Eiffage remporte le contrat pour construire l'hôpital Paris-Saclay

Eiffage remporte le contrat pour construire l'hôpital Paris-Saclay

Eiffage a remporté le contrat de "conception, réalisation, et entretien-maintenance" de l'hôpital Paris-Saclay dans l'Essonne, pour un montant de 141 millions d'euros.





L'hôpital, construit pour le compte du groupe hospitalier Nord-Essonne, comprendra une surface totale de 45.000 m³ et une capacité de 416 lits et regroupera "les activités de médecine, de chirurgie et d'obstétrique des hôpitaux de Juvisy, Orsay et Longjumeau".

 

"Le lancement des travaux est programmé à l'été 2021 pour une livraison prévue fin 2023. L'entretien et la maintenance de l'hôpital seront assurés pendant 5 ans par les équipes du groupement", a précisé le groupe.

 

La 4e opération majeure du groupe dans la santé

 

Cette signature représente la "quatrième opération majeure signée par le groupe dans le secteur de la santé en 2020", rappelle Eiffage, après des contrats remportés pour 69 millions d'euros à Compiègne-Noyon (Oise), Sens (Yonne), et Reims (Marne) concernant la restructuration ou l'agrandissement d'établissements hospitaliers.

 

Le groupe Eiffage, présent à la fois dans le BTP et la gestion de concessions, avait revu fin mars à la baisse ses prévisions pour l'exercice en cours à cause de la crise du coronavirus.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (612 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique