DTU 65.4 – Chaufferies aux gaz et aux hydrocarbures liquéfiés

DTU 65.4 – Chaufferies aux gaz et aux hydrocarbures liquéfiés

Quelle que soit leur taille, les chaufferies gaz et hydrocarbures liquéfiés présentent des risques potentiels non négligeables. Une bonne raison pour soigner la mise en œuvre.

 



Domaine d’application

 

Le DTU 65.4 « Chaufferies aux gaz et aux hydrocarbures liquéfiés » donne les prescriptions de réalisation des chaufferies mises en œuvre dans des bâtiments neufs d’habitation, y compris leurs dépendances, qui utilisent des gaz combustibles et dont la puissance calorifique minimale est 60 000 kcal/h, ce qui correspond à une puissance nominale totale de 70 kW.

La version en vigueur de ce DTU, à la publication de cette fiche, est celle de février 1969, amendée en décembre 1971 et septembre 1978.

 

Matériels visés

 

Les exigences que doivent respecter les générateurs et équipements de chauffe, les éléments de distribution du gaz aux équipements de chauffe à l’intérieur de la chaufferie, les matériaux des conduits de fumées et les raccordements éventuels sont données respectivement dans les paragraphes 1.4, 1.5 et 1.6 de la partie 1 du DTU 65.4.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Dispositions générales

 

Différentes localisations peuvent être envisagées pour les chaufferies à gaz :

  • à l’extérieur du bâtiment à chauffer ;
  • à l’intérieur du bâtiment à chauffer, à n’importe quel niveau (exception faite pour les immeubles de grande hauteur) ;
  • en terrasse (sous réserve des dispositions particulières à prendre en compte pour les immeubles de grande hauteur). Dans ce cas, une protection contre les bruits de fonctionnement doit être mise en place.

 

Les spécifications dimensionnelles suivantes doivent être satisfaites :

  • pour les générateurs hors sol : une distance minimale d’1,50 m doit être prévue entre le mur de la chaufferie et la partie la plus saillante de la face du générateur sur laquelle est disposé le brûleur ;
  • un espace libre minimal de 50 cm doit être réservé entre générateurs ainsi qu’entre générateurs extrêmes et murs latéraux ;
  • une hauteur suffisante doit être mise en œuvre pour permettre une circulation normale afin d’atteindre les éléments nécessaires ;
  • la chaufferie doit être conçue de manière à ce que sa hauteur sous plafond permette de réaliser, de manière normale, son installation, l’exploitation des générateurs et de leurs accessoires, les ramonages et l’entretien nécessaires ainsi qu’une libre circulation sur les passerelles.

 

La constitution des installations de distribution du gaz aux éléments de chauffe dépendra principalement de deux facteurs : la nature du gaz transporté et sa pression.

 

L’évacuation des produits de combustion est réalisée par le biais de conduits de fumée par tirage naturel ou mécanique. Un même conduit peut être raccordé à plusieurs générateurs de même type. Des dispositions sont à prendre dans le cas de générateurs de type à foyer en pression afin d’éviter les refoulements éventuels à travers les générateurs dont les brûleurs ne seraient pas en cours de fonctionnement.

 

La chaufferie doit obligatoirement être pourvue :

  • d’une amenée d’air frais afin d’assurer la combustion du gaz, d’alimenter les prises d’air additionnelles des conduits de fumée et de rendre possible une ventilation correcte de la pièce.  Cette amenée d’air est obtenue par prises directes de l’extérieur à l’aide de passages ménagés à travers les parois extérieures ou de gaines.

Selon le type d’amenée d’air, les sections libres des passages ou gaines seront calculées à l’aide des formules données dans la partie 1 du DTU 65.4 ;

  • d’une ventilation haute en tirage naturel, par gaine débouchant au plafond de la pièce ou directement par ouvertures latérales dans le cas d’une chaufferie située en terrasse ou à l’extérieur du bâtiment. La section minimale de 2,5 dm2 est calculée à l’aide de la formule donnée dans la partie 1 du DTU 65.4.

 

Dispositions particulières aux chaufferies alimentées en hydrocarbures liquéfiés

 

Ce type de chaufferie nécessite la présence de plusieurs aérations donnant directement sur l’extérieur. La ventilation haute des locaux est assurée par une gaine et l’amenée d’air par une gaine ou des passages en parois extérieures munies impérativement d’un dispositif mécanique.

 

Le chapitre concernant les prescriptions concernant l’alimentation en gaz des chaufferies est désormais renvoyé aux spécifications A.T.G. B. 67.1. Toutefois, des schémas d’exemples d’installation sont fournis dans les sept annexes du DTU 65.4.

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du DTU 65.4. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.

 


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1346 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Maisons et bâtiments à ossature bois