la de la métropole lilloise. La métropole Aix-Marseille-Provence a également mis en place ce permis en octobre 2019 dans le quartier de Noailles, dans le centre de Marseille, où l'effondrement de deux immeubles a fait huit morts le 5 novembre 2018.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (86 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


La fabrication du bâtiment 1